Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



La mise à l'épreuve

« Elohim éprouva Abraham en lui disant : Abraham !

Il répondit : Me voici ! »

(Genèse 22.1)

Epreuve

Ce chapitre 22 du Livre de la Genèse relate un évènement déterminant dans le processus de construction des religions.

Car le sacrifice d'Isaac, demandé par Elohim, est une référence, un pilier de la foi pour le Judaïsme, le Christianisme ou l'Islam.

Les chapitres précédents ont montré à quel point Abraham pouvait bénéficier de la présence de Dieu et de son soutien parce qu'il avait su lui faire confiance dès le départ, lorsque celui-ci lui ordonna de quitter sa famille :

« Va-t'en ! De ta terre, de ta famille, de la maison de ton père, vers la terre que je te montrerai. » (Genèse 12.1)

Au cours des multiples péripéties développées dans une dizaine de chapitre, la vie d'Abraham a été présentée comme une succession d'actes de foi qui vont connaître leur apogée avec cette dernière mise à l'épreuve.

Pour le Judaïsme, une citation de Rachi résume ce moment historique de la vie d'Abraham comme suit :

"Me voici ! ... C’est ainsi que répondent les gens pieux, en signe d’humilité et pour indiquer qu’ils sont prêts." (Midrach tan‘houma Wayéra 22)

Pour les chrétiens, le sacrifice d'Isaac annonce le sacrifice ultérieur de Jésus qui dit à son Père céleste :

« Père, si tu le veux, éloigne cette coupe loin de moi ... cependant qu'il n'en soit pas selon ma volonté, mais que la tienne s'accomplisse. » (Luc 22.42)

Abraham était prêt pour l'épreuve ... Jésus le sera de même.

Cependant Jésus savait qu'il n'échapperait pas à la crucifixion alors qu'Abraham présentait que, au dernier moment, Elohim remplacerait Isaac par un animal destiné au sacrifice :

« Mon fils, Elohim saura voir lui-même l'agneau de l'offrande. » (Genèse 22.8)

Pour les musulmans, le sacrifice du fils, remplacé par un bélier, fait l'objet d'une célébration rituelle avec la fête de "l'Aïd-el-Kébir".

Elle se déroule le douzième mois du calendrier hégirien, qui est aussi le point culminant du pèlerinage à La Mecque.

Pour ceux qui n’accomplissent pas le pèlerinage, cette fête est marquée par une prière suivie du sacrifice d’un animal.

Pour ceux qui se trouvent à La Mecque, le sacrifice constitue le rite final du pèlerinage.

Précisons toutefois que dans la mesure où le Coran ne précise pas le nom du fils, les musulmans considèrent qu'il s'agissait d'Ishmaël et non d'Isaac.

Le Christianisme a transféré la mise à l'épreuve sur Jésus, fils de Dieu, l'Islam et le Judaïsme la transfèrent sur le fils d'Abraham.

Ainsi le Coran ajoute une parole du fils (Ishmaël) laissant entendre que celui-ci se serait soumis au projet de sacrifice :

"Ô mon père ! Fais ce qui t’est ordonné. Tu me trouveras patient, si Dieu le veut !" (verset 102 de la sourate XXXVII)

Et l'interprétation du Judaïsme est similaire à propos d'Isaac :

"Si le Saint béni soit-Il me disait : Offre-toi en sacrifice pour moi ! ... je le ferais sans hésiter." (Sanhèdrin 89b et Beréchith raba 55, 4)

Ainsi sur le fondement d'un texte commun, chacun apporte son interprétation au gré de convictions de foi qui ont divergé.

Cet exemple, parmi tant d'autres, illustre à quel point les religions ont pu développer des croyances et des rituels qui seront autant de sources de divisions spirituelles et de conflits.

Qui plus est, chaque individu lorsqu'il sera lui-même confronté à une mise à l'épreuve réagira différemment, au gré de ses propres convictions.

Les uns seront accablés, les autres relèveront le défi.

Certains se soumettront à la volonté divine, d'autres ne comprendront pas ce qui leur arrive :

"Seigneur, que t'ai-je fait pour être traité de la sorte ?"

Mais bien souvent, dans le monde des croyants, on cherchera si cette épreuve vient de Dieu ... ou de l'adversaire.

Et c'est logique, car Jésus lui-même a mis en garde ses disciples :

« Simon, Simon, Satan vous a réclamés pour vous cribler comme le froment. » (Evangile selon Luc 22.31)

Quoi qu'il en soit, et quelle que soit l'origine de cette épreuve, il nous a semblé utile de nous référer à une parole de sagesse.

Celle-ci ne provient pas de la Bible, mais d'un bouddhiste japonais, fondateur du "reiki".

Sans vouloir pour autant mettre en avant cette pratique, suspectée de pouvoir conduire à des dérives sectaires, nous retiendrons cependant en conclusion cette phrase ... comme sujet de méditation :

"Dans chaque épreuve, ne cherchez pas l’ennemi, cherchez l’enseignement." (Usui Mikao)

< < < Retour au sommaire < < < 162-GEN 22.1 > > > Le sacrifice du fils > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 22 ~ Versets 22.1 à 22.24
1. Après ces évènements, il advint que Elohim éprouva Abraham en lui disant : « Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! »

2. Il dit : « Fais-moi plaisir ! Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes : Isaac. Puis rends-toi sur la terre de Moriya et offre-le ! Tu feras l'ascension de l'une des montagnes que je te dirai. »

3. Abraham se leva de bon matin et il sella son âne. Il prit deux de ses hommes avec lui ainsi que Isaac, son fils. Il fendit du bois pour l'offrande. Puis il se leva pour se rendre sur le lieu dont Elohim lui avait parlé.

4. Au troisième jour, Abraham, levant les yeux, vit le lieu de loin.

5. Abraham dit à ses hommes : « Asseyez-vous, ici, avec l'âne ! Moi et le garçon nous irons plus loin. Ainsi, nous adorerons puis nous reviendrons vers vous. »

6. Abraham prit les bois pour l'offrande, il les mit sur son fils Isaac, et il prit dans sa main le feu et le couteau. Puis ils allèrent tous deux ensemble.

7. Isaac s'adressa à Abraham, son père, et il dit : « Mon père. » Il répondit : « Me voici, mon fils. » Il reprit : « Voici le feu et les bois. Où est l'agneau pour l'offrande ? »

8. Abraham répondit : « Mon fils, Elohim saura voir lui-même l'agneau de l'offrande. » Et ils allèrent tous deux ensemble.

9. Puis ils arrivèrent sur le lieu dont Elohim lui avait parlé. Abraham y édifia un autel et disposa les bois. Il attacha Isaac, son fils, et le mit sur l'autel par-dessus les bois.

10. Abraham étendit la main et prit le couteau pour égorger son fils.

11. Alors le messager de JHVH l'appela des cieux et dit : « Abraham ! Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! »

12. Il dit : « N'étend pas ta main sur le garçon car tu ne dois rien lui faire. Je sais maintenant que tu crains Elohim. Pour moi, tu n'as pas épargné ton fils, ton unique. »

13. Abraham leva les yeux et regarda. Et voici, derrière dans un fourré, un bélier était retenu par les cornes. Abraham s'avança, prit le bélier et le présenta en offrande au lieu de son fils.

14. Abraham appela ce lieu du nom de JHVH Irae. Aussi dit-on aujourd'hui : « Sur la montagne de JHVH, il sera pourvu. »

15. Le messager de JHVH appela Abraham une seconde fois des cieux.

16. Il dit : « Je le jure par moi-même, parole de JHVH, puisque tu as fait cela, sans épargner ton fils, ton unique :

17. Sois béni ! Je te bénirai et te ferai croître. Je ferai croître ta semence comme les étoiles des cieux, comme le sable sur le bord de la mer. Et ta semence s'emparera de la porte de ses ennemis.

18. Toutes les nations de la terre seront elles-mêmes bénies en ta semence dans la mesure où tu as écouté ma voix. »

19. Abraham ratourna vers ses hommes. Ils se levèrent et partirent ensemble à Beér Shèba. Puis Abraham résida à Beér Shèba.

20. Après ces évènements, il advint que l'on rapporta à Abraham ces dires : « Voici ! Milca a aussi donné naissance à des fils pour Nahor, ton frère :

21. Uz, son premier-né, Buz, son frère, et Kamuel, le père d'Aram ;

22. Chesed, Hazu, Pildash, Jidlaph et Bethuel.

23. Bethuel a engendré Rebecca. Ces huit sont ceux auxquels Milca a donné naissance pour Nahor, le frère d'Abraham.

24. Sa concubine, du nom de Réumah, a aussi donné naissance à Tebah, Gaham, Thahash et Maachah.