Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible


JHVH : Le Nom de Dieu


« A Seth, lui aussi, naquit un fils. Il lui donna pour nom Énosh.

C'est alors que l'on commença à invoquer le nom de JHVH


(Genèse 4.26)

יְהוָֹה



Le fait d'invoquer le Nom de Dieu a été interprêté comme une profanation par les rabbins. Ainsi Rachi, au XIè siècle après J.C., commentait ce verset en ces termes :

"Le mot hou‘hal (on commença) est à rapprocher de houlin (profanation). On donnait aux hommes et aux plantes des noms du Saint béni soit-Il, en leur rendant un culte idolâtre et en les désignant comme des dieux."

L'usage du Nom divin n'a pas toujours fait l'objet d'un interdit.

Il a pu de ce fait être employé sans considération ce qui justifie le commandement suivant :

« Tu ne prendras point le nom de l'Eternel, ton Dieu, en vain ... » (Exode 20.7)

Andrea Cohen, docteur en philosophie et rabbin de la synagogue de Birmingham, explique dans un ouvrage sur Le Talmud que :

"A l'époque biblique, l'usage de ce nom dans le langage courant ne semble avoir soulevé aucun scrupule.

Nombreux sont les noms de personnes composés avec Jah ou Jahou, même après l'exil babylonien ; ceci indique bien que l'emploi du tétragramme n'était nullement prohibé.

Mais dès les premiers temps de la période rabbinique, on ne le prononça plus que dans le service du temple."

De ce fait, plus personne ne peut dire avec certitude comment le tétragramme (mot de quatre lettres) sacré « JHVH », que les translittérations françaises s'efforcent d'exprimer par « YHWH », était prononcé il y a 2 500 ans.

Dans la Genèse, Dieu se nomme d’abord et exclusivement « Elohim », de Genèse 1.1 à 2.3, à 28 reprises. C’est la première "face" du Dieu-Créateur qui nous est ainsi révélée.

De Genèse 2.4 à 3.23, c’est « JHVH Elohim » (que l'on traduit souvent par l’Eternel Dieu ou le Seigneur Dieu) qui apparaît exclusivement à 21 reprises.

C’est le temps béni du séjour de l’humanité primitive aux côtés du Créateur avant l’exclusion du jardin d'Eden.

C’est le temps de l'unité entre Dieu et l'humanité, entre l'homme et la femme, qui se traduit par l'unité de Dieu en Lui-même au travers de l'emploi de son double-Nom.

« JHVH » apparaît seul à partir du chapitre 4 de la Genèse. C’est le commencement de l’histoire de l’humanité livrée à elle-même et qui va s'éloigner de plus en plus de la face de Dieu.

« Elohim » est souvent utilisé par la suite (plus de 2000 fois).

« JHVH Elohim » apparaît encore ici et là une vingtaine de fois.

Mais « JHVH » est le plus employé avec plus de 5800 mentions dans le Premier Testament. Que signifie « JHVH » ?

Le professeur Shmuel Trigano répond à cette question dans Le judaïsme et l'esprit du monde.

"Dieu se révèle sur le mode de l'être : d'abord sous le nom « Je serai qui je serai » (Exode 3.14), puis sous celui de YHVH (3.16), sous un premier nom qui échappe à la saisie en s'annonçant au futur, puis sous un nom qui dérive lui aussi du radical verbal désignant l'être (hvh). YHVH pourrait bien signifier « il sera », car le préfixe yod (y) est la marque du futur, quoique futur sortant de l'ordinaire."

« Il sera » ... n'est-ce-pas l'affirmation du devenir de Dieu par l'incarnation en Son fils unique : Jésus-Christ ?

Une hypothèse qui, cela va de soi, ne sera partagée que par les chrétiens ...

Qu'il soit fait mention, en Genèse 4.26, de la naissance d'un culte particulier envers l'Eternel doit-il être considéré, comme l'ont fait les rabbins, comme une profanation du Nom divin ?

La lecture du chapitre 4 de la Genèse nous révèle le rôle important de Caïn et de sa descendance dans le processus de déchéance progressive de l'humanité caïnique.

Puis il est question de Seth, dont la lignée conduira à Noé, seul rameau épargné par le Déluge.

Et c'est au sein de la famille de Seth qu'une volonté de rétablir la communication avec Dieu s'est manifestée.

Car invoquer le Nom de l'Eternel, n'est-ce-pas tout simplement prier ?

La Bible d'Alexandrie présente sous un angle particulier cette tentative de renouer le contact avec le Créateur :

« Et un fils naquit à Seth, il lui donna le nom d'Énôs. Celui-ci espéra invoquer le nom du Seigneur Dieu. »

Vu sous cet angle, il semble bien que le fait de rétablir un face à face avec l'Eternel soit resté une espérance ...

Pourquoi Dieu est-il resté sourd à cet appel au temps de Seth ?

La Bible nous enseigne par la suite que « JHVH vit que la malignité de l’humanité se multipliait sur terre.

Chaque jour, son cœur fomentait le mal par toutes sortes de dispositifs. » (Genèse 6.5)

Ceci explique peut-être l'impossibilité de reconstruire à cette époque, même partiellement, la relation initialement programmée entre Dieu et l'humanité.

La rupture consommée par l'éviction du Jardin d'Eden s'accompagne d'un retrait de la divinité.

Ce retrait se manifeste peut-être par une dissociation du Nom divin « JHVH Elohim » qui se divise en deux noms distincts après avoir chassé le couple humain (Genèse 3.23).

La Bible nous enseigne qu'il sera mis un terme à cette dissociation lorsque l'humanité, réconciliée avec Son créateur, pourra vivre à ses côtés dans la Cité éternelle.

« Je n'y vis pas de temple, car son temple, c'est le Seigneur, le Dieu Tout-Puissant et l'Agneau. » (Apocalypse 21.22)

L'expression « Seigneur Dieu » (en grec Kurios o Theos) est surtout employée dans le livre de l'Apocalypse qui clôture la Bible par le rétablissement de l'unité primordiale.

« Kurios o Theos » n'est-il pas l'équivalent de « JHVH Elohim » ?

Pour éviter de profaner le Nom divin, les Juifs l'évoquent en disant "HaShem" (Le Nom).

Pour ne pas le lire lorsqu'il est mentionné dans la Torah et autres écrits bibliques, ils le remplacent le plus souvent par "Adonaï" (Mon Seigneur).

Nous avons choisi de ne pas traduire le Nom de Dieu autrement que par « JHVH ».

Ceci correspond aux quatre lettres de l'hébreu mais, en l'état, elles demeurent imprononçables en français faute de voyelles ...

Dans le langage courant, nous utilisons le mot Dieu.

Mais en ne traduisant ni « Elohim », ni « JHVH », ni « JHVH Elohim » dans notre traduction interlinéaire de la Genèse ci-contre, nous entendons conserver au texte hébreu initial toute sa puissance.

Nous considérons en effet que le terme Dieu, du fait de son origine, est impropre pour désigner réellement qui peut être le Créateur de l'univers.

Dieu vient du latin Deus que l'on retrouve dans le nom du dieu grec Zeus dont le génitif est Dios.

L'équivalent romain de Zeus est Jupiter, nom composé d'origine indo-européenne Dyeus phter, tout ceci étant donc d'origine païenne.

Quoique les chrétiens ne soient nullement tenus par des observances religieuses issues d'une quelconque tradition, n'oublions jamais ce que Jésus dit à propos du Nom divin lorsque l'on prie :

« Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié. » (Matthieu 6.9)

Etre sanctifié signifie "être mis à part".

Le Nom de Dieu, doit être mis à part, traîté avec un respect particulier.

Et ce Nom qui fut révélé dans le cadre de la Première Alliance (Ancien Testament), nous appelle à revenir vers Lui à chaque fois que nous lisons :

JHVH

< < < Retour au sommaire < < 42-GEN 4.26 > > Le livret de famille > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 4 ~ Versets 4.1 à 4.26
1. Adam connu Ève, sa femme. Elle fut enceinte et donna naissance à Caïn. Elle dit alors : « J'ai acquis un homme avec JHVH ! »

2. Puis elle entreprit de mettre au monde son frère, Abel. Abel devint berger d'un troupeau. Caïn devint au service de la terre.

3. Quand les jours furent venus, Caïn apporta du fruit de la terre en offrande à JHVH.

4. Abel offrit, de plus, des premiers-nés de son troupeau, de leurs parties grasses. JHVH prêta de l'attention à Abel et à son offrande.

5. Mais il ne prêta pas attention à Caïn et à son offrande. Caïn en fut très irrité, prenant des allures assombries.

6. JHVH dit à Caïn : « Pourquoi es-tu irrité ? Pourquoi ces allures assombries ?

7. Si tu agis bien, ne te relèveras-tu pas ? Mais si tu n'agis pas bien, le péché est tapi au portail : il se pousse vers toi, mais toi, domine-le ! »

8. Caïn parla à son frère Abel et il le suivit. Arrivés au champ, Caïn se dressa contre Abel, son frère, et le tua.

9. JHVH dit à Caïn : « Où est Abel, ton frère ? » Il répondit : « Je ne sais pas. Suis-je gardien de mon frère ? »

10. « Qu'as-tu fait ! » dit-Il : « La voix des sangs de ton frère pousse des cris vers moi depuis la terre.

11. Et maintenant tu es maudit depuis la terre qui a ouvert sa bouche béante pour recevoir de ta main les sangs de ton frère.

12. Que tu serves la terre ! Elle cessera de te donner sa vitalité. Tu seras errant et vagabond sur terre. »

13. Alors Caïn dit à JHVH : « Ma perversion est trop grande pour être supportée.

14. Vois ! Tu me chasses aujourd'hui sur les faces de la terre et je serai caché loin de tes faces. Je vais errer et vagabonder sur la terre, et il adviendra que, quiconque me trouve, me tuera. »

15. JHVH lui dit : « Donc, si quelqu’un tuait Caïn, il serait vengé sept fois. » Et JHVH mit un signe sur Caïn afin que quiconque le trouve ne le frappe pas.

16. Caïn se retira des faces de JHVH et résida dans le pays de Nod, à l'est d'Éden.

17. Caïn connut sa femme. Elle fut enceinte et donna naissance à Hénoc. Puis il bâtit une ville. Il donna pour nom à cette ville le nom de son fils Hénoc.

18. Puis Irad naquit à Hénok et Irad engendra Mehouyaél. Mehouyaél engendra Metoushaél et Metoushaél engendra Lémec.

19. Lémec prit deux femmes pour lui. Le nom de l’une était Ada, et le nom de la seconde Tsilla.

20. Ada donna naissance à Jabal. C'est lui qui fut le père de tout éleveur qui demeure sous la tente.

21. Son frère se nommait Jubal. C'est lui qui fut le père de celui qui manie la harpe et le chalumeau.

22. Et Tsilla donna aussi naissance à Tubal-Caïn qui forgeait toute sorte d'outils de cuivre et de fer. Tubal-Caïn eut pour sœur Naama.

23. Lémec dit à ses femmes : « Ada et Tsilla, écoutez ma voix ! Femmes de Lémec, entendez ce que j'ai à dire ! Car j'ai tué un homme qui m'avait blessé, et un garçon pour une meurtrissure.

24. Si Caïn est vengé sept fois, Lémec soixante-dix-sept fois. »

25. Adam connut encore sa femme. Elle donna naissance à un fils, et l'appela du nom de Seth « car Elohim m'a suscité une autre semence à la place d'Abel, que Caïn a tué. »

26. A Seth, lui aussi, naquit un fils. Il lui donna pour nom Énosh. C'est alors que l'on commença à invoquer le nom de JHVH.