Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



Bethel


« Il donna à cet endroit

le nom de "Bethel",

bien que la ville s'appelle

auparavant "Luz". »

(Genèse 28.19)

Béthel

En Genèse 12.8, il est écrit à propos d'Abram :

« Il planta sa tente entre Bethel, vers la mer, et Aï, à l'est.

Et là, il bâtit un autel à JHVH et proclama le nom de JHVH. »

Quand Abram est passé en ce lieu, celui-ci ne portait pas encore le nom de Bethel mais s'appelait Luz.

Il n'est pas précisé à quelle distance de Bethel Abram s'est installé ... mais il est possible que ce soit au même endroit que Jacob car Luz était une cité ... et Abram comme Jacob semblent bien s'être installés à distance de la ville.

En cet endroit, Abram proclame le nom de JHVH et dresse un autel.

Le fait de dédier ce lieu à JHVH lui donne ainsi pour vocation d'être un lieu saint, c'est-à-dire un lieu mis à part et consacré à Dieu.

La sainteté du lieu, lorsque Jacob est arrivé, n'était pas perceptible.

Il n'y avait peut-être plus d'autel ... ou bien celui-ci se trouvait à distance et Jacob ne l'a pas vu.

« Assurément, JHVH est en ce lieu, et je ne le savais pas. » (verset 16 ci-contre)

Le mot Bethel peut se traduire par Maison de Dieu ce qui reflète bien la consécration de l'endroit.

Faut-il en déduire pour autant qu'il s'agit d'un espace limité ... ou délimité comme un temple ou tout autre édifice religieux ?

Probablement pas ... car ce qui est une Maison pour Dieu, ce n'est pas un bâtiment de pierre mortes :

« Le Très-Haut n’habite pas dans ce qui est fait de main d’homme. » (Actes 7.48)

La Maison de Dieu, le Temple du Saint Esprit est formé de pierres vivantes :

« Vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez une maison spirituelle pour un saint sacerdoce, afin d’offrir des sacrifices spirituels agréables à Dieu par Jésus Christ. » (1 Pierre 2.5)

Dans son épître, l'apôtre Pierre résume ainsi les principes de la foi depuis la révélation de Jésus Christ, du Dieu incarné :

- il n'y a plus d'édifices pour accueillir la sainteté de Dieu, c'est aux croyants de former un édifice vivant,

- il n'y a plus d'autel pour sacrifier des animaux, le véritable sacrifice est spirituel pour celui qui s'engage sur les chemins de la foi.

L'apôtre Paul n'est pas resté muet sur ce sujet :

« Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous le tenez de Dieu, et que vous n'êtes pas à vous-mêmes ? » (1 Corinthiens 6.19)

Si l'on se réfère à ces versets du Nouveau Testament qui donnent à la foi en Dieu une toute autre dimension, nous en déduisons que Bethel, l'habitation du Saint Esprit, n'est pas un lieu mais le corps, ou plus précisément le cœur, des croyants qui vivent dans la foi.

Et si l'on transpose cette approche de la foi au temps de Jacob, nous pouvons considérer que ce que Jacob aurait pu appeler Bethel ce n'est pas le lieu où il a dormi, et posé une stèle (verset 22 ci-contre), mais sa propre personne qui a reçu la visitation de JHVH

< < < Retour au sommaire < < < 216-GEN 28.19 > > > La dîme de Jacob > > >

Visiteurs du site


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 28 ~ Versets 28.1 à 28.22
1. Isaac appela Jacob et le bénit. Il lui donna des instructions en lui disant : « Tu ne prendras pas de femme parmi les filles de Canaan.

2. Lève-toi ! Va à Padan-Aram, dans la maison de Bethuel, le père de ta mère, et prends-toi là-bas une femme parmi les filles de Laban, le frère de ta mère.

3. El Shadaï te bénira, il te rendra fécond et te fera croître pour que tu deviennes l'assemblée des peuples.

4. Il te donnera la bénédiction d'Abraham, pour toi, et pour ta semence, afin que tu habites la terre où tu as séjourné, celle qu'Elohim donna à Abraham. »

5. Isaac congédia Jacob qui s'en alla à Padan-Aram chez Laban, fils de Bethuel l'araméen, et frère de Rebecca, la mère de Jacob et Ésaü.

6. Ésaü vit qu'Isaac avait béni Jacob, qu'il l'envoyait à Padan-Aram pour y prendre une femme, qu'il le bénissait en lui donnant pour instruction : « Tu ne prendras pas de femme parmi les filles de Canaan. »

7. Jacob écouta son père et sa mère et partit pour Padan-Aram.

8. Ésaü vit que les filles de Canaan étaient mauvaises aux yeux d'Isaac, son père.

9. Ésaü s'en alla vers Ishmaël et prit Mahalath, fille d'Ishmaël, le fils d'Abraham, sœur de Nebajoth, comme femme parmi ses femmes.

10. Jacob était parti de Beér Shèba pour se rendre vers Hâran.

11. Il arriva en un lieu où il s'installa car le soleil était couché. Il prit une pierre à cet endroit et la plaça comme oreiller. Il se reposa à cet endroit.

12. Voici quel fut son rêve : un escalier s'élevait de la terre et son sommet touchait les cieux. Et voici ! Des messagers d'Elohim montaient, d'autres le descendaient.

13. C'est alors que JHVH se posta dessus et dit : « Je suis JHVH, Elohim d'Abraham, ton père, Elohim d'Isaac. La terre où tu te reposes, je te la donnerai ainsi qu'à ta semence.

14. Et ta semence deviendra comme la poussière de la terre. Tu te propageras depuis la mer vers l'est, du nord au Négueb, et toutes les familles de la terre seront bénies en toi et ta semence.

15. Voici ! Je suis avec toi, et je te garde partout où tu vas. Je te ramènerai sur cette terre et ne t'abandonnerai point tant que je n'aurai fait ce que j'ai dit. »

16. Jacob s'éveilla de son sommeil et dit : « Assurément, JHVH est en ce lieu, et je ne le savais pas. »

17. Il fut effrayé et dit : « Comme ce lieu est effrayant ! Celui-ci n'est rien moins que la maison d'Elohim et ceci, la porte des cieux. »

18. Jacob se leva tôt le matin, il prit la pierre qui lui avait servi d'oreiller et en fit une stèle. Il versa de l'huile à son sommet.

19. Il donna à cet endroit le nom de "Bethel", bien que la ville s'appelle auparavant "Luz".

20. Alors Jacob émit un vœu. Il dit : « Puisse Elohim être avec moi et me garder sur cette voie où je vais. Qu'il me donne le pain à manger, le vêtement à porter.

21. Que je retourne en paix à la maison de mon père et JHVH deviendra mon Elohim.

22. Cette pierre que j'ai posée en stèle sera la maison d'Elohim. Et de tout ce que tu me donneras, je t'en donnerai la dîme. »