Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



La Tour de Babel

« Aussi on l'appela du nom de Babel car c'est ici

que JHVH a semé la confusion des langues sur toute la terre. »

(Genèse 11.9)

La Tour de Babel


Babel vient du verbe hébreu "bbl" qui signifie : "mêler, confondre".

Babel, c'est donc la tour de la confusion.

Confusion des langues dans le cas présent ... puis confusion généralisée avec sa dérivée historique : Babylone.

Le nom de Babel apparaît d'abord en Genèse 10.10 avec Nemrod :

« Au commencement de son royaume, il y eut Babel, Erek, Akkad et Kalné, en terre de Shinéar. »

Petit-fils de Cham, donc arrière petit-fils de Noah, Nemrod était un homme puissant, un grand chasseur ... ambitieux, conquérant, dominateur.

C'est sur ses terres que l'humanité eut l'ambition d'élever la Tour de Babel.

La construction de la ville de Babel avec sa Tour a été abandonnée suite à la confusion des langues (Genèse 11.8).

Et il n'est plus question ensuite, dans la Bible, de la cité de Babel.

Mais Babel a eu une héritière avec la célèbre Babylone.

Celle-ci est citée dans la Bible pour la première fois au deuxième livre des Rois, en 17.24 :

« Le roi d'Assyrie fit venir des gens de Babylone, de Cutha, d'Avva, de Hamath et de Sepharvaïm, et les établit dans les villes de Samarie à la place des enfants d'Israël. »

Nous sommes en 722 avant Jésus-Christ et les Assyriens se sont emparés de Samarie.

C'est la fin du royaume d'Israël et la première déportation.

Lors de leur arrivée, les Babyloniens sont agressés par des bêtes fauves et les envahisseurs imputent cela à JHVH, Dieu d'Israël qu'ils ne savent pas honorer.

Aussi font-ils venir un prêtre de Samarie afin que celui-ci leur enseigne comment honorer JHVH.

Mais le résultat est loin d'être satisfaisant :

« Ainsi ils craignaient JHVH, et ils servaient en même temps leurs dieux d'après la coutume des nations d'où on les avait transportés. » (1 Rois 17.33)

Ce mélange des pratiques religieuses s'appelle le "syncrétisme religieux".

Ainsi, les Babyloniens établis en Samarie étaient bien porteurs d'une nouvelle forme de confusion.

Babel, c'était la confusion des langues ... Babylone c'est la confusion dans la foi.

Mais la dérive de Babylone ne s'arrête pas là !

Babylone connaît le sommet de sa grandeur au VIe siècle avant Jésus-Christ durant le règne de Nabuchodonosor II.

C'est la fin du royaume de Juda avec la seconde déportation des Juifs vers Babylone.

Babylone va devenir pour les Juifs qui y furent déportés une terre de souffrance, mais aussi une terre de corruption vouée à la destruction.

Les prophètes anciens l'ont proclamé :

« Et Babylone, l'ornement des royaumes, la fière parure des Chaldéens, sera comme Sodome et Gomorrhe, que Dieu détruisit. » (Esaïe 13.19)

Et celle-ci a décliné pour n'être plus qu'un champ de ruines au premier siècle de l'ère chrétienne :

« Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, et toutes les images de ses dieux sont brisées par terre ! » (Esaïe 21.9)

Les prophéties d'Esaïe datent du VIIIe siècle avant Jésus-Christ, bien avant que Babylone connaisse son apogée.

Et pourtant, le prophète la voyait déjà en ruines !

800 ans plus tard, Jean nous rappelle cette vision. Mais lui a pu constater sur place que la brillante Babylone n'était plus qu'une étoile morte :

« Elle est tombée, elle est tombés, Babylone la grande qui abreuvait toutes les nations du vin de sa fureur de prostitution ! » (Apocalypse 14.8)

Babel a disparu, Babylone son héritière s'est effondrée, mais d'autres, nombreuses lui ont succédé ...

« Sur son front un nom était écrit, un mystère : Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre. » (Apocalypse 17.5)

De qui est-il question à l'époque de Jean ?

De Rome, capitale de l'empire romain, la nouvelle Babylone, qui s'effondrera à son tour quelques siècles plus tard.

Babylone, « la mère des prostituées et des abominations de la terre » a eu une nombreuse descendance ... comme beaucoup de mères.

La Rome antique comptait un million d'habitants.

De nos jours, près de 500 villes ont plus d'un million d'habitants.

Et puis, il y a une cité de rêve, sans rapport avec Babel et toutes celles qui lui ont succédé ...

« Je vis la cité sainte, la nouvelle Jérusalem, qui descendait du ciel, conçue près de Dieu comme une fiancée qui se pare pour son époux. » (Apocalypse 21.2)

< < < Retour au sommaire < < < 88-GEN 11.9 > > > De Sem à Abraham > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 11 ~ Versets 11.1 à 11.32
1. Toute la terre avait une seule langue avec les mêmes mots.

2. Comme ils migraient en venant de l'est, ils trouvèrent une vallée en terre de Shinéar, et ils y résidèrent.

3. Ils se dirent l'un à l'autre : « Allons ! Nous allons mouler des briques et les cuire à la flamme. » Et ils eurent la brique pour pierre, et le bitume pour mortier.

4. Ils dirent : « Allons ! Nous nous bâtirons une ville, et une tour avec le sommet dans les cieux, et nous nous ferons un nom, afin de ne pas être dispersés sur toutes les faces de la terre. »

5. JHVH descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils d'homme.

6. Alors JHVH dit : « Voilà ! Un seul peuple, une seule langue pour tous, et ils commencent à faire cela. Ainsi, maintenant, il n'y aurait aucune limite pour eux dans tout ce qu'ils prévoient de faire.

7. Allons ! Descendons et semons ici la confusion dans leur langage. Que chacun ne puisse entendre la langue de son associé. »

8. JHVH les dispersa de ce lieu vers les faces de toute la terre et ils cessèrent de bâtir la ville.

9. Aussi on l'appela du nom de Babel car c'est ici que JHVH a semé la confusion des langues sur toute la terre. De là, JHVH les a dispersés vers les faces de toute la terre.

10. Voici la généalogie de Shem. Shem a cent ans. Son fils, Arphaxad, est engendré deux ans après le déluge.

11. Après avoir engendré Arphaxad, Shem vécut cinq cent ans, et il engendra des fils et des filles.

12. Arphaxad avait vécu trente-cinq ans quand il engendra Schélach.

13. Après avoir engendré Schélach, Arphaxad vécut quatre cent trois ans, et il engendra des fils et des filles.

14. Schélach avait vécu trente ans quand il engendra Eber.

15. Après avoir engendré Eber, Schélach vécut quatre cent trois ans, et il engendra des fils et des filles.

16. Eber vécut trente-quatre ans puis engendra Peleg.

17. Après avoir engendré Peleg, Eber vécut quatre cent trente ans, et il engendra des fils et des filles.

18. Peleg vécut trente ans puis engendra Reou.

19. Après avoir engendré Reou, Peleg vécut deux cent neuf ans, et il engendra des fils et des filles.

20. Reou vécut trente-deux ans puis engendra Seroug.

21. Après avoir engendré Seroug, Reou vécut deux cent sept ans, et il engendra des fils et des filles.

22. Seroug vécut trente ans puis engendra Nahor.

23. Après avoir engendré Nahor, Seroug vécut deux cent ans, et il engendra des fils et des filles.

24. Nahor vécut vingt-neuf ans puis engendra Térah.

25. Après avoir engendré Térah, Nahor vécut cent dix-neuf ans, et il engendra des fils et des filles.

26. Térah vécut soixante-dix ans puis engendra Abram, Nahor et Haran.

27. Et voici la généalogie de Térah. Térah engendra Abram, Nahor et Haran. Haran engendra Loth.

28. Haran mourut, sous les yeux de Térah, son père, dans son pays natal : Ur des Chaldéens.

29. Abram et Nahor prirent femme. La femme d'Abram se nommait Saraï. La femme de Nahor se nommait Milka, fille de Haran, le père de Milka et père de Yiska.

30. Saraï était stérile, car elle n'avait pas d'enfant.

31. Térah prit Abram, son fils, et son petit-fils Loth, fils de Haran, ainsi que Saraï, sa belle-fille, femme d'Abram, son fils. Ils s'en allèrent ensemble depuis Ur des Chaldéens pour se rendre en terre de Canaan. Ils arrivèrent jusqu'en Harân et ils y résidèrent.

32. Les jours de Térah s'écoulèrent. Térah mourut à deux cent cinq ans, en Hâran.