Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



Une transaction cachée

« Mon Adonaï, écoute-moi !

Qu'est-ce qu'une terre de quatre cents pièces

d'argent entre toi et moi ?

Enterre-la ta défunte ! »

(Genèse 23.15)

Argent

Abraham souhaitait acquérir un lieu de sépulture pour son épouse, Sarah.

Il était prêt à payer la caverne de Macpéla et le terrain voisin au prix demandé par son propriétaire, Ephron.

Mais il ignorait si celui-ci serait prêt à lui vendre. Aussi demande-t-il au fils de Heth d'appuyer sa requête auprès d'Ephron.

« Si vous avez à l'esprit que j'enterre ma défunte près de moi, écoutez-moi ! Et intercédez pour moi auprès d'Ephron, fils de Zohar !

Et il me donnera la caverne de Macpéla qui est à lui, qui se trouve à l'extrémité de son champ, contre sa pleine valeur en argent. » (versets 8 & 9)

Dans un premier temps, Ephron semble prêt à céder le terrain gratuitement.

« Le champ, je te le donne. Et la caverne qui s'y trouve, je te la donne. Aux yeux des fils de mon peuple, je te la donne. » (verset 11)

Mais au fond, Ephron préférerait la vendre.

Et s'il laisse croire qu'il est prêt pour une cession gratuite, c'est parce qu'il se trouve devant son peuple et souhaite sauver les apparences devant ses hommes qui sont favorables à Abraham (verset 6).

Abraham est un homme de Dieu, et son don de discernement lui permet de deviner la véritable intention d'Ephron.

Aussi insiste-t-il pour payer le champ à son prix (verset 13).

La réponse d'Ephron (verset 15) est ce que l'on appelle en psychologie (analyse transactionnelle) une transaction cachée.

Les transactions cachées, ou à double-fond, sont des transactions complexes parce qu’une seule phrase comporte deux messages.

Le premier message, appelé le "message social", ce sont les mots prononcés. C'est ce qui est formulé verbalement et que tout le monde peut entendre.

Le second est le message caché ou psychologique à l'aide de mots non formulés verbalement, mais qui peuvent – ou non – être très bien "entendus" par un interlocuteur.

L’une des formes bien connues de ce type de communication, ce sont les sous-entendus.

Dans le cas présent, le "message social" vise à laisser croire à l'auditoire qu'Ephron est au-dessus des questions d'argent, qu'il est généreux :

« Qu'est-ce qu'une terre de quatre cents pièces d'argent entre toi et moi ? »

Mais ce faisant, il annonce le prix du champ qu'il espère obtenir : 400 pièces !

Sa réponse est donc hypocrite ... ce qui est souvent le cas dans ce type de conversations où votre interlocuteur exprime des sentiments qu'il ne ressent pas.

La réponse honnête, franche et directe aurait été celle-ci :

« J'évalue cette terre à quatre cents pièces d'argent. »

Ephron aurait peut-être déçu son peuple, mais la sincérité l'aurait emporter.

D'ailleurs, n'était-il pas en droit d'attendre une somme d'argent en retour de la cession de son terrain ?

« Un homme du nom d'Ananias, avec sa femme Saphira, vendit un bien.

Il en conserva une partie pour son profit, de connivence avec sa femme, et apporta le reste qu'il déposa aux pieds des apôtres. Pierre lui dit :

Ananias, pourquoi Satan a-t-il envahi ton cœur afin que tu trompes l'Esprit Saint en retenant à ton profit une partie du prix du terrain ?

Ne pouvait-il rester en ta possession et, en le vendant, demeurer ton bien ? Pourquoi donc as-tu conçu cette affaire dans ton cœur ? Tu n'as pas menti aux hommes ... mais à Dieu ! » (Actes 5.1 à 4)

Cette mésaventure relatée dans le Livre des Actes des Apôtres peut être rapprochée du comportement d'Ephron.

Ananias comme Ephron pouvaient tirer de leur bien la somme qu'ils en attendaient : chacun est libre !

Mais l'un comme l'autre, par une transaction cachée ont menti.

Cependant Ananias s'est présenté comme un croyant ... ce qui ne fut pas le cas d'Ephron.

La sanction pour Ananias fut très lourde : il s'effondra sur le champ pour avoir menti à Dieu !

Pour Ephron qui a seulement menti à ses hommes, la Bible ne parle pas de sanction : Abraham paye le prix demandé et l'affaire est conclue.

Il faut dire que le fait de mentir, et de se mentir réciproquement, dans le monde des humains est tellement courant qu'il n'y aurait plus personne sur terre si Dieu intervenait à chaque fois pour sanctionner le mensonge.

< < < Retour au sommaire < < < 174-GEN 23.15 > > > Un accord verbal > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 23 ~ Versets 23.1 à 23.20
1. La vie de Sarah dura cent vingt-sept ans, telles furent les années de Sarah.

2. Sarah mourut à Kiriath Arba, c'est-à-dire Hébron, en terre de Canaan, et Abraham vint se lamenter pour Sarah et la pleurer.

3. Abraham se releva au-dessus de sa défunte puis alla parler aux fils de Heth pour leur dire :

4. « Je séjourne en visiteur parmi vous. Donnez-moi une propriété funéraire parmi vous et j'enterrerai ma défunte près de moi. »

5. Les fils de Heth répondirent à Abraham en lui disant :

6. « Ecoute-nous ! Mon Adonaï, prince d'Elohim au milieu de nous, enterre ta défunte dans une de nos tombes selon ton choix ! Aucun homme parmi nous ne refusera son tombeau pour que toi tu enterres ta défunte. »

7. Abraham se leva et s'inclina devant le peuple de ce territoire : les fils de Heth.

8. Alors il leur parla en leur disant : « Si vous avez à l'esprit que j'enterre ma défunte près de moi, écoutez-moi ! Et intercédez pour moi auprès d'Ephron, fils de Zohar !

9. Et il me donnera la caverne de Macpéla qui est à lui, qui se trouve à l'extrémité de son champ, contre sa pleine valeur en argent. Il me la donnera au milieu de vous comme propriété funéraire. »

10. Ephron était assis parmi les fils de Heth. Ephron le Hittite répondit à Abraham. Les fils de Heth, et tous ceux qui avaient franchi la porte de sa ville, l'entendirent qui disait :

11. « Non, mon Adonaï, écoute-moi ! Le champ, je te le donne. Et la caverne qui s'y trouve, je te la donne. Aux yeux des fils de mon peuple, je te la donne. Enterre ta défunte ! »

12. Abraham s'inclina face au peuple de ce territoire.

13. Puis il s'adressa à Ephron, et le peuple de cette terre l'entendit qui disait : « Si tu voulais bien m'écouter. Je te donne l'argent du champ, accepte-le de moi ! Ensuite, j'enterrerai ma défunte. »

14. Ephron répondit à Abraham en lui disant :

15. « Mon Adonaï, écoute-moi ! Qu'est-ce qu'une terre de quatre cents pièces d'argent entre toi et moi ? Enterre-la ta défunte ! »

16. Abraham comprit Ephron, aussi Abraham pesa pour Ephron l'argent que celui-ci avait évoqué aux oreilles des fils d'Heth : quatre cent pièces d'argent au cours du marché.

17. Il fut ainsi conclu que le champ d'Ephron qui est à Macpéla, en face de Mamré, le champ et la caverne qui s'y trouve, ainsi que tout arbre du champ et en limite tout autour,

18. soit acquis par Abraham aux yeux des fils d'Heth et de tous ceux qui avaient franchi la porte de sa ville.

19. Après ceci, Abraham enterra Sarah son épouse dans la caverne du champ de Macpéla, face à Mamré, c'est-à-dire Hébron, en terre de Canaan.

20. C'est ainsi qu'il fut confirmé devant les fils d'Heth que le champ, et la caverne qui s'y trouve, sont possession funéraire d'Abraham.