Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



La ville refuge

« Cette ville là est moindre et assez proche pour me sauver.

S'il t'en plaît, je m'y réfugierai !

N'est-elle pas petite ? Et mon âme vivra. »

(Genèse 19.20)

Zoar

« C'est ainsi que l'on a appelé cette ville du nom de Zoar. » (verset 22)

Zoar, aussi écrit Tsoar, signifie en hébreu petit, moindre, insignifiant, ce qui explique son nom.

Loth estime avoir le temps de se réfugier dans cette ville qui, du fait de sa taille, pourrait échapper au désastre qui va s'abattre sur la région.

Zoar est aussi nommée par ailleurs Bèla (Genèse 14.8).

Elle était située dans une plaine fertile (Genèse 13.10) près de la Mer Morte.

Zoar va ainsi être la seule des villes existant dans la plaine à avoir été épargnée par JHVH consécutivement à la requête de Loth.

Cela ne signifie pas pour autant que ses habitants étaient plus vertueux et accueillants que ceux de Sodome ou Gomorrhe qui furent anéanties.

Aussi Loth, après s'être réfugié à Zoar pendant le désastre, préfèrera quitter cette ville pour trouver un autre lieu de résidence :

« Loth s'éleva au-dessus de Zoar et s'établit dans la montagne avec ses deux filles car il craignait d'habiter Zoar. » (verset 30)

De ce fait, la fonction de ville refuge n'a duré, pour ce qui concerne Zoar, que peu de temps.

Par la suite, il sera demandé aux Israélites, lors de leur installation en Terre promise, de donner à six villes la fonction de ville de refuge.

« Parmi les villes que vous donnerez aux Lévites, il y aura six villes de refuge où pourra s'enfuir le meurtrier, et quarante-deux autres villes. » (Nombres 35.6)

Ces villes instituées selon la volonté de JHVH sont bien différentes de Zoar.

Zoar était une ville pervertie qui allait accueillir peu de temps un homme juste : Loth.

Les six villes attribuées aux Lévites, donc des prêtres, hommes dévoués à JHVH, devront au contraire accueillir des pécheurs, des meurtriers.

Il ne s'agit pas de criminels ayant agi volontairement mais de personnes coupables d'un homicide involontaire :

« L'assemblée délivrera le meurtrier de la main du vengeur du sang, et le fera retourner dans la ville de refuge où il s'était enfui. Il y demeurera jusqu'à la mort du souverain sacrificateur qu'on a oint de l'huile sainte. » (Nombres 35.25)

De ce fait, le "vengeur de sang" ou gôël, parent de la victime souhaitant venger celle-ci, ne pourra pas tuer le meurtrier qui bénéficie ainsi d'un droit d'asile.

La durée pendant laquelle le meurtrier est susceptible de demeurer dans une ville de refuge est indéterminée puisque l'on ne sait pas combien de temps vivra le souverain sacrificateur (le grand-prêtre) en fonction.

Il faut donc en déduire que les israélites s'en remettaient ainsi à l'appréciation de JHVH, seul habilité à déterminer combien de temps vivrait le grand-prêtre.

Pendant ce temps, le meurtrier réfugié dans la ville aurait tout le temps de méditer sur son acte et de s'en repentir.

Car le but des villes de refuge était aussi d’imposer au fugitif un temps d'exil expiatoire.

L’expiation était comprise comme un remords qui efface le crime, jusqu’à ce que le coupable recouvre sa proximité antérieure avec la volonté divine.

Le fait que toutes ces villes se trouvent rattachées aux Lévites leur donne un caractère sacré.

Cette pratique a trouvé par la suite de multiples développements, notamment lorsque l'on considérait qu'un homme poursuivi pouvait se réfugier dans une église ou un temple, c'est-à-dire dans une enceinte qui pouvait être considérée comme sacrée.

De nos jours, le caractère religieux du droit d'asile n'est plus reconnu dans les sociétés laïques.

Par contre, les pays démocratiques adhèrent au droit international en matière d'asile.

Ainsi la déclaration universelle des droits de l'homme énonce dans son article 14 :

« 1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays.

2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies. »

Il ne s'agit plus ici de faire une distinction entre homicide volontaire et involontaire mais d'accorder une protection collective à des individus ou groupes d'individus persécutés.

Il s'agit donc pour l'essentiel d'un droit d'asile pour des motifs d'ordre politique.

Tous les Etats n'ont pas la même approche de ce droit d'asile notamment lorsqu'il s'agit d'accueillir des réfugiés pour des motifs d'ordre économique fuyant la misère.

Et tous les individus d'un même Etat n'ont pas non plus la même tolérance à recevoir des réfugiés, qu'ils soient politiques ou économiques.

C'est ainsi que certaines villes seront plus accueillantes que d'autres lorsqu'il s'agit de recevoir des réfugiés.

Ces villes de refuge des temps modernes qui savent exercer l'hospitalité seront-elles considérées avec bienveillance par le Dieu de la Bible ?

« J’étais étranger et vous m’avez recueilli. » (Matthieu 25.35)

Lorsque Jésus préconisait ainsi de recevoir l'étranger, il mettait en avant les lois de l'hospitalité qui devaient animer ses disciples.

A l'inverse, il prévenait ceux-ci que le fait de ne pas être accueillant serait sévèrement jugé dans le Royaume de Dieu.

Pour bien en prendre conscience, il sera utile de relire et méditer le chapitre 25 de l'Evangile selon Matthieu.

Si l'on analyse le comportement de Loth qui préfère fuir dans la montagne plutôt que s'établir à Zoar, il est clair que les habitants de cette petite ville ne connaissaient guère les valeurs de l'hospitalité.

Ils étaient peu différents de ceux de Sodome qui avaient menacé Loth en lui disant :

« Celui-là vient séjourner ici et il s'adjuge de juger. Aussi, nous allons te faire plus de mal qu'à eux » (verset 9)

Loth, cet étranger de passage à Sodome, était tout juste toléré ... mais il devait se faire discret !

< < < Retour au sommaire < < < 145-GEN 19.20 > > > La femme de Loth > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 19 ~ Versets 19.1 à 19.38
1. Deux des messagers arrivèrent à Sodome en soirée. Loth, assis à la porte de Sodome les aperçut. Il se leva à leur rencontre et se prosterna, ses narines touchaient terre.

2. Il dit : « Voici ! S'il vous plaît, mes seigneurs ! Je vous prie de vous installer dans la maison de votre serviteur pour y loger. Lavez-vous les pieds ! Vous vous lèverez tôt et reprendrez votre chemin ! » Ils répondirent : « Non, nous nous installerons sur la place. »

3. Il les pressa avec une telle insistance qu'ils s'en remirent à lui en venant dans sa maison. Il leur prépara un festin et fit cuire des pains sans levain et ils mangèrent.

4. Avant qu'ils ne soient couchés, les gens de la ville, les gens de Sodome, entourèrent la maison, du plus jeune à l'homme âgé, toute la population venant des quartiers les plus éloignés.

5. Ils appelèrent Loth et lui dirent : « Où sont les personnes qui sont venues chez toi cette nuit ? Montre-les nous que nous les connaissions ! »

6. Loth s'avança vers eux sur le pas de porte et ferma la porte derrière lui.

7. Il dit : « Je vous en prie mes frères. Vous allez commettre le mal !

8. S'il vous plaît ! Voici mes deux filles qui n'ont pas connu d'homme. Je vous en prie, je vous les amènerai et vous leur ferez ce qui est bien à vos yeux. Mais vous ne devez rien faire à ces personnes, car elles sont venues à l'ombre de mon toit. »

9. Ils répondirent : « Eloigne-toi ! » Et ajoutèrent : « Celui-là vient séjourner ici et il s'adjuge de juger. Aussi, nous allons te faire plus de mal qu'à eux. » Ils le poussèrent avec insistance, Loth, et s'avancèrent pour enfoncer la porte.

10. Les personnes étendirent leur main et attirèrent Loth vers elles, dans la maison, puis fermèrent la porte.

11. Elles frappèrent d'éblouissement les gens qui étaient à l'entrée de la maison, du plus petit au plus grand, et ils s'épuisèrent à trouver l'entrée.

12. Les personnes dirent à Loth : « Qui as-tu encore ici ? Gendres, fils et filles, et tout ce qui est à toi dans la ville : emporte-le hors de ce lieu !

13. Car nous allons détruire ce lieu parce que le cri à son encontre est grand face à JHVH et JHVH nous a envoyés pour le détruire. »

14. Loth sortit pour parler à ses gendres, ceux qui avaient pris ses filles, et il leur dit : « Levez-vous ! Partez de ce lieu, de cette ville que JHVH va détruire ! » Mais il passa pour un plaisantin aux yeux de ses gendres.

15. Comme l'aube se levait, les messagers se précipitèrent vers Loth pour lui dire : « Lève-toi ! Prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici, de peur que tu ne sois exterminé avec l'iniquité de cette ville. »

16. Comme il s'attardait, les personnes attrapèrent sa main, la main de sa femme, la main de ses deux filles : JHVH voulait l'épargner. Puis ils l'emmenèrent pour le laisser en dehors de la ville

17. Ensuite, après qu'ils l'ait emmené au dehors, l'un d'eux dit : « Sauve-toi ! Pour ton âme, tu de dois pas regarder derrière toi et tu ne dois stationner nulle part dans la plaine. Sauve-toi dans la montagne de peur d'être exterminé ! »

18. Loth leur répondit : « Seigneur, non, je t'en prie !

19. Vois ! S'il te plaît ! Ton serviteur a trouvé grâce à tes yeux et tu as magnifié ta bienveillance à mon égard afin de préserver ma vie, mon âme, mais je ne serai pas capable de me sauver jusqu'à la montagne avant que la malédiction m'atteigne, et je mourrai.

20. Vois ! S'il te plaît ! Cette ville là est moindre et assez proche pour me sauver. S'il t'en plaît, je m'y réfugierai ! N'est-elle pas petite ? Et mon âme vivra. »

21. Il lui répondit : « Voici ! Je te concède cela en plus. Aussi je ne dévasterai pas la ville dont tu parles.

22. Hâte-toi ! Sauve-toi ! Car je ne peux rien faire tant que tu n'y es pas arrivé. » C'est ainsi que l'on a appelé cette ville du nom de Zoar.

23. Le soleil se leva sur la terre et Loth atteint Zoar.

24. JHVH fit pleuvoir des cieux sur Sodome et Gomorrhe du soufre et le feu de JHVH.

25. Il dévasta ces villes et toute la plaine, tous ceux qui y résidaient et ce qui poussait du sol.

26. Alors sa femme regarda en arrière et se transforma en monument de sel.

27. Abraham se leva de bon matin pour se rendre à l'endroit où il fut face à JHVH.

28. Il se tourna face à Sodome et Gomorrhe et face à tout le territoire de la plaine et voici ce qu'il vit : une fumée montait de la terre comme la fumée d'une fournaise.

29. Ainsi, quand Elohim a détruit les villes de la plaine, Elohim s'est souvenu d'Abraham et a sorti Loth du milieu de cette dévastation alors que Loth habitait les villes qui furent dévastées.

30. Loth s'éleva au-dessus de Zoar et s'établit dans la montagne avec ses deux filles car il craignait d'habiter Zoar. Il habita dans une grotte, lui et ses deux filles.

31. L'aînée dit à la cadette : « Notre père est vieux et il n'y a nul homme dans ce territoire pour venir vers nous comme cela se fait partout sur terre.

32. Viens ! Nous ferons boire du vin à notre père et nous coucherons avec lui. Ainsi nous donnerons vie à la semence de notre père. »

33. Elles donnèrent du vin à boire à leur père cette nuit-là. L'aînée vint coucher avec son père qui n'en sut rien de son coucher jusqu'à son lever.

34. Le lendemain, l'aînée dit à la cadette : « Voici ! J'ai couché avec mon père la nuit dernière. Nous lui ferons encore boire du vin cette nuit. Viens ! Couche avec lui ! Nous donnerons vie à la semence de notre père. »

35. Et elles firent encore boire du vin à leur père cette nuit-là et la cadette se leva pour coucher avec lui. Il n'en sut rien de son coucher jusqu'à son lever.

36. Les deux filles de Loth furent enceintes de leur père.

37. L'aînée donna naissance à un fils qu'elle appela du nom de Moab. C'est le père des Moabites jusqu'à ce jour.

38. La cadette donna aussi naissance à un fils qu'elle appela du nom de Ben-Ammi. C'est le père des fils d'Ammôn jusqu'à ce jour.