Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



Pourquoi se faire un nom ?

« Nous nous bâtirons une ville, et une tour

avec le sommet dans les cieux,

et nous nous ferons un nom ... »

(Genèse 11.4)

Ambition : se faire un nom !


Quelle belle ambition ... mais combien démesurée !

Bâtir une ville ... les premières générations antérieures au Déluge s'en étaient déjà préoccupé.

Relisons Genèse 4.17 :

« Caïn connut sa femme. Elle fut enceinte et donna naissance à Hénoc.

Puis il bâtit une ville. Il donna pour nom à cette ville le nom de son fils Hénoc. »

Caïn avait une ambition pour son fils Hénoc : lui donner un nom !

Il accomplit son projet en donnant le nom de son fils à une ville.

Pourquoi se faire un nom ?

Bien souvent pour exister dans le monde, pour briller aux yeux des autres, satisfaire une ambition personnelle ... mais combien éphémère car qui se souviendra de nous, de nos noms, mis à part quelques personnages illustres que l'on retrouve dans les livres d'histoire ?

Mais les hommes du temps de Babel sont allés plus loin : ils sont passés de l'ambition à l'arrogance !

Ils ont voulu bâtir une ville « et une tour avec le sommet dans les cieux ».

Ne nos jours, on appelle cela un gratte-ciel.

Mais qui s'imaginaient-ils atteindre, ou déranger, ou concurrencer en grattant ainsi le ciel ?

Qui croyaient-ils pouvoir détrôner, eux qui avaient la prétention de se mettre sur la tête la plus haute couronne qui soit : celle du ciel !

Ce n'est pas écrit ici, mais c'est implicite : leur arrogance allait jusqu'à vouloir atteindre les cieux ... là où siègent les dieux.

Rappelons que la Genèse commence par ces mots :

« Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. » (Genèse 1.1).

Et si la terre fut remise aux humains afin qu'ils en prennent soin, les cieux demeuraient, dans l'esprit humain, le siège de la divinité ... ou des divinités pour les païens.

Les dieux de l'Olympe en sont une illustration ... alors pourquoi ne pas les rejoindre en édifiant une tour jusqu'aux cieux ?

Ils auraient pu ainsi « se faire un nom », le nom de ceux qui auraient atteint le ciel.

Ils auraient ainsi concurrencé le Nom de Celui qu'ils imaginaient dans le ciel : JHVH

Est-il seulement au ciel ce Dieu infini ?

Non, la réalité est bien plus complexe comme l'écrivait l'apôtre Paul :

« Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême.

Un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, parmi tous, et en tous. » (Epître aux Ephésiens 4.5-6)

Mais une telle conception de Dieu, n'avait pas encore été révélée aux hommes qui vivaient aux temps de la Genèse.

Et pour ce qui est du Nom, il ne leur avait pas non plus été révélé ce qui suit lorsque Paul affirmait ...

« Il est au-dessus de tout prince et autorité, de toute puissance et seigneurie, et de tout nom qui puisse être nommé, non seulement en ce monde, mais aussi dans celui qui vient. » (Ephésiens 1.21)

Au-dessus de tout nom qui puisse être nommé ... Jésus-Christ !

Arrogante humanité qui s'imaginait atteindre les cieux et « se faire un nom » susceptible de rivaliser avec celui du Créateur de l'Univers.

Mais à l'arrogance allait succéder la déchéance.

Pour avoir enfreint la volonté de Dieu ...

< < < Retour au sommaire < < < 86-GEN 11.4 > > > La volonté de Dieu > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 11 ~ Versets 11.1 à 11.32
1. Toute la terre avait une seule langue avec les mêmes mots.

2. Comme ils migraient en venant de l'est, ils trouvèrent une vallée en terre de Shinéar, et ils y résidèrent.

3. Ils se dirent l'un à l'autre : « Allons ! Nous allons mouler des briques et les cuire à la flamme. » Et ils eurent la brique pour pierre, et le bitume pour mortier.

4. Ils dirent : « Allons ! Nous nous bâtirons une ville, et une tour avec le sommet dans les cieux, et nous nous ferons un nom, afin de ne pas être dispersés sur toutes les faces de la terre. »

5. JHVH descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils d'homme.

6. Alors JHVH dit : « Voilà ! Un seul peuple, une seule langue pour tous, et ils commencent à faire cela. Ainsi, maintenant, il n'y aurait aucune limite pour eux dans tout ce qu'ils prévoient de faire.

7. Allons ! Descendons et semons ici la confusion dans leur langage. Que chacun ne puisse entendre la langue de son associé. »

8. JHVH les dispersa de ce lieu vers les faces de toute la terre et ils cessèrent de bâtir la ville.

9. Aussi on l'appela du nom de Babel car c'est ici que JHVH a semé la confusion des langues sur toute la terre. De là, JHVH les a dispersés vers les faces de toute la terre.

10. Voici la généalogie de Shem. Shem a cent ans. Son fils, Arphaxad, est engendré deux ans après le déluge.

11. Après avoir engendré Arphaxad, Shem vécut cinq cent ans, et il engendra des fils et des filles.

12. Arphaxad avait vécu trente-cinq ans quand il engendra Schélach.

13. Après avoir engendré Schélach, Arphaxad vécut quatre cent trois ans, et il engendra des fils et des filles.

14. Schélach avait vécu trente ans quand il engendra Eber.

15. Après avoir engendré Eber, Schélach vécut quatre cent trois ans, et il engendra des fils et des filles.

16. Eber vécut trente-quatre ans puis engendra Peleg.

17. Après avoir engendré Peleg, Eber vécut quatre cent trente ans, et il engendra des fils et des filles.

18. Peleg vécut trente ans puis engendra Reou.

19. Après avoir engendré Reou, Peleg vécut deux cent neuf ans, et il engendra des fils et des filles.

20. Reou vécut trente-deux ans puis engendra Seroug.

21. Après avoir engendré Seroug, Reou vécut deux cent sept ans, et il engendra des fils et des filles.

22. Seroug vécut trente ans puis engendra Nahor.

23. Après avoir engendré Nahor, Seroug vécut deux cent ans, et il engendra des fils et des filles.

24. Nahor vécut vingt-neuf ans puis engendra Térah.

25. Après avoir engendré Térah, Nahor vécut cent dix-neuf ans, et il engendra des fils et des filles.

26. Térah vécut soixante-dix ans puis engendra Abram, Nahor et Haran.

27. Et voici la généalogie de Térah. Térah engendra Abram, Nahor et Haran. Haran engendra Loth.

28. Haran mourut, sous les yeux de Térah, son père, dans son pays natal : Ur des Chaldéens.

29. Abram et Nahor prirent femme. La femme d'Abram se nommait Saraï. La femme de Nahor se nommait Milka, fille de Haran, le père de Milka et père de Yiska.

30. Saraï était stérile, car elle n'avait pas d'enfant.

31. Térah prit Abram, son fils, et son petit-fils Loth, fils de Haran, ainsi que Saraï, sa belle-fille, femme d'Abram, son fils. Ils s'en allèrent ensemble depuis Ur des Chaldéens pour se rendre en terre de Canaan. Ils arrivèrent jusqu'en Harân et ils y résidèrent.

32. Les jours de Térah s'écoulèrent. Térah mourut à deux cent cinq ans, en Hâran.