Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



La grâce de Dieu


« Lève-toi ! Prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici,

de peur que tu ne sois exterminé avec l'iniquité de cette ville. »

(Genèse 19.15)

La grâce de Dieu

« Deux des messagers arrivèrent à Sodome en soirée.

Loth, assis à la porte de Sodome les aperçut.

Il se leva à leur rencontre et se prosterna, ses narines touchaient terre. » (verset 1)

Lorsque Loth vit s'approcher deux inconnus, son accueil fut semblable à celui dont Abraham fit preuve face aux trois étrangers qui venaient vers lui (Genèse 18.2).

Loth ressemble beaucoup à Abraham, son oncle, non par le physique dont nous ignorons tout mais par les qualités humaines.

A l'image d'Abraham, Loth est un homme juste, un homme de foi.

Loth a suivi Abram depuis son départ de Harân pour arriver à Canaan :

« Alors Abram partit, comme JHVH le lui avait dit. Il partit avec Loth. » (Genèse 12.4)

Il l'a accompagné en Egypte d'où il est revenu avec Abram :

« Abram remonta d'Egypte vers le Négueb, lui, sa femme, et tout ce qu'il avait. Loth était avec lui. » (Genèse 13.1)

Lorsqu'un conflit survint entre les bergers d'Abram et ceux de Loth (Genèse 13.7), cet incident fut sans conséquence sur la paix qui régnait entre ces deux hommes.

Tout ceci explique pourquoi Abraham insista autant auprès de JHVH lors de son intercession en faveur de Sodome.

Abraham savait que Loth résidait à Sodome que JHVH voulait détruire.

Lorsqu'il commence à négocier le salut des justes qui pourraient éventuellement habiter Sodome (chapitre 18), en supposant qu'il pourrait y avoir cinquante justes, pour finir à dix, Abraham songe à Loth.

S'il y avait eu seulement dix justes, JHVH n'aurait pas détruit Sodome (Genèse 18.32).

Mais il n'y en a pas dix ... seulement un, qui va bénéficier de la grâce de Dieu ainsi que celles et ceux qui acceptent de l'accompagner.

Les gendres de Loth ne l'ont pas pris au sérieux lorsqu'il leur annonce la destruction imminente de Sodome (Genèse 19.14).

C'était leur droit, ce fut leur choix ... il y en a beaucoup qui passent ainsi à côté de la grâce de Dieu car ils n'ont pas pris conscience de ce qui leur était offert.

La grâce est plus souvent individuelle que collective.

Loth a pu en bénéficier ... ceux qui l'accompagnaient, en prolongeant leurs vies, pouvaient disposer d'un laps de temps supplémentaire pour se repentir un jour de leurs péchés et être à leur tour graciés.

Mais dans l'immédiat, JHVH se soucie surtout de Loth ...

« JHVH voulait l'épargner. » (verset 16)

La grâce individuelle peut bien sûr s'étendre à l'entourage, comme ce fut le cas de ce geôlier qui demandait à l'apôtre Paul comment être sauvé.

Il eut pour toute réponse :

« Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille. » (Actes des Apôtres 16.31)

Mais chaque cas, chaque individu est unique :

« C'est ainsi, je vous le dis, qu'il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion. » (Luc 15.7)

Un pécheur se convertit ... et pendant ce temps que deviennent les autres ?

Dans les cieux, toute conversion est une source de joie ... pour les autres, la patience de Dieu demeure, ceci dans l'attente du jugement final.

Une nuit, un homme vit apparaître au-dessus de son lit une forme humaine sans visage qui lui dit :

« Il y a l'individu que l'on touche, et l'individu que l'on apprécie ... »

Alors la forme sans visage tendit la main vers lui et l'homme se réveilla.

Trois ans plus tard, lorsque cet homme se convertit il entendit plusieurs fois cette expression :

"J'ai été touché par la grâce de Dieu !"

Il comprit alors la signification de ce rêve qui l'avait profondément marqué.

Le visiteur nocturme sans visage n'était autre qu'une manifestation du Dieu sans visage puisque :

« Personne n'a jamais vu Dieu ! » (Jean 1.18 & 1 Jean 4.12)

Et Dieu, pour des raisons qui lui sont propres, avait décidé de le toucher par sa grâce ... ce qui s'est traduit trois ans plus tard par la conversion.

Cet homme s'était engagé sur la bonne voie, celle de la recherche du Dieu de la Bible qui savait que cette recherche finirait par aboutir.

Pour ce qui est des "autres individus", Dieu les observe, Dieu les apprécie.

Peut-être la grâce de Dieu viendra aussi les toucher au terme de cette période d'observation, lorsque l'appréciation deviendra favorable.

Une appréciation n'est pas un jugement ... c'est plutôt une incitation à s'améliorer.

Certains enseignants se permettent de vous juger en vous donnant comme appréciation : "Nul !"

Lorsque Dieu vous apprécie, et vous met dans l'attente de sa décision finale, vous aurez comme évaluation : "Peut mieux faire !" ou "Encore un effort !" ... en attendant le jour où :

« Il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion. »

Dans le Royaume des cieux, le temps du jugement n'est pas encore venu car nous vivons encore le temps de la grâce, de la patience de Dieu.

Et le temps de la grâce est aussi celui de l'amour, de cet amour qui remplit notre Père éternel et qui l'incite non à nous juger mais à nous apprécier dans des termes encourageants.

Ces encouragements, chacun peut les entendre, les écouter ... ou les ignorer.

Pour nous les transmettre, il a envoyé son Fils, Jésus.

Et nous sommes libres de l'écouter ... ou non :

« Si quelqu’un entend mes paroles, et ne les garde pas, je ne le juge pas. Car je ne suis pas venu pour juger le monde, mais pour sauver le monde. » (Jean 12.47)

< < < Retour au sommaire < < < 144-GEN 19.15 > > > La ville refuge > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 19 ~ Versets 19.1 à 19.38
1. Deux des messagers arrivèrent à Sodome en soirée. Loth, assis à la porte de Sodome les aperçut. Il se leva à leur rencontre et se prosterna, ses narines touchaient terre.

2. Il dit : « Voici ! S'il vous plaît, mes seigneurs ! Je vous prie de vous installer dans la maison de votre serviteur pour y loger. Lavez-vous les pieds ! Vous vous lèverez tôt et reprendrez votre chemin ! » Ils répondirent : « Non, nous nous installerons sur la place. »

3. Il les pressa avec une telle insistance qu'ils s'en remirent à lui en venant dans sa maison. Il leur prépara un festin et fit cuire des pains sans levain et ils mangèrent.

4. Avant qu'ils ne soient couchés, les gens de la ville, les gens de Sodome, entourèrent la maison, du plus jeune à l'homme âgé, toute la population venant des quartiers les plus éloignés.

5. Ils appelèrent Loth et lui dirent : « Où sont les personnes qui sont venues chez toi cette nuit ? Montre-les nous que nous les connaissions ! »

6. Loth s'avança vers eux sur le pas de porte et ferma la porte derrière lui.

7. Il dit : « Je vous en prie mes frères. Vous allez commettre le mal !

8. S'il vous plaît ! Voici mes deux filles qui n'ont pas connu d'homme. Je vous en prie, je vous les amènerai et vous leur ferez ce qui est bien à vos yeux. Mais vous ne devez rien faire à ces personnes, car elles sont venues à l'ombre de mon toit. »

9. Ils répondirent : « Eloigne-toi ! » Et ajoutèrent : « Celui-là vient séjourner ici et il s'adjuge de juger. Aussi, nous allons te faire plus de mal qu'à eux. » Ils le poussèrent avec insistance, Loth, et s'avancèrent pour enfoncer la porte.

10. Les personnes étendirent leur main et attirèrent Loth vers elles, dans la maison, puis fermèrent la porte.

11. Elles frappèrent d'éblouissement les gens qui étaient à l'entrée de la maison, du plus petit au plus grand, et ils s'épuisèrent à trouver l'entrée.

12. Les personnes dirent à Loth : « Qui as-tu encore ici ? Gendres, fils et filles, et tout ce qui est à toi dans la ville : emporte-le hors de ce lieu !

13. Car nous allons détruire ce lieu parce que le cri à son encontre est grand face à JHVH et JHVH nous a envoyés pour le détruire. »

14. Loth sortit pour parler à ses gendres, ceux qui avaient pris ses filles, et il leur dit : « Levez-vous ! Partez de ce lieu, de cette ville que JHVH va détruire ! » Mais il passa pour un plaisantin aux yeux de ses gendres.

15. Comme l'aube se levait, les messagers se précipitèrent vers Loth pour lui dire : « Lève-toi ! Prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici, de peur que tu ne sois exterminé avec l'iniquité de cette ville. »

16. Comme il s'attardait, les personnes attrapèrent sa main, la main de sa femme, la main de ses deux filles : JHVH voulait l'épargner. Puis ils l'emmenèrent pour le laisser en dehors de la ville

17. Ensuite, après qu'ils l'ait emmené au dehors, l'un d'eux dit : « Sauve-toi ! Pour ton âme, tu de dois pas regarder derrière toi et tu ne dois stationner nulle part dans la plaine. Sauve-toi dans la montagne de peur d'être exterminé ! »

18. Loth leur répondit : « Seigneur, non, je t'en prie !

19. Vois ! S'il te plaît ! Ton serviteur a trouvé grâce à tes yeux et tu as magnifié ta bienveillance à mon égard afin de préserver ma vie, mon âme, mais je ne serai pas capable de me sauver jusqu'à la montagne avant que la malédiction m'atteigne, et je mourrai.

20. Vois ! S'il te plaît ! Cette ville là est moindre et assez proche pour me sauver. S'il t'en plaît, je m'y réfugierai ! N'est-elle pas petite ? Et mon âme vivra. »

21. Il lui répondit : « Voici ! Je te concède cela en plus. Aussi je ne dévasterai pas la ville dont tu parles.

22. Hâte-toi ! Sauve-toi ! Car je ne peux rien faire tant que tu n'y es pas arrivé. » C'est ainsi que l'on a appelé cette ville du nom de Zoar.

23. Le soleil se leva sur la terre et Loth atteint Zoar.

24. JHVH fit pleuvoir des cieux sur Sodome et Gomorrhe du soufre et le feu de JHVH.

25. Il dévasta ces villes et toute la plaine, tous ceux qui y résidaient et ce qui poussait du sol.

26. Alors sa femme regarda en arrière et se transforma en monument de sel.

27. Abraham se leva de bon matin pour se rendre à l'endroit où il fut face à JHVH.

28. Il se tourna face à Sodome et Gomorrhe et face à tout le territoire de la plaine et voici ce qu'il vit : une fumée montait de la terre comme la fumée d'une fournaise.

29. Ainsi, quand Elohim a détruit les villes de la plaine, Elohim s'est souvenu d'Abraham et a sorti Loth du milieu de cette dévastation alors que Loth habitait les villes qui furent dévastées.

30. Loth s'éleva au-dessus de Zoar et s'établit dans la montagne avec ses deux filles car il craignait d'habiter Zoar. Il habita dans une grotte, lui et ses deux filles.

31. L'aînée dit à la cadette : « Notre père est vieux et il n'y a nul homme dans ce territoire pour venir vers nous comme cela se fait partout sur terre.

32. Viens ! Nous ferons boire du vin à notre père et nous coucherons avec lui. Ainsi nous donnerons vie à la semence de notre père. »

33. Elles donnèrent du vin à boire à leur père cette nuit-là. L'aînée vint coucher avec son père qui n'en sut rien de son coucher jusqu'à son lever.

34. Le lendemain, l'aînée dit à la cadette : « Voici ! J'ai couché avec mon père la nuit dernière. Nous lui ferons encore boire du vin cette nuit. Viens ! Couche avec lui ! Nous donnerons vie à la semence de notre père. »

35. Et elles firent encore boire du vin à leur père cette nuit-là et la cadette se leva pour coucher avec lui. Il n'en sut rien de son coucher jusqu'à son lever.

36. Les deux filles de Loth furent enceintes de leur père.

37. L'aînée donna naissance à un fils qu'elle appela du nom de Moab. C'est le père des Moabites jusqu'à ce jour.

38. La cadette donna aussi naissance à un fils qu'elle appela du nom de Ben-Ammi. C'est le père des fils d'Ammôn jusqu'à ce jour.