Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible


La promesse de Dieu

« JHVH dit en son cœur :

Je ne recommencerai pas à maudire la terre à cause de l'humain ... »

(Genèse 8.21)

Les promesses de Dieu


Le Déluge est consécutif à la dégradation des mœurs de l'humanité :

« JHVH vit que la malignité de l’humanité se multipliait sur terre.

Chaque jour, son cœur fomentait le mal par toutes sortes de dispositifs.

JHVH regretta d’avoir fait l’humanité sur la terre. » (Genèse 6.5-6)

Ce qui s'est passé avant le Déluge va se reproduire après.

Dieu sait que l'humanité « conçoit le mal dans son cœur dès la jeunesse » (Genèse 8.21).

Malgré cela, il décide de ne plus maudire la terre.

Dieu se résigne à constater qu'il devra supporter cette humanité qui porte en elle, dès son plus jeune âge, des pensées malsaines.

Pourtant, son engagement de ne plus maudire la terre constitue une promesse ... qu'il a tenue depuis des millénaires, et qu'il tiendra tant que la terre subsistera.

Mais que peut-il attendre d'une humanité déchue ?

Si l'humanité est collectivement corrompue, n'existe-t-il pas quelques individus sur lesquels il puisse s'appuyer pour faire valoir son message de Justice, de Paix et d'Amour ?

Avant le Déluge, sur les dix générations qui se sont succédées depuis Adam jusqu'à Noé, deux personnalités se détachent du reste :

- Hénok, qui « marcha avec Elohim puis il ne fut plus car Elohim l'a pris. » (Genèse 5.24)

- et Noé qui « marcha avec Elohim. » (Genèse 6.9)

Le point commun de ces deux hommes : ils "marchent" avec Elohim par la foi !

Après le Déluge, la Bible nous fait découvrir beaucoup d'hommes et de femmes qui vont aussi manifester leur foi au sein d'une multitude qui demeure corrompue et loin des voies du Seigneur.

C'est pour ces hommes et ces femmes exemplaires, même s'ils sont loin d'être parfaits, que la promesse de Dieu fut prononcée.

C'est sur eux que le Seigneur entend s'appuyer et c'est pour eux que la promesse collective de ne plus maudire la terre va se décliner par des promesses individuelles.

Analysons l'une d'entre elles au travers du Livre d'Esaïe, chapitre 58, verset 8 :

« Alors ta lumière poindra comme l'aurore,
Et ta guérison germera promptement ;
Ta justice marchera devant toi,
Et la gloire de l'Éternel t'accompagnera. »

Cette promesse individuelle, qui peut s'adresser à tous comporte des conditions préalables :

« Détache les chaînes de la méchanceté, Dénoue les liens de la servitude, Renvoie libres les opprimés, Et que l'on rompe toute espèce de joug ;

Partage ton pain avec celui qui a faim, Et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile ; Si tu vois un homme nu, couvre-le, Et ne te détourne pas de ton semblable. » (Esaïe 58.6-7)

Ces conditions trouvent leur équivalent dans l'Evangile selon Matthieu lorsque Jésus dit :

« Venez, vous qui êtes bénis de mon Père. Héritez du Royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde.

En effet, j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger. J’ai eu soif et vous m’avez donné à boire. J’étais étranger et vous m’avez recueilli.

J’étais nu et vous m’avez vêtu. J’étais malade et vous m’avez rendu visite. J’étais en prison et vous êtes venus vers moi. » (Matthieu 25.34-36)

L'énumération est différente, mais c'est le même Esprit qui l'anime.

Pour celui dont la vie est ainsi conduite par cet Esprit de Justice, de Paix et d'Amour, la promesse de Dieu se manifeste par Sa présence à nos côtés.

« Alors tu appelleras, et l'Éternel répondra ;

Tu crieras, et il dira : Me voici ! » (Esaïe 58.9)

Jésus nous dit la même chose, nous adresse la même promesse d'une amitié personnelle, lorsqu'il proclame :

« Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous prescris. » (Jean 15.14)

< < < Retour au sommaire < < < 69-GEN 8.21 > > > Les jours de la terre > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 8 ~ Versets 8.1 à 8.22
1. Alors Elohim se préoccupa de Noah, de tout animal, et de toute bête avec lui dans l'arche. Elohim fit passer un souffle sur la terre et les eaux diminuèrent.

2. Les sources de l’abîme et les crevasses des cieux furent maîtrisées. La pluie fut retenue dans les cieux.

3. Les eaux se retirèrent de la terre, en va-et-vient. Les eaux s'apaisèrent au bout de cent cinquante jours.

4. L'arche s'est posée sur les monts Ararat à la septième lunaison, le dix-septième jour de la lunaison.

5. Les eaux allèrent en diminuant jusqu’à la dixième lunaison. À la dixième, le premier de la lunaison, les sommets des montagnes apparurent.

6. C'est au terme de quarante jours que Noah ouvrit le hublot de l'arche qu’il avait fait.

7. Il a envoyé le corbeau qui s'en est allé, bien loin, puis s'en est retourné car les eaux n'avaient pas séché sur la terre.

8. Il a envoyé la colombe depuis sa place, pour voir si les eaux avaient diminué sur les faces du sol.

9. La colombe ne trouva pas où reposer la plante de sa patte. Elle est revenue vers lui, vers l'arche, car les eaux étaient sur les faces de toute la terre. Il a étendu sa main pour la prendre et l'amener à lui, dans l'arche.

10. Il attendit encore sept autres jours puis envoya de nouveau la colombe hors de l'arche.

11. La colombe est revenue vers lui en soirée et voici : une feuille arrachée d'un olivier dans le bec ! Noah su que les eaux avaient diminué sur la terre.

12. Il attendit encore sept autres jours et envoya de nouveau la colombe qui, cette fois, ne revint plus vers lui.

13. Et il advint, en l’an six cent un, premier jour de la première lunaison, que les eaux furent drainées de la terre. Noah écarta le toit de l'arche. Il regarda et voici : les faces du sol étaient drainées.

14. A la deuxième lunaison, le vingt-septième jour de la lunaison, la terre était sèche.

15. Elohim s'adressa à Noah pour lui dire :

16. « Sors de l'arche ! Toi, ta femme, tes fils, les femmes de tes fils avec toi.

17. Tout être vivant qui est avec toi, toute chair, oiseau, bête, tout rampant qui se meut sur terre : fais-les sortir ! Emporte-les avec toi ! Qu’ils se dispersent sur la terre, qu’ils fructifient et se multiplient sur la terre. »

18. Alors Noah est sorti, ses fils, sa femme et les femmes de ses fils avec lui.

19. Tout être vivant, tout rampant comme tout oiseau, tout ce qui se meut sur la terre, selon les espèces, sont sortis de l'arche.

20. Noah bâtit un autel pour JHVH. Il prit de toute bête pure et de tout oiseau pur qu'il fit monter en offrande sur l’autel.

21. JHVH sentit l'odeur apaisante. JHVH dit en son cœur : « Je ne recommencerai pas à maudire la terre à cause de l'humain qui conçoit le mal dans son cœur dès la jeunesse. Je ne recommencerai pas à frapper tout être vivant comme je l’ai fait.

22. Au cours de tous les jours de la terre à venir, semence et récolte, froid et chaleur, été comme hiver, jour et nuit, ne cesseront point. »