Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



La haine d'Ésaü


« Les jours du deuil de mon père approchent

et je tuerai Jacob, mon frère. »

(Genèse 27.41)

La haine d'Ésaü

Trompé, démuni de son droit d'aînesse comme de la bénédiction de son père, Ésaü jure de se venger.

Combien ont ainsi réagi, ou bien auraient réagi de même, dans des situations comparables ?

Mais ce qui échappe à Ésaü, c'est que son plan de vengeance ne peut aboutir.

Car celui-ci va à l'encontre du plan de Dieu.

Le plan de Dieu s'est exprimé au travers de la bénédiction donnée par Isaac à Jacob.

« Des peuples te serviront, on se prosternera, les gens se prosterneront devant toi.

Sois le maître de tes frères ! Les fils de ta mère se prosterneront devant toi.

Sera maudit celui qui te maudira, sera béni celui qui te bénira. » (verset 29 ci-contre)

Du fait de cette bénédiction, Jacob doit vivre pour accomplir la mission prescrite par son père, conformément à la volonté de Dieu.

Jacob ne peut mourir tant que la destinée qui lui incombe n'est pas accomplie.

Jacob est intouchable parce qu'il est l'héritier de la promesse faite à Abraham.

Ésaü, aveuglé par la haine, ne peut en avoir conscience.

Quand bien même quelqu'un s'efforcerait de le raisonner en essayant de lui expliquer que telle est la volonté de Dieu et qu'il ne peut s'y opposer, ce serait peine perdue.

La haine rend sourd.

Elle pousse l'individu à se replier sur lui-même pour élaborer sa vengeance ... et rien d'autre ne compte.

Le premier exemple se trouve dès le début du Livre de la Genèse.

« Abel offrit, de plus, des premiers-nés de son troupeau, de leurs parties grasses. JHVH prêta de l'attention à Abel et à son offrande.

Mais il ne prêta pas attention à Caïn et à son offrande. Caïn en fut très irrité, prenant des allures assombries. » (Genèse 4.4-5)

Caïn conçut de la jalousie envers son frère ... et celle-ci évolua en haine.

Pourtant JHVH le mit en grade contre sa colère :

« Pourquoi es-tu irrité ? Pourquoi ces allures assombries ?

Si tu agis bien, ne te relèveras-tu pas ? Mais si tu n'agis pas bien, le péché est tapi au portail : il se pousse vers toi, mais toi, domine-le ! » (Genèse 4.6-7)

Peine perdue, Caïn resta sourd à l'avertissement de JHVH et il tua Abel.

« Chacun est tenté par sa propre convoitise qui l'entraîne et sert d'appât.

Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché, et le péché, mené à son terme, engendre la mort. » (Epître de Jacques 1.14-15)

Le processus qui conduit de la jalousie, en passant par l'amertume, jusqu'au péché qui peut conduire au crime est résumé en quelques mots dans ces versets de Jacques.

Caïn a suivi ce processus jusqu'à son terme.

Ésaü n'a pu mener à terme son funeste projet parce que Jacob avait reçu la bénédiction de Dieu au travers de son père, Isaac.

Abel n'avait pas reçu une telle bénédiction même si JHVH avait apprécié son offrande.

Face à la haine de quelqu'un, nous pouvons être démunis.

Nous pouvons bien sûr croire que Dieu nous protègera ... ou le prier en ce sens.

Mais quel est son plan pour notre vie ?

Combien d'hommes et de femmes ont été massacrés au nom d'une haine féroce, notamment celle de l'antisémitisme qui, poussé à l'extrême, les a conduits dans des chambres à gaz ?

Certains croyaient que Dieu ne pouvait laisser faire cela !

Mais il n'intervient pas partout ... laissant l'humanité à son libre-arbitre.

C'est aussi la haine qui a conduit Jésus sur la croix, puis des disciples, des apôtres dans les arènes où ils furent mis à mort.

Lorsque notre plan de vie s'achève sur cette terre, il faut accepter son terme.

Alors se révèle le plan de notre vie éternelle ...

< < < Retour au sommaire < < < 210-GEN 27.41 > > > Le départ de Jacob > > >

Visiteurs du site


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 27 ~ Versets 27.1 à 27.46
1. Isaac vieillit et ses yeux devinrent trop faibles pour voir. Il appela Ésaü, son fils, le grand, et il lui dit : « Mon fils. » Celui-ci répondit : « Me voici ! »

2. Puis il dit : « Vois, je t'en prie ! Je suis vieux et ne connais pas le jour de ma mort.

3. Maintenant lève-toi, s'il te plait ! Equipe-toi de ton carquois et de ton arc. Va au champ et chasse pour moi du gibier ! Du gibier !

4. Et fais-moi un plat savoureux comme je l'aime ! Apporte-le moi ! Je mangerai afin que mon âme te bénisse avant de mourir. »

5. Rebecca entendit Isaac qui parlait à Ésaü, son fils. Ésaü partit au champ chasser le gibier pour le rapporter.

6. Rebecca parla à Jacob, son fils, pour dire : « Voici ! J'ai entendu ton père qui parlait à Ésaü, ton frère, il a dit :

7. "Apporte-moi du gibier et fais-moi un plat savoureux. Je mangerai et te bénirai devant JHVH, avant ma mort."

8. Maintenant, mon fils, écoute ce que j'ordonne de ma voix !

9. Va, je t'en prie, au troupeau ! Et prends-moi, de là, deux bons chevreaux ! Et j'en ferai un plat savoureux pour ton père comme il l'aime.

10. Puis porte-le à ton père afin qu'il mange et te bénisse avant sa mort. »

11. Jacob dit à Rebecca, sa mère : « Vois ! Ésaü, mon frère est un homme velu, et je suis glâbre.

12. Mon père le sentira peut-être et je passerai à ses yeux pour un menteur. J'attirerai sur moi la malédiction et non la bénédiction. »

13. Sa mère lui dit : « Que cette malédiction retombe sur moi, mon fils ! Ecoute donc ma voix et va ! Prends-les moi ! »

14. Il s'en alla les prendre pour les porter à sa mère. Alors sa mère fit un plat savoureux comme son père l'aimait.

15. Puis Rebecca prit les habits d'Ésaü, son fils, le grand, les plus convoités qui se trouvent dans sa maison, et les mit sur Jacob, son fils, le petit.

16. Avec les peaux de chevreaux, elle couvrit ses mains, et la nudité de son cou.

17. Puis elle plaça dans les mains de Jacob, son fils, le plat savoureux et le pain qu'elle avait faits.

18. Il vint vers son père et dit : « Mon père. » Il répondit : « Me voici ! Qui es-tu mon fils ? »

19. Jacob dit à son père : « Je suis Ésaü, ton premier-né. J'ai fait comme tu m'as dit. Lève-toi ! Je t'en prie. Assieds-toi et mange mon gibier, afin que ton âme me bénisse ! »

20. Isaac dit à son fils : « Quoi ? Quelle hâte pour en trouver, mon fils. » Il répondit : « C'est JHVH, ton Elohim, qui l'a fait venir à moi. »

21. Isaac dit à Jacob : « Approche-toi ! Je t'en prie ! Je te sentirai mon fils. Es-tu mon fils Ésaü ou non ? »

22. Jacob s'approcha d'Isaac, son père, qui le sentit et dit : « La voix est la voix de Jacob et les mains sont les mains d'Ésaü. »

23. Il ne le reconnut pas car ses mains étaient semblables aux mains velues d'Ésaü, son frère, et il le bénit.

24. Puis il dit : « C'est toi mon fils Ésaü. » Il répondit : « C'est moi. »

25. Il dit alors : « Approche-toi de moi ! Et je mangerai du gibier de mon fils afin que mon âme te bénisse. » Il l'approcha de lui et il mangea. Il lui apporta du vin et il but.

26. Isaac, son père, lui dit : « Approche-toi ! Je t'en prie ! Et embrasse-moi, mon fils. »

27. Il s'approcha et il l'embrassa. Puis il sentit l'odeur de ses vêtements et il le bénit. Alors il dit : « Vois ! L'odeur de mon fils est comme l'odeur d'un champ que JHVH a béni.

28. Elohim te donnera de la rosée des cieux, des huiles de la terre, du grain et le jus du raisin en abondance.

29. Des peuples te serviront, on se prosternera, les gens se prosterneront devant toi. Sois le maître de tes frères ! Les fils de ta mère se prosterneront devant toi. Sera maudit celui qui te maudira, sera béni celui qui te bénira. »

30. Il advint, quand Isaac eut fini de bénir Jacob, que Jacob sortit et s'éloigna de la face d'Isaac, son père. Ésaü, son frère revint de la chasse.

31. Il fit aussi un plat savoureux et il l'apporta à son père. Il dit à son père : « Que mon père se lève, et qu'il mange le gibier de son fils, afin que ton âme me bénisse. »

32. Isaac, son père, lui dit : « Qui es-tu ? » Et il répondit : « C'est moi, ton fils, ton premier-né, Ésaü. »

33. Isaac tressaillit, un tressaillement hors du commun, et il dit : « Qui était donc le chasseur qui m'a apporté du gibier ? J'ai mangé de tout avant ta venue et je l'ai béni. Ainsi il sera béni. »

34. En entendant les paroles de son père, Ésaü cria, un grand cri d'amertume hors du commun. Puis il dit : « Bénis-moi, moi aussi, mon père ! »

35. Il dit : « Ton frère est venu par duperie. Il a pris ta bénédiction. »

36. Il répondit : « Est-ce parce qu'il s'appelle du nom de Jacob qu'il me supplante par deux fois ? Il a pris mon droit d'aînesse, et voici, maintenant il prend ma bénédiction. » Puis il dit : « N'as-tu pas en outre une bénédiction pour moi ? »

37. Isaac répondit en disant à Ésaü : « Voici ! J'en ai fait ton maître. Je lui ai donné tous ses frères pour serviteurs. Je l'ai pourvu en grain et en jus du raisin. Alors, pour toi, que ferai-je mon fils ? »

38. Ésaü dit à son père : « N'as-tu qu'une bénédiction mon père ? Bénis-moi, moi aussi, mon père ! » Ésaü éleva la voix et pleura.

39. Isaac, son père, répondit et lui dit : « Voici ! Ton habitat sera loin des huiles de la terre et de la rosée des cieux.

40. Tu vivras de ton épée et tu serviras ton frère. Mais il adviendra, au gré de ton errance, que tu brises son joug de dessus ton cou. »

41. Ésaü conçut de la rancune envers son frère à cause de la bénédiction dont son père l'avait béni. Ésaü dit en son cœur : « Les jours du deuil de mon père approchent et je tuerai Jacob, mon frère. »

42. Les paroles d'Ésaü, son fils, le grand, furent rapportées à Rebecca. Elle envoya appeler Jacob, son fils, le petit, et elle lui dit : « Voici ! Ésaü, ton frère, veut se réconforter à ton sujet en te tuant.

43. Maintenant, mon fils, écoute ma voix et lève-toi ! Enfuis-toi chez Laban, mon frère, en Hâran.

44. Et habite avec lui quelque temps, jusqu'à ce que la fureur de ton frère se détourne.

45. Jusqu'à ce que la colère de ton frère se détourne de toi et qu'il oublie ce que tu lui a fait, alors j'enverrai te chercher de là. Pourquoi serai-je privée de vous deux en un seul jour ? »

46. Puis Rebecca dit à Isaac : « Je suis dégoûtée de ma vie à cause des filles de Heth. Si Jacob prend une femme parmi des filles de Heth comme celles-ci, au sein de ce pays, que sera ma vie ? »