Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



L'héritier


« Abraham donna tout ce qu'il avait à Isaac. »

(Genèse 25.5)

Héritage

Abraham était un homme béni de JHVH.

C'est de JHVH qu'il avait tout reçu, ce qui permit à son serviteur d'affirmer :

« Il lui a donné tout ce qu'il a. » (Genèse 24.36)

Et tout ce qu'il avait, Abraham le donne à Isaac, à l'exception de quelques biens dont la nature n'est pas précisée mais qui iront aux fils de ses concubines (verset 6).

Pourquoi avoir ainsi privilégié Isaac ?

Lors de son installation en Canaan, Abraham s'est inquiété du fait que son épouse, Sarah, était stérile et que son seul héritier pourrait être son gérant : Eliézer de Damas.

Mais JHVH est intervenu pour lui dire :

« Ce n'est pas lui qui héritera de toi, mais en vérité c'est celui qui sortira de tes entrailles qui sera ton héritier. » (Genèse 15.4)

L'héritier serait donc son fils ... mais aussi celui de Sarah et non Ishmaël, le fils de Hagar, la servante de Sarah.

En quoi consiste cet héritage ?

Dans l'immédiat, il s'agit essentiellement de troupeaux et autres éléments liés à l'activité pastorale d'Abraham.

Car même s'il s'est installé en Canaan, Abraham n'a pas pris possession de ce territoire.

Sa communauté demeurait peu nombreuse et se devait de séjouner aux côtés de ceux qui résidaient sur cette terre.

Cependant JHVH révèle à Abraham la véritable nature de l'héritage qui sera donné à ses descendants dans la lignée d'Isaac :

« Je donne à ta semence cette terre, celle-ci, depuis le fleuve d'Egypte jusqu'au grand fleuve, le fleuve Euphrate :

la Kénite, la Kenizzite, la Kadmonite, la Hittite, la Perizzite, la Refaïte, l'Amorite, la Cananéenne, la Girgashite et la Jébusite. » (Genèse 15.18 à 21)

Dix peuplades, dix territoires ...

Cet héritage territorial, Isaac ne le recevra pas plus qu'Abraham ... mais le temps de Dieu n'est pas notre temps !

Pour l'un comme pour l'autre, et tous ceux qui leur succèderont jusqu'à l'entrée en Terre promise sous la conduite de Josué, l'héritage restera une espérance.

Beaucoup en ressentiraient de l'insatisfaction et seraient tenter de s'en plaindre.

Mais ni Abraham, ni son héritier ne réagiront de la sorte.

Au contraire, cette espérance fondée sur la foi, cette promesse territoriale destinée à leurs descendants qui naîtront plusieurs centaines d'années par la suite, fut pour eux un moteur, une raison de vivre.

C'est avec cette perspective qu'ils ne verraient jamais se réaliser qu'ils ont pourtant entrepris de construire les premiers éléments de l'édifice humain qui prendrait possession du territoire de Canaan.

« Voir ce que l'on espère, ce n'est plus espérer, car comment espérer ce que l'on a ? »

C'est dans ces termes que l'apôtre Paul invitait les disciples de Jésus, en Romains 8.24, à fonder leur espérance.

Non pas sur le fait de voir se réaliser la promesse ... mais sur l'espérance de sa réalisation.

En disant cela, Paul ne parlait pas d'une Terre promise ... mais du salut !

« Car c'est en espérance que nous avons été sauvés. » (Romains 8.24)

Nous avons été sauvés ... donc cet évènement appartient au passé.

Et pourtant, la concrétisation du salut appartient au futur et relève de l'espérance.

Car la preuve de la réalisation du salut, ce sera d'entrer dans le Royaume de la vie éternelle ...

En fait, qu'il s'agisse de la promesse territoriale qui fut donnée à Abraham à l'intention du peuple israélite, ou de la promesse du salut qui ouvre la porte du Royaume des cieux, nous trouvons dans l'un et l'autre cas une espérance en vue d'un espace réservé.

L'espace réservé aux Israélites, c'était le territoire de Canaan, un héritage délimité.

L'espace réservé aux disciples de Jésus, c'est le Royaume de Dieu, un héritage infini.

Jésus a proclamé face à Pilate :

« Mon royaume n’est pas de ce monde. » (Evangile selon Jean 18.36)

Evidemment, face à l'immensité du Royaume de Dieu, ce monde semble bien petit !

Il a cependant ajouté :

« Pour l'instant, mon royaume n’est pas ici. » (Evangile selon Jean 18.36)

Jésus est parti pour rejoindre son Père dans le Royaume des cieux.

Pourtant, un héritage l'attend sur terre ... tout comme il attend les disciples du Christ pour un règne de mille ans :

« Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection !

La seconde mort n’a pas d'emprise sur eux, mais ils seront prêtres de Dieu et du Christ, et règneront avec Lui pendant mille ans. » (Apocalypse 20.6)

< < < Retour au sommaire < < < 190-GEN 25.5 > > > Là-bas au loin ... > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 25 ~ Versets 25.1 à 25.34
1. Abraham prit encore une femme du nom de Ketura.

2. Pour lui, elle donna naissance à Zimran, Jokshan, Medan, Madian, Ishbak et Schuah.

3. Jokshan engendra Sheba et Dedan. Les fils de Dedan donnèrent les Aschurim, les Letuschim et les Leummim.

4. Les fils de Madian sont Épha, Épher, Hénoc, Abida et Eldaah. Tels sont les fils de Ketura.

5. Abraham donna tout ce qu'il avait à Isaac.

6. Aux fils des concubines d'Abraham, Abraham fit des dons puis, tant qu'il était encore en vie, il les envoya loin d'Isaac, son fils, vers l'est, en terre orientale.

7. Et voici les jours des années de la vie d'Abraham : il vécut cent soixante quinze ans.

8. Abraham expira et mourut après une bonne vieillesse, âgé et satisfait, devant les siens rassemblés.

9. Isaac et Ishmaël, ses fils, le mirent en terre dans la caverne de Macpéla, dans le champ d'Ephron, fils de Zohar le Hittite, face à Mamré.

10. C'est le champ qu'Abraham acheta aux fils de Heth, là furent enterrés Abraham et Sarah sa femme.

11. Après la mort d'Abraham, il advint qu'Elohim bénit Isaac, son fils. Puis Isaac résida près du puits du « Vivant qui me voit ».

12. Voici la généalogie d'Ishmaël, fils d'Abraham, que Hagar, la servante égyptienne de Sarah, donna à Abraham.

13. Voici les noms des fils d'Ishmaël, par leurs noms et leurs généalogies : Nebajoth premier-né d'Ishmaël, puis Kédar, Adbeel, Mibsam,

14. Mishma, Duma, Massa,

15. Hadad, Tèma, Yetour, Nafich et Kédma.

16. Ce sont là les fils d'Ishmaël, selon leurs douars et leurs résidences, les douze princes de leurs tribus.

17. Et voici les années de la vie d'Ishmaël : cent trente-sept ans. Il expira et mourut devant les siens rassemblés.

18. Ils campent de Havila jusqu'à Shour, qui est face à l'Egypte, vont jusqu'à l'Assyrie, chacun tombant sur les faces de tous ses frères.

19. Voici la généalogie d'Isaac, fils d'Abraham. Abraham engendra Isaac.

20. Et ce fut Isaac, âgé de quarante ans, qui prit Rebecca pour femme, la fille de Bethuel, l'Araméen de Padan-Aram, sœur de Laban, l'Araméen.

21. Isaac intercéda auprès de JHVH à propos de sa femme qui était stérile, et JHVH intercéda pour lui. Rebecca, sa femme devint enceinte.

22. Les fils se heurtaient à l'intérieur. Alors elle dit : « S'il en est ainsi, pourquoi suis-je enceinte ? » Et elle alla consulter JHVH.

23. JHVH lui dit : « Deux nations parmi les nations sont dans ton ventre. Et deux peuples issus de tes entrailles se sépareront, l'un de l'autre. Il s'en suivra que le grand servira le moindre. »

24. Puis les jours où elle donna naissance furent accomplis et voici : des jumeaux dans son ventre !

25. Le premier sortit, entièrement roux, comme une fourrure. Et ils l'appelèrent du nom d'Ésaü.

26. Ensuite, son frère sortit. Sa main tenait le talon d'Ésaü. Ils l'appelèrent du nom de Jacob. Isaac était âgé de soixante ans à leur naissance.

27. Les garçons grandirent. Ésaü devint un homme connaisseur en gibier, un homme de terrain, et Jacob un homme sans défaut restant sous les tentes.

28. Isaac aimait Ésaü parce qu'il mettait du gibier dans sa bouche ; et Rebecca aimait Jacob.

29. Jacob faisait cuire un potage quand Ésaü arriva du terrain, exténué.

30. Ésaü dit à Jacob : « S'il te plaît ! Fais-moi donc manger de ce roux ! De ce roux-là, car je suis exténué. » C'est ainsi qu'on l'appela du nom d'Édom.

31. Jacob dit : « Vends-moi aujourd'hui ton droit d'aînesse ! »

32. Ésaü répondit : « Vois ! Je suis sur le point de mourir. A quoi bon ce droit d'aînesse pour moi ? »

33. Jacob dit : « Jure-le moi aujourd'hui ! » Il le lui jura, et il vendit son droit d'aînesse à Jacob.

34. Alors Jacob donna à Ésaü du pain et un potage de lentilles. Il mangea et but, se leva et partit. Ésaü méprisa le droit d'aînesse.