Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



La prière


« JHVH, Elohim de mon Adonaï : Abraham.

Provoque cette rencontre, je t'en prie !

Qu'il en soit ainsi devant moi aujourd'hui ! »

(Genèse 24.12)

La prière

« Mais toi, quand tu pries, entre à l'intérieur de toi, ferme ta porte, prie ton Père en secret et ton Père, qui te voit dans le secret, te le rendra. » (Matthieu 6.6)

Jésus a invité ses disciples à prier de la sorte : à l'intérieur de soi !

Deux mille ans auparavant, le serviteur d'Abraham pratiquait de même.

Il existe toutes sortes de prières ... et bien des façons de les exprimer.

Les prières diffèrent selon les objectifs.

La prière d'intercession par exemple consiste à formuler une demande en faveur d'autrui.

Elle ne doit pas connaître de limites, il ne suffit pas de prier pour ses amis, mais aussi pour ses ennemis éventuels !

« Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. » (Evangile selon Matthieu 5.44)

Certaines prières visent à obtenir quelque chose pour soi.

D'autres peuvent à la fois concerner celui qui prie ... et une ou plusieurs tierces personnes.

Dans le cas présent, le serviteur prie à la fois pour Abraham ... et pour lui-même.

Il souhaite que la mission dont Abraham l'a chargé (verset 4) s'accomplisse.

Et il demande aussi que cela se réalise le jour même ... ce qui lui permettrait d'être libéré de sa mission au plus tôt.

JHVH est à l'écoute ... et la prière est à peine formulée que le serviteur en voit l'aboutissement (verset 15).

Toutes les prières n'aboutissent pas immédiatement ... mais cela ne veut pas dire qu'elles n'aient pas été entendues !

« En priant, ne rabâchez pas comme les païens. En effet, ils pensent qu'ils seront exaucés par un excès de paroles.

Ne leur ressemblez pas ! Car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le Lui demandiez. » (Matthieu 6.7-8)

Pour le serviteur d'Abraham, la rapidité d'exécution démontre que JHVH avait mis en place les conditions de réalisation avant même que la prière soit formulée.

Dans ces conditions, on pourrait s'interroger sur l'utilité de la prière.

En fait, une prière n'est pas une demande envers un être lointain ... mais une relation, une communication, un échange verbal ou par la pensée par l'intermédiaire de quelqu'un qui vous est intimement lié : l'Esprit Saint qui est en vous.

Et s'il est en vous, il sait de quoi vous avez besoin !

L'accomplissement d'une prière dépend nécessairement de la volonté de Dieu.

Puisqu'il sait de quoi nous avons besoin, il peut ne pas juger nécessaire d'exaucer une demande qui est superflue ou ne correspond pas au plan de Dieu pour nos vies.

Il faut aussi prendre en compte l'état d'esprit de celui ou celle qui prie.

Est-ce sincère ... ou est-ce un simulâcre de foi ?

« Quand vous priez, vous ne serez pas comme les hypocrites, car ils aiment prier debout dans les synagogues et à l'angle des chemins pour paraître devant les hommes. Ma foi, je vous le dis : ils reçoivent ainsi leur récompense. » (Matthieu 6.5)

Jésus dénonçait ainsi le comportement de ses contemporains dans les synagogues ou sur la place publique.

Mais ceci peut fort bien se transposer de nos jours à l'égard de n'importe quelle forme d'expression religieuse où l'individu est plus soucieux de montrer sa piété ... que de la vivre intérieurement !

Et s'il faut conclure sur ce sujet qui est inépuisable, n'oublions jamais que celui qui s'adresse à Dieu doit toujours demeurer dans l'humilité et ne pas être aveuglé par ses prétentions.

Là encore, les enseignements de Jésus nous permettent d'avoir une juste approche de notre comportement.

Méditons la parabole du Pharisien et du publicain ... (Evangile selon Luc 18.10-14)

« Deux hommes montèrent au temple pour prier. Un Pharisien et un publicain. Le Pharisien, debout, priait ainsi en lui-même :

"O Dieu, je te rends grâces, car je ne suis pas comme le reste des hommes, voleurs, injustes, adultères, ou bien comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine, je paie la dîme de tous mes revenus."

Par contre, le publicain, qui se tenait à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel. Mais il se frappait la poitrine en disant :

"O Dieu, prends pitié de moi, qui suis un pécheur."

Je vous le dis, celui-ci retourna justifié dans sa maison, et non l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé. »

< < < Retour au sommaire < < < 180-GEN 24.12 > > > La source > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 24 ~ Versets 24.1 à 24.31
1. Abraham était âgé. Son temps était venu et JHVH avait béni Abraham en tout.

2. Alors Abraham dit à son serviteur, le plus ancien de sa maison, celui qui régissait tous ses biens : « Je t'en prie ! Mets ta main sous ma cuisse !

3. Et je te ferai jurer par JHVH, Elohim des cieux et Elohim de la terre, que tu ne prendras aucune femme pour mon fils parmi les filles des Cananéens au milieu desquels je réside.

4. Mais tu iras dans mon pays et dans ma parenté prendre une femme pour mon fils, pour Isaac. »

5. Le serviteur lui répondit : « La femme ne voudra peut-être pas venir avec moi dans ce pays. Au retour, ramènerai-je ton fils vers la terre d'où tu es sorti ? »

6. Abraham lui dit : « Garde-toi bien de ne pas ramener mon fils là-bas !

7. JHVH, Elohim des cieux et Elohim de la terre, qui me prit de la maison de mon père, et de la terre de mes parents, qui m'a parlé et m'a juré en disant : "Je donnerai cette terre à ta semence", lui-même enverra un messager face à toi et tu prendras là-bas une femme pour mon fils.

8. Et si la femme ne veut pas venir avec toi, tu seras quitte de ce serment envers moi, mais tu ne ramèneras pas mon fils là-bas. »

9. Alors le serviteur mit sa main sous la cuisse d'Abraham, son Adonaï, et lui prêta serment à ce sujet.

10. Puis le serviteur prit dix chameaux parmi les chameaux de son Adonaï et s'en alla. Il se leva avec tous les présents de son Adonaï en main et se rendit en Aram-des-deux-fleuves, à la ville de Nahor.

11. Il fit s'agenouiller les chameaux en dehors de la ville, près d'un puits d'eau en soirée, à l'heure où sortent celles qui viennent puiser.

12. Et il dit : « JHVH, Elohim de mon Adonaï : Abraham. Provoque cette rencontre, je t'en prie ! Qu'il en soit ainsi devant moi aujourd'hui ! Sois complaisant envers mon Adonaï : Abraham.

13. Voici ! Je vais me tenir près de la source d'eau où les filles des gens de cette ville viennent s'approvisionner en eau.

14. Que la jeune fille à qui je dirai : "Je t'en prie, tends ta jarre et je boirai !" Elle qui dira : "Bois ! Puis je ferai boire tes chameaux." Qu'elle soit celle qui est destinée à ton serviteur, Isaac. Ainsi je reconnaîtrai que tu es complaisant envers mon Adonaï. »

15. Il finissait de parler quand, voici, Rebecca sortit. Née de Bethuel, fils de Milka, femme de Nahor, le frère d'Abraham, elle avait sa jarre sur l'épaule.

16. La jeune fille avait belle apparence, tout à fait vierge car nul homme ne l'avait connue. Elle descendit à la source, remplit sa jarre et remonta.

17. Le serviteur courut à sa rencontre et lui dit : « Je t'en prie, laisse-moi un peu d'eau de ta jarre ! »

18. Elle répondit : « Bois, mon Adonaï ! » Et elle s'empressa de baisser sa jarre avec sa main pour lui donner à boire.

19. Elle acheva de lui donner à boire et ajouta : « Je vais aussi puiser pour tes chameaux jusqu'à ce qu'ils aient fini de boire. »

20. Elle s'empressa de vider sa jarre dans l'abreuvoir et courut jusqu'au puits pour puiser. Elle puisa pour tous ses chameaux.

21. Elle surprenait l'homme, qui restait silencieux. Comment savoir si JHVH l'avait conduit au terme de son chemin ?

22. Aussi, quand les chameaux eurent fini de boire, l'homme prit un pendentif en or, pesant un demi-sicle, et deux bracelets d'or, en pesant dix, pour ses poignets.

23. Il dit : « De qui es-tu la fille, je t'en prie, dis-le moi ? Y a-t-il dans la maison de ton père de la place pour nous loger ? »

24. Elle lui répondit : « Je suis fille de Bethuel, fils de Milka, qu'elle enfanta pour Nahor. »

25. Elle lui dit encore : « De plus nous avons chez nous de la paille broyée et du fourrage en abondance, et aussi de la place pour le logement. »

26. L'homme inclina la tête et se prosterna devant JHVH.

27. Il dit : « Béni soit JHVH, Elohim de mon Adonaï, Abraham, qui n'a pas négligé sa complaisance et sa fidélité envers mon Adonaï. Moi-même, JHVH m'a guidé sur le chemin de la maison des frères de mon Adonaï. »

28. La jeune fille courut à la maison de sa mère pour raconter tout ceci.

29. Rebecca avait un frère nommé Laban. Laban courut dehors vers l'homme jusqu'à la source.

30. Comme il avait vu le pendentif et les bracelets aux poignets de sa sœur, et entendu les paroles de Rebecca, sa sœur, qui disait : « C'est ainsi que l'homme m'a parlé », il alla vers l'homme et vit qu'il se tenait aux côtés des chameaux près de la source.

31. Il dit : « Viens ! Béni de JHVH. Comment resterais-tu dehors alors que j'ai préparé la maison et une place pour les chameaux ? »