Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



Le voile de Rebecca


« Qui est cet homme, celui qui vient dans le champ à notre rencontre ?

Et le serviteur répondit : « C'est mon Adonaï. »

Alors elle prit le voile pour se couvrir. »

(Genèse 24.65)

Le port du voile

Il est bien difficile de nos jours de comprendre à quoi peut correspondre le port du voile.

Et l'ignorance vient souvent fausser les jugements.

La première preuve écrite du port du voile vient de la Mésopotamie où le culte de la déesse Ishtar était associé à la prostitution sacrée.

Ishtar, nom akkadien de la déesse, était représentée voilée.

Cette déesse est appelée "hiérodule d’An", An étant le plus ancien dieu des Sumériens et le terme de "hiérodule" signifie "prostituée sacrée".

Ainsi, en 2 300 avant Jésus-Christ, le port du voile semblait être un signe distinctif pour identifier les prostituées dans cette partie du monde.

Retournement de situation dans les siècles qui ont suivi !

Toujours dans la même région, en Assyrie vers 1 100 avant Jésus-Christ, une loi réglemente le port du voile en ces termes :

"Les femmes mariées (...) qui sortent dans la rue n’auront pas leur tête découverte.

Les filles d’hommes libres seront voilées. La concubine qui va dans les rues avec sa maîtresse sera voilée.

La prostituée ne sera pas voilée, sa tête sera découverte."

Désormais, c'est l'absence de voile qui permet d'identifier une prostituée !

Les êtres humains ont ainsi développé au fil des temps et des cultures une codification des comportements à l'aide de signes distinctifs.

L'habillement, la coiffure, servent souvent de conventions pour définir le statut social d'une personne.

Le port d'une alliance permet au premier regard de supposer que la personne est mariée, donc non disponible pour une éventuelle aventure amoureuse.

Le port du voile en Assyrie, et par la suite dans de nombreuses régions et cultures, signifie que la personne n'est pas disponible pour un rapport entrant dans le champ de la prostitution.

Dans le cas de Rebecca, il apparaît qu'elle ne portait pas d'ordinaire de voile.

Cela ne faisait pas partie des coutumes de sa famille sauf lorsqu'il s'agit d'être confrontée à celui qui doit devenir son futur époux.

Le fait de se voiler avant le mariage est en fait un rituel qui a conservé son prolongement de nos jours.

Lorsque les mariés s'unissent à l'église, le voile de la mariée peut être porté jusqu'à ce que le couple soit déclaré "mari et femme" devant le prêtre.

Ainsi, l'homme est autorisé à découvrir sa femme et à l'embrasser officiellement lorsqu'il retire son voile.

Le fait de "dévoiler" l'épouse préfigure l'acte par lequel celle-ci est sensée perdre sa virginité.

Ainsi, le port du voile est chargé de tradition : il symbolise la virginité et la pureté, et, toujours dans une approche symbolique, il protège cette virginité.

Rien d'étonnant que les traditions religieuses se soient emparées de ce symbole.

Et il n'est pas plus surprenant que dans notre monde moderne le fait d'imposer ainsi le port du voile aux femmes soit conçu comme une aliénation de leur liberté.

La Bible pour sa part a réservé le port du voile à certaines circonstances.

En Judée, au temps de Jésus, les femmes portaient le voile.

Paul, dans la Première Epître aux Corinthiens (11.2-16), insiste sur la nécessité pour la femme de se couvrir la tête quand elle prie ou prophétise.

De ce fait, la tradition catholique a longuement maintenu une telle obligation.

Il faut attendre octobre 1964 pour que les femmes soient autorisées à entrer tête nue dans les églises catholiques.

Auparavant elles étaient tenues de porter une voilette (fixée au chapeau) ou une mantille (dentelle) ou un foulard (carré) ou un fichu (triangulaire).

L'obligation pour les femmes de se couvrir la tête ne disparaît du code de droit canonique qu'en 1983.

Singulièrement, alors que l'occident chrétien évoluait en matière de droits de la femme, le monde musulman s'est mis à régresser, notamment avec la révolution iranienne de 1979.

Chacun demeure libre, en France, de rester attaché aux traditions ... mais à condition de respecter la liberté d'autrui de vouloir s'en délivrer.

Quant à Rebecca, il semble bien que personne ne lui ait imposé de voile.

En se couvrant, son geste révèle sa dignité face à celui qui deviendra son époux ... et qui devra la respecter.

Car la dignité de la personne humaine est un principe selon lequel toute personne ne doit jamais être traitée comme un objet ou comme un moyen, mais comme un être digne de respect et d'amour.

< < < Retour au sommaire < < < 188-GEN 24.65 > > > Connaître et aimer > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 24 ~ Versets 24.32 à 24.67
32. L'homme vint à la maison. Il libéra les chameaux et donna de la paille broyée et du fourrage aux chameaux. Il eut de l'eau pour laver ses pieds et les pieds des gens qui l'accompagnaient.

33. On l'installa et on installa à manger face à lui. Mais il dit : « Je ne mangerai pas avant d'avoir parlé pour vous dire ce qu'il en est. » On répondit : « Parle ! »

34. Il dit alors : « Je suis serviteur d'Abraham.

35. JHVH a béni mon Adonaï abondamment, il est devenu important. Il lui a donné cheptel et bétail, de l'argent, de l'or, serviteurs et domestiques, des chameaux et des ânes.

36. Sarah, la femme de mon Adonaï, a donné naissance à un fils pour mon Adonaï alors qu'elle était âgée. Il lui a donné tout ce qu'il a.

37. Mon Adonaï m'a fait jurer en disant : "Tu ne prendras aucune femme pour mon fils parmi les filles des Cananéens au milieu desquels je réside.

38. Mais tu iras dans la maison de mon père, dans ma famille, afin de prendre une femme pour mon fils."

39. Alors j'ai dit à mon Adonaï : "La femme ne voudra peut-être pas venir avec moi."

40. Il m'a répondu : "JHVH, avec qui je marche, enverra son messager avec toi et assurera la réussite de ton voyage. Ainsi tu prendras une femme pour mon fils au sein de ma famille et de la maison de mon père.

41. Tu seras quitte de ton engagement envers moi quand tu auras rejoint ma famille. Et s'ils ne te la donnent pas, tu seras quitte de ton engagement envers moi."

42. Le jour est venu où je suis arrivé à la source. Alors j'ai dit : "JHVH, Elohim de mon Adonaï : Abraham. Si tu es là, je t'en prie ! Fais arriver maintenant ce voyage à son terme.

43. Voici ! Je vais me tenir près de la source d'eau. Que la jeune fille venue pour puiser et à qui je dirai : "Je t'en prie, laisse-moi boire un peu d'eau de ta jarre !"

44. Celle qui me dira : "Bois donc ! Puis je puiserai pour tes chameaux." Qu'elle soit la femme que JHVH a destiné au fils de mon Adonaï."

45. Je finissais de parler en mon cœur quand, voici, Rebecca est sortie, avec sa jarre sur l'épaule. Elle est descendue à la source pour puiser. Je lui ai dit : "Donne-moi à boire, je t'en prie !"

46. Elle s'est empressée de baisser sa jarre qui était sur elle puis elle a dit : "Bois ! Puis je donnerai à boire à tes chameaux." Alors j'ai bu, et elle a donné à boire aux chameaux.

47. Je l'ai questionnée en disant : "De qui es-tu la fille ?" Elle a répondu : "Je suis fille de Bethuel, fils de Nahor, enfanté pour lui par Milka." Alors j'ai mis le pendentif à son nez et les bracelets à ses poignets.

48. J'ai incliné la tête et je me suis prosterné devant JHVH. Puis j'ai béni JHVH, Elohim de mon Adonaï, Abraham, qui m'a guidé sur le bon chemin afin de prendre la fille du frère de mon Adonaï pour son fils.

49. Et maintenant, si vous voulez agir avec bienveillance et fidélité envers mon Adonaï, dites-le moi ! Autrement, dites-le moi ! Et je ferai face, à droite comme à gauche. »

50. Laban et Bethuel répondirent et lui dirent : « Tout ceci vient de JHVH. Nous ne pouvons rien en dire, en bien ou en mal.

51. Voici ! Rebecca est devant toi. Prends ! Va ! Et elle deviendra la femme du fils de ton Adonaï, selon la parole de JHVH. »

52. Quand il entendit ces mots, le serviteur d'Abraham s'inclina à terre devant JHVH.

53. Le serviteur sortit des objets en or, des objets en argent et des vêtements qu'il donna à Rebecca. Puis il prit des cadeaux qu'il donna à son frère et à sa mère.

54. Ils mangèrent et ils burent, eux et les gens qui étaient avec lui, puis ils s'installèrent. Le matin, après s'être levés, il dit : « Renvoyez-moi vers mon Adonaï. »

55. Son frère et sa mère dirent : « La jeune fille demeurera avec nous quelques jours, voire dix, après quoi elle partira. »

56. Alors il leur répondit : « Vous ne devez pas me retarder puisque JHVH a fait aboutir mon voyage. Renvoyez-moi ! Et je retournerai vers mon Adonaï. »

57. Ils dirent : « Nous appellerons la jeune fille pour lui demander son avis. »

58. Ils appelèrent Rebecca et lui dirent : « Iras-tu avec cet homme ? » Elle répondit : « J'irai. »

59. Alors ils renvoyèrent Rebecca, leur sœur, sa nourrice, le serviteur d'Abraham et ses gens.

60. Ils bénirent Rebecca et lui dirent : « Toi, notre sœur, que tu deviennes des milliers de dizaine de milliers et que ta semence s'empare de la porte de ses ennemis. »

61. Rebecca se leva avec ses servantes. Elles montèrent sur les chameaux et suivirent l'homme. Le serviteur emmena Rebecca et il partit.

62. Isaac revenait du puits du « Vivant qui me voit ». Il résidait sur le territoire du Négueb.

63. Isaac sortit pour méditer dans le champ, face au soir. Il leva les yeux et regarda. Et voici, des chameaux arrivaient !

64. Rebecca leva les yeux et vit Isaac. Elle sauta du chameau.

65. Elle dit au serviteur : « Qui est cet homme, celui qui vient dans le champ à notre rencontre ? » Et le serviteur répondit : « C'est mon Adonaï. » Alors elle prit le voile pour se couvrir.

66. Le serviteur raconta à Isaac tout ce qu'il avait fait.

67. Isaac la porta dans la tente de Sarah, sa mère. Il prit Rebecca qui devint sa femme, et il l'aima. Ainsi fut réconforté Isaac au sujet de sa mère.