Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



Les sept agnelles

« Abimélek dit à Abraham :

Pourquoi ces sept agnelles sont-elles mises à l'écart ? »

(Genèse 21.29)

Les sept agneaux

La réponse d'Abraham est-elle suffisante pour comprendre ce que représentent ces sept agnelles ?

« Tu recevras ces sept agnelles de ma main afin que cela soit pour moi un témoignage que j'ai creusé ce puits. » (verset 30)

Ce puits est le point de départ d'un litige (verset 25).

L'approvisionnement en eau était en effet fondamental pour ces éleveurs de bétail et source de conflit.

Mais le règlement du litige va passer par une promesse, un engagement de paix entre Abraham et Abimélek, qui se traduira par le nom donné au puits : Beér Shèba.

« Aussi on appela cet endroit Beér Shèba car c'est là qu'ils jurèrent tous deux. » (verset 31)

Beér Shèba peut se traduire par "puits des sept" ou "puits du serment".

Il semble donc que le don de sept agnelles vienne renforcer le serment.

Pourquoi sept ... pourquoi pas six ou huit ?

Pourquoi des agnelles ... des femelles ... et pas des agneaux ?

Le nombre sept est hautement symbolique dans la Bible ... à commencer par les jours de la Création.

Il représente un cycle qui se reproduit semaine après semaine à l'infini.

Ainsi, le don de sept animaux est représentatif de ce cycle : un animal = un jour !

Sept animaux = un pour chaque jour de la semaine.

Mais que deviennent ces animaux ?

S'il s'agit d'agneaux, on va les consommer et le cycle va se terminer.

Par contre, en offrant des agnelles, on permet à celui qui reçoit le don des sept de se constituer un cheptel ... et de reproduire le cycle du vivant à l'infini.

C'est ainsi que ce don de sept agnelles devient synonyme d'un serment perpétuel.

Mais ce récit ne s'arrête pas là !

Abimélek s'en va avec ceux qui l'accompagnaient (verset 32) et Abraham reste là, sur le lieu du serment.

Abraham va faire deux choses : planter un arbre et invoquer Dieu.

« Il planta un tamaris à Beér Shèba. Et là il nomma JHVH : El Olâm. » (verset 33)

Le tamaris est un petit arbre très décoratif. Les tamaris ne sont jamais malades et résistent aux intempéries comme aux températures négatives.

Autant dire que planter un tel arbre au Proche-Orient est une garantie de longévité.

On le trouve en Europe comme en Asie et jusqu'en Chine où il est considéré comme un symbole d'immortalité.

Il évoque la douceur de la solitude, les vastes étendues désertes, les grandes plaines chinoises, où des civilisations se sont englouties sans qu'on s'en aperçoive, dans l'indifférence de l'éternité.

Alors, pour conclure, Abraham va invoquer Dieu en nommant JHVH d'un nouveau nom : El Olâm.

Certains traduiront cette expression par Dieu éternel ou Dieu de l'éternité ce qui résume ainsi tout ce passage sur ce que devrait être un serment.

El Olâm est ainsi témoin de l'engagement pris à Beér Shèba et qu'Abraham, homme de foi tenant ses promesses, espérait ... éternel.

Les promesses de Dieu sont éternelles ...

« Dieu n'est point un homme pour mentir, ni le fils d'un homme pour regretter.

Ce qu'il a dit, ne le fera-t-il pas ?

Ce qu'il a déclaré, ne l'exécutera-t il pas ? » (Nombres 23.19)

Malheureusement, il n'en va de même des promesses des hommes ...

< < < Retour au sommaire < < < 161-GEN 21.29 > > > La mise à l'épreuve > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 21 ~ Versets 21.1 à 21.34
1. JHVH visita Sarah comme il l'avait dit et JHVH intervint pour Sarah conformément à sa parole.

2. Elle fut enceinte, et Sarah donna naissance à un fils pour Abraham, dans sa vieillesse, au temps fixé dont Elohim lui avait parlé.

3. Alors Abraham nomma son fils, celui auquel Sarah avait donné naissance pour lui : Isaac.

4. Puis Abraham circoncit Isaac son fils, âgé de huit jours, comme Elohim lui avait prescrit.

5. Abraham était âgé de cent ans à la naissance de son fils, Isaac.

6. Sarah dit alors : « Elohim m'a donné sujet à rire. Quiconque l'entendra rira à mon sujet. »

7. Puis elle dit : « Qui a déclaré à Abraham que Sarah allaitera des fils ? Oui, j'ai donné naissance à un fils, pour sa vieillesse. »

8. Le garçon grandit et fut sevré. Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré.

9. Or Sarah vit le fils que Hagar, l'Egyptienne, avait donné pour Abraham, qui se moquait.

10. Elle dit à Abraham : « Chasse cette servante et son fils ! Car le fils de cette servante n'héritera pas avec mon fils, avec Isaac. »

11. Cette parole déplut énormément aux yeux d'Abraham à cause de son fils.

12. Mais Elohim dit à Abraham : « Cela ne doit pas déplaire à tes yeux à cause du garçon et de ta servante. Ecoute la voix de Sarah, tout ce qu'elle te dit. Car c'est par Isaac que ta semence sera considérée !

13. De plus, je ferai une nation du fils de la servante, car c'est ta semence. »

14. Abraham se leva de bon matin. Il prit du pain et une outre d'eau qu'il donna à Hagar pour placer sur son épaule. Il la renvoya avec le garçon. Elle s'en alla et s'égara dans le désert de Beér Shèba.

15. Comme ils avaient épuisé l'eau de l'outre, elle laissa le garçon sous l'un des arbustes.

16. Elle s'en alla s'asseoir plus loin, à une portée d'arc, car elle disait : « Que je ne voie pas ce garçon mourir. » Elle s'assit donc plus loin, éleva la voix et se lamenta.

17. Elohim entendit la voix du garçon, et le messager d'Elohim appela Hagar depuis les cieux pour lui dire : « Qu'as-tu Hagar ? Tu ne dois pas avoir peur car Elohim a entendu la voix du garçon, là où il est.

18. Lève-toi ! Relève le garçon et sois courageuse, ta main dans la sienne ! Car je ferai de lui une grande nation. »

19. Elohim lui dessilla les yeux et elle vit un puits d'eau. Elle alla remplir l'outre d'eau et donna à boire au garçon.

20. Elohim était avec le garçon qui grandit, s'établit dans le désert et devint un grand archer.

21. Il résida dans le désert de Paran et sa mère lui prit une femme de la terre d'Egypte.

22. En cette même époque, Abimélek, avec Phikol, le chef de son armée, vint dire à Abraham : « Elohim est avec toi en tout ce que tu fais.

23. Ici et maintenant, jure-moi par Elohim ! Tu ne me mentiras pas, ni à mes enfants, ni à ma descendance ! Et la bienveillance que j'ai eue envers toi, tu l'auras pour moi et pour la terre où tu séjournes. »

24. Abraham dit : « Moi, je le jure. »

25. Mais Abraham réprimanda Abimélek à propos d'un puits d'eau dont s'étaient emparé les serviteurs d'Abimélek.

26. Abimélek répondit : « Je ne sais pas qui a fait cela ? D'ailleurs, tu ne m'en avais pas parlé. Quant à moi, je l'apprends ce jour. »

27. Abraham prit du cheptel, du bétail, qu'il donna à Abimélek. Et tous deux coupèrent l'alliance.

28. Abraham mis à l'écart du cheptel sept agnelles.

29. Abimélek dit à Abraham : « Pourquoi ces sept agnelles sont-elles mises à l'écart ? »

30. Il répondit : « Tu recevras ces sept agnelles de ma main afin que cela soit pour moi un témoignage que j'ai creusé ce puits. »

31. Aussi on appela cet endroit Beér Shèba car c'est là qu'ils jurèrent tous deux.

32. Et ils coupèrent l'alliance en Beér Shèba. Puis Abimélek se leva avec Phikol, le chef de son armée, et ils rejoignirent le territoire des Philistins.

33. Il planta un tamaris à Beér Shèba. Et là il nomma JHVH : El Olâm.

34. Abraham résida sur le territoire des Philistins des jours nombreux.