Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



Principe de précaution

« Et je te ferai jurer par JHVH,

Elohim des cieux et Elohim de la terre,

que tu ne prendras aucune femme pour mon fils

parmi les filles des Cananéens au milieu desquels je réside. »

(Genèse 24.3)

Une promesse

Pourquoi Abraham ne veut-il pas que son fils, Isaac, se marie avec une fille de Cananéen ?

Est-ce à dire que celles-ci soient plus mauvaises que d'autres?

Ou encore qu'Abraham veuille en quelque sorte préserver la "pureté de la race" dont il est issue ?

De telles interprétations nous éloigneraient du fait qu'Abraham respectait le peuple cananéen au sein duquel il résidait ... tout comme il a pu respecter le peuple d'Egypte quand il y séjourna.

Pour ne citer qu'un exemple, rappelons quel fut le comportement d'Abraham face aux fils de Heth, qui étaient cananéens :

« Abraham se leva et s'inclina devant le peuple de ce territoire : les fils de Heth. » (Genèse 23.7)

Il faut plutôt examiner la dimension spirituelle de cette question.

Abraham était monothéiste, il croyait en un Dieu unique qu'il pouvait aussi bien appeler JHVH, Elohim, Adonaï ...

Ces différentes dénominations n'ôtent rien à l'unité de Dieu.

Il n'en allait pas de même des populations vivant en territoire cananéen.

Certes, celles-ci pouvaient reconnaître l'existence du Dieu d'Abraham ... mais parmi d'autres dieux !

Il était courant dans l'Antiquité de craindre que les dieux des autres soient supérieurs aux siens.

Ceci impliquait donc un respect pour toutes sortes de divinités, bonnes ou mauvaises, connues ou inconnues.

Deux mille ans plus tars, au temps de l'apôtre Paul, les païens continuaient d'honorer toutes sortes de divinités, y compris à Athènes où Paul trouva un autel où était écrit :

« Au dieu inconnu. » (Actes des Apôtres 17.23)

Le fait d'être isolé dans un monde spirituellement hostile, pour ne pas dire dangereux, incite donc Abraham à la précaution.

D'autres que lui n'ont pas respecté un tel principe de précaution au regard des nations païennes ... et la conséquence fut hautement dommageable.

« Ce fut à ces nations que s'attacha Salomon, entraîné par l'amour.

Il eut sept cents princesses pour femmes et trois cents concubines ; et ses femmes détournèrent son cœur. » (Premier Livre des Rois 11.2-3)

Quel est donc cet "amour" qui détourna le cœur de Salomon ?

L'amour de Dieu ... non, celui de la chair !

« A l'époque de la vieillesse de Salomon, ses femmes inclinèrent son cœur vers d'autres dieux ; et son cœur ne fut point tout entier à JHVH, son Elohim, comme l'avait été le cœur de David, son père.

Salomon alla après Astarté, divinité des Sidoniens, et après Milcom, l'abomination des Ammonites. » (Premier Livre des Rois 11.4-5)

Voici donc le risque pressenti par Abraham : que les filles des Cananéens détournent Isaac de JHVH, son Elohim, comme ce sera plus tard le cas pour Salomon.

En appliquant ce principe de précaution, Abraham espérait trouver dans sa famille de meilleures références spirituelles que celles qui avaient cours dans le monde païen.

Il ne pouvait être certain qu'il en serait ainsi ... mais la rencontre avec Rebecca, l'épouse destinée à Isaac, va se révéler fructueuse puisque Laban, le frère de Rebecca, s'exprime en ces termes :

« Viens ! Béni de JHVH. » (verset 31)

Laban invoque JHVH et non une divinité païenne.

N'est-ce pas suffisant ?

Un tel principe de précaution est-il encore nécessaire de nos jours pour le choix de nos conjoints ?

Devons-nous craindre pour nous-mêmes, ou ceux qui nous sont proches, de sombrer dans l'idolâtrie, ou toute autre dérive spirituelle, pour ne pas avoir choisi la bonne personne ?

L'apôtre Paul a édicté une position de principe à ce sujet :

« Ne formez pas un attelage disparate avec les incroyants. Car qu'y a-t-il de commun entre la justice et l’iniquité ? Et quelle convergence entre la lumière et les ténèbres ? » (2 Corinthiens 6.14)

Cette position ne vise pas spécialement les unions matrimoniales mais toutes formes d'alliances que l'on peut être amené à contracter dans cette vie.

Il faut donc toujours être prudent !

Il faut aussi être prudent dans les interprétations hermétiques que l'on peut donner aux textes bibliques.

Car Paul lui-même, sans remettre en cause la position de principe édictée ci-dessus, a envisagé le cas des couples où seul l'homme, ou la femme, est croyant :

« Si un frère à une femme non croyante, et qu'elle consente à habiter avec lui, qu'il ne la repousse pas.

Et si une femme a un mari non croyant, et qu'il consente à habiter avec elle, qu'elle ne repousse pas son mari.

Car le mari non croyant a été sanctifié par sa femme, et la femme non croyante a été sanctifiée par le frère. Autrement, vos enfants seraient impurs or, maintenant ils sont saints. » (1 Corinthiens 7.12-14)

Paul apportait ainsi un message de réconfort à l'égard des enfants nés de cette union et invitait aussi à la stabilité du couple.

Mais il va plus loin en apportant une note d'espérance :

« En effet, sais-tu femme si tu sauveras ton mari ?

Ou bien, sais-tu, mari, si tu sauveras ta femme ? » (1 Corinthiens 7.16)

Abraham ne pouvait s'engager sur une telle voie qui comporte un risque.

Car il faut aussi s'interroger en sens inverse :

« En effet, sais-tu femme si ton mari ne te détournera pas de la foi ?

Ou bien, sais-tu, mari, si ta femme ne te détournera pas de la foi ? »

Aussi, que chacun agisse selon ses convictions.

Mais ne venons pas dire que nous n'avions pas été prévenus !

< < < Retour au sommaire < < < 177-GEN 24.3 > > > Le serment > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 24 ~ Versets 24.1 à 24.31
1. Abraham était âgé. Son temps était venu et JHVH avait béni Abraham en tout.

2. Alors Abraham dit à son serviteur, le plus ancien de sa maison, celui qui régissait tous ses biens : « Je t'en prie ! Mets ta main sous ma cuisse !

3. Et je te ferai jurer par JHVH, Elohim des cieux et Elohim de la terre, que tu ne prendras aucune femme pour mon fils parmi les filles des Cananéens au milieu desquels je réside.

4. Mais tu iras dans mon pays et dans ma parenté prendre une femme pour mon fils, pour Isaac. »

5. Le serviteur lui répondit : « La femme ne voudra peut-être pas venir avec moi dans ce pays. Au retour, ramènerai-je ton fils vers la terre d'où tu es sorti ? »

6. Abraham lui dit : « Garde-toi bien de ne pas ramener mon fils là-bas !

7. JHVH, Elohim des cieux et Elohim de la terre, qui me prit de la maison de mon père, et de la terre de mes parents, qui m'a parlé et m'a juré en disant : "Je donnerai cette terre à ta semence", lui-même enverra un messager face à toi et tu prendras là-bas une femme pour mon fils.

8. Et si la femme ne veut pas venir avec toi, tu seras quitte de ce serment envers moi, mais tu ne ramèneras pas mon fils là-bas. »

9. Alors le serviteur mit sa main sous la cuisse d'Abraham, son Adonaï, et lui prêta serment à ce sujet.

10. Puis le serviteur prit dix chameaux parmi les chameaux de son Adonaï et s'en alla. Il se leva avec tous les présents de son Adonaï en main et se rendit en Aram-des-deux-fleuves, à la ville de Nahor.

11. Il fit s'agenouiller les chameaux en dehors de la ville, près d'un puits d'eau en soirée, à l'heure où sortent celles qui viennent puiser.

12. Et il dit : « JHVH, Elohim de mon Adonaï : Abraham. Provoque cette rencontre, je t'en prie ! Qu'il en soit ainsi devant moi aujourd'hui ! Sois complaisant envers mon Adonaï : Abraham.

13. Voici ! Je vais me tenir près de la source d'eau où les filles des gens de cette ville viennent s'approvisionner en eau.

14. Que la jeune fille à qui je dirai : "Je t'en prie, tends ta jarre et je boirai !" Elle qui dira : "Bois ! Puis je ferai boire tes chameaux." Qu'elle soit celle qui est destinée à ton serviteur, Isaac. Ainsi je reconnaîtrai que tu es complaisant envers mon Adonaï. »

15. Il finissait de parler quand, voici, Rebecca sortit. Née de Bethuel, fils de Milka, femme de Nahor, le frère d'Abraham, elle avait sa jarre sur l'épaule.

16. La jeune fille avait belle apparence, tout à fait vierge car nul homme ne l'avait connue. Elle descendit à la source, remplit sa jarre et remonta.

17. Le serviteur courut à sa rencontre et lui dit : « Je t'en prie, laisse-moi un peu d'eau de ta jarre ! »

18. Elle répondit : « Bois, mon Adonaï ! » Et elle s'empressa de baisser sa jarre avec sa main pour lui donner à boire.

19. Elle acheva de lui donner à boire et ajouta : « Je vais aussi puiser pour tes chameaux jusqu'à ce qu'ils aient fini de boire. »

20. Elle s'empressa de vider sa jarre dans l'abreuvoir et courut jusqu'au puits pour puiser. Elle puisa pour tous ses chameaux.

21. Elle surprenait l'homme, qui restait silencieux. Comment savoir si JHVH l'avait conduit au terme de son chemin ?

22. Aussi, quand les chameaux eurent fini de boire, l'homme prit un pendentif en or, pesant un demi-sicle, et deux bracelets d'or, en pesant dix, pour ses poignets.

23. Il dit : « De qui es-tu la fille, je t'en prie, dis-le moi ? Y a-t-il dans la maison de ton père de la place pour nous loger ? »

24. Elle lui répondit : « Je suis fille de Bethuel, fils de Milka, qu'elle enfanta pour Nahor. »

25. Elle lui dit encore : « De plus nous avons chez nous de la paille broyée et du fourrage en abondance, et aussi de la place pour le logement. »

26. L'homme inclina la tête et se prosterna devant JHVH.

27. Il dit : « Béni soit JHVH, Elohim de mon Adonaï, Abraham, qui n'a pas négligé sa complaisance et sa fidélité envers mon Adonaï. Moi-même, JHVH m'a guidé sur le chemin de la maison des frères de mon Adonaï. »

28. La jeune fille courut à la maison de sa mère pour raconter tout ceci.

29. Rebecca avait un frère nommé Laban. Laban courut dehors vers l'homme jusqu'à la source.

30. Comme il avait vu le pendentif et les bracelets aux poignets de sa sœur, et entendu les paroles de Rebecca, sa sœur, qui disait : « C'est ainsi que l'homme m'a parlé », il alla vers l'homme et vit qu'il se tenait aux côtés des chameaux près de la source.

31. Il dit : « Viens ! Béni de JHVH. Comment resterais-tu dehors alors que j'ai préparé la maison et une place pour les chameaux ? »