Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



Les chiens de paille

« Avant qu'ils ne soient couchés, les gens de la ville,

les gens de Sodome, entourèrent la maison,

du plus jeune à l'homme âgé, toute la population

venant des quartiers les plus éloignés. »

(Genèse 19.4)

Les chiens de paille

Les chiens de paille, un film réalisé en 1971, raconte l'histoire d'un homme, David, et de sa femme, qui, installés dans une ferme, se trouvent confrontés à la violence d'un groupe d'hommes issus du village voisin.

Retranché dans la ferme, David élabore des pièges afin d'assurer sa survie.

Ce cauchemar démontre à quel point les instincts humains peuvent conduire aux comportements les plus intolérables, notamment le harcèlement et le viol.

De tels comportements, qui sont basés sur les instincts les plus sordides, au mépris de la vie humaine et du droit de chacun de disposer de son corps, sont bien souvent contagieux car ils génèrent des phénomènes de groupe.

Ainsi, dans le cas de Sodome, ce ne sont pas quelques individus mais tous les hommes de la ville qui entendent violer les deux personnes accueillies chez Loth.

Leurs intentions sont proclamées dans des termes qu'il faut cependant expliciter :

« Montre-les nous que nous les connaissions ! » (verset 5)

Dans le langage courant, le fait de connaître quelqu'un semble bien anodin.

Mais au temps d'Abraham, et à l'époque où la Genèse fut rédigée, connaître, en hébreu, peut avoir plusieurs sens, et notamment celui d'avoir des relations sexuelles avec quelqu'un.

Il a ainsi cette signification lorsqu'il est écrit :

« Adam connu Ève, sa femme.

Elle fut enceinte et donna naissance à Caïn. » (Genèse 4.1)

En français, la décomposition du verbe connaître a fait l'objet d'un jeu de mot :

Co-naître c'est naître avec !

Selon Jean Cocteau, par exemple, « toute connaissance est une co-naissance : connaître, c’est naître avec. »

Que penser de cette affirmation si l'on considère que le fait de se connaître, comme le firent Adam et Eve et tant d'hommes et de femmes, a permis à l'humanité de se multiplier ?

La connaissance charnelle de deux individus homosexuels permet-elle de faire naître une nouvelle créature ?

Assurément non !

Seule la connaissance charnelle hétérosexuelle permet à un nouvel individu de naître avec ses parents par la procréation.

Seul le couple hétérosexuel permet à l'homme et à la femme réunis dans leur fonction de procréateurs d'être à l'image du Créateur suprême.

Sans ce processus hétérosexuel, l'humanité n'aurait connu aucun développement !

Qu'en est-il de nos chiens de paille venus frapper à la porte de Loth ?

Manifestement, les relations hétérosexuelles ne les intéressent pas.

Car lorsque Loth leur propose ses filles pour préserver ses deux invités (verset 8), ils dédaignent cette proposition et de surcroît envisagent de s'en prendre à Loth :

« Aussi, nous allons te faire plus de mal qu'à eux. » (verset 9)

La proposition de Loth est très choquante, car offrir ses enfants en substitution est scandaleux.

Mais à cette époque, il semble que les traditions d'hospitalité dépassaient le sentiment parental que l'on doit porter envers ses propres filles.

On trouve d'aileurs une situation comparable dans un autre texte de la Bible.

« Les hommes de la ville, gens pervers, entourèrent la maison, frappèrent à la porte, et dirent au vieillard, maître de la maison :

"Fais sortir l'homme qui est entré chez toi, pour que nous le connaissions."

Le maître de la maison, se présentant à eux, leur dit :

"Non, mes frères, ne faites pas le mal, je vous prie ; puisque cet homme est entré dans ma maison, ne commettez pas cette infamie.

Voici, j'ai une fille vierge, et cet homme a une concubine. Je vous les amènerai dehors, vous les déshonorerez, et vous leur ferez ce qu'il vous plaira.

Mais ne commettez pas sur cet homme une action aussi infâme. » (Juges 19.22-24)

La suite de ce récit extrait du Livre des Juges nous fait chavirer dans l'horreur ... et nous en resterons là !

L'humanité a toujours su se distinguer par sa brutalité et ses perversions.

Ce qui règne au plus profond de l'âme humaine est souvent exécrable.

Loin de concevoir des plans vertueux, beaucoup sont fascinés par le mal ... jusqu'au jour où le jugement divin se manifeste, comme ce fut le cas pour Sodome.

Ecoutons ce que prophétisait Esaïe dans un texte qui peut aussi bien concerner Sodome que les perspectives à venir du jugement dernier :

« Maintenant je me lèverai, dit JHVH, maintenant je serai exalté, maintenant je serai élevé.

Vous avez conçu du foin, vous enfanterez de la paille. Votre souffle, c'est un feu qui vous dévorera.

Les peuples seront des fournaises, des épines arrachées qui brûlent au feu. » (Esaïe 33.10-12)

De tous temps, les chiens de paille ont conçu du foin ... ils ne peuvent qu'enfanter de la paille.

Une paille appelée à brûler, dévorée par son propre souffle, le souffle des désirs charnels incontrôlés.

Car lorsque le feu de JHVH est tombé sur Sodome et Gomorrhe, c'est toute la plaine qui fut dévastée.

Et lorsque Abraham, le lendemain matin, s'est rendu sur place ...

« une fumée montait de la terre comme la fumée d'une fournaise ... » (verset 28)

< < < Retour au sommaire < < < 142-GEN 19.4 > > > L'abomination > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 19 ~ Versets 19.1 à 19.38
1. Deux des messagers arrivèrent à Sodome en soirée. Loth, assis à la porte de Sodome les aperçut. Il se leva à leur rencontre et se prosterna, ses narines touchaient terre.

2. Il dit : « Voici ! S'il vous plaît, mes seigneurs ! Je vous prie de vous installer dans la maison de votre serviteur pour y loger. Lavez-vous les pieds ! Vous vous lèverez tôt et reprendrez votre chemin ! » Ils répondirent : « Non, nous nous installerons sur la place. »

3. Il les pressa avec une telle insistance qu'ils s'en remirent à lui en venant dans sa maison. Il leur prépara un festin et fit cuire des pains sans levain et ils mangèrent.

4. Avant qu'ils ne soient couchés, les gens de la ville, les gens de Sodome, entourèrent la maison, du plus jeune à l'homme âgé, toute la population venant des quartiers les plus éloignés.

5. Ils appelèrent Loth et lui dirent : « Où sont les personnes qui sont venues chez toi cette nuit ? Montre-les nous que nous les connaissions ! »

6. Loth s'avança vers eux sur le pas de porte et ferma la porte derrière lui.

7. Il dit : « Je vous en prie mes frères. Vous allez commettre le mal !

8. S'il vous plaît ! Voici mes deux filles qui n'ont pas connu d'homme. Je vous en prie, je vous les amènerai et vous leur ferez ce qui est bien à vos yeux. Mais vous ne devez rien faire à ces personnes, car elles sont venues à l'ombre de mon toit. »

9. Ils répondirent : « Eloigne-toi ! » Et ajoutèrent : « Celui-là vient séjourner ici et il s'adjuge de juger. Aussi, nous allons te faire plus de mal qu'à eux. » Ils le poussèrent avec insistance, Loth, et s'avancèrent pour enfoncer la porte.

10. Les personnes étendirent leur main et attirèrent Loth vers elles, dans la maison, puis fermèrent la porte.

11. Elles frappèrent d'éblouissement les gens qui étaient à l'entrée de la maison, du plus petit au plus grand, et ils s'épuisèrent à trouver l'entrée.

12. Les personnes dirent à Loth : « Qui as-tu encore ici ? Gendres, fils et filles, et tout ce qui est à toi dans la ville : emporte-le hors de ce lieu !

13. Car nous allons détruire ce lieu parce que le cri à son encontre est grand face à JHVH et JHVH nous a envoyés pour le détruire. »

14. Loth sortit pour parler à ses gendres, ceux qui avaient pris ses filles, et il leur dit : « Levez-vous ! Partez de ce lieu, de cette ville que JHVH va détruire ! » Mais il passa pour un plaisantin aux yeux de ses gendres.

15. Comme l'aube se levait, les messagers se précipitèrent vers Loth pour lui dire : « Lève-toi ! Prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici, de peur que tu ne sois exterminé avec l'iniquité de cette ville. »

16. Comme il s'attardait, les personnes attrapèrent sa main, la main de sa femme, la main de ses deux filles : JHVH voulait l'épargner. Puis ils l'emmenèrent pour le laisser en dehors de la ville

17. Ensuite, après qu'ils l'ait emmené au dehors, l'un d'eux dit : « Sauve-toi ! Pour ton âme, tu de dois pas regarder derrière toi et tu ne dois stationner nulle part dans la plaine. Sauve-toi dans la montagne de peur d'être exterminé ! »

18. Loth leur répondit : « Seigneur, non, je t'en prie !

19. Vois ! S'il te plaît ! Ton serviteur a trouvé grâce à tes yeux et tu as magnifié ta bienveillance à mon égard afin de préserver ma vie, mon âme, mais je ne serai pas capable de me sauver jusqu'à la montagne avant que la malédiction m'atteigne, et je mourrai.

20. Vois ! S'il te plaît ! Cette ville là est moindre et assez proche pour me sauver. S'il t'en plaît, je m'y réfugierai ! N'est-elle pas petite ? Et mon âme vivra. »

21. Il lui répondit : « Voici ! Je te concède cela en plus. Aussi je ne dévasterai pas la ville dont tu parles.

22. Hâte-toi ! Sauve-toi ! Car je ne peux rien faire tant que tu n'y es pas arrivé. » C'est ainsi que l'on a appelé cette ville du nom de Zoar.

23. Le soleil se leva sur la terre et Loth atteint Zoar.

24. JHVH fit pleuvoir des cieux sur Sodome et Gomorrhe du soufre et le feu de JHVH.

25. Il dévasta ces villes et toute la plaine, tous ceux qui y résidaient et ce qui poussait du sol.

26. Alors sa femme regarda en arrière et se transforma en monument de sel.

27. Abraham se leva de bon matin pour se rendre à l'endroit où il fut face à JHVH.

28. Il se tourna face à Sodome et Gomorrhe et face à tout le territoire de la plaine et voici ce qu'il vit : une fumée montait de la terre comme la fumée d'une fournaise.

29. Ainsi, quand Elohim a détruit les villes de la plaine, Elohim s'est souvenu d'Abraham et a sorti Loth du milieu de cette dévastation alors que Loth habitait les villes qui furent dévastées.

30. Loth s'éleva au-dessus de Zoar et s'établit dans la montagne avec ses deux filles car il craignait d'habiter Zoar. Il habita dans une grotte, lui et ses deux filles.

31. L'aînée dit à la cadette : « Notre père est vieux et il n'y a nul homme dans ce territoire pour venir vers nous comme cela se fait partout sur terre.

32. Viens ! Nous ferons boire du vin à notre père et nous coucherons avec lui. Ainsi nous donnerons vie à la semence de notre père. »

33. Elles donnèrent du vin à boire à leur père cette nuit-là. L'aînée vint coucher avec son père qui n'en sut rien de son coucher jusqu'à son lever.

34. Le lendemain, l'aînée dit à la cadette : « Voici ! J'ai couché avec mon père la nuit dernière. Nous lui ferons encore boire du vin cette nuit. Viens ! Couche avec lui ! Nous donnerons vie à la semence de notre père. »

35. Et elles firent encore boire du vin à leur père cette nuit-là et la cadette se leva pour coucher avec lui. Il n'en sut rien de son coucher jusqu'à son lever.

36. Les deux filles de Loth furent enceintes de leur père.

37. L'aînée donna naissance à un fils qu'elle appela du nom de Moab. C'est le père des Moabites jusqu'à ce jour.

38. La cadette donna aussi naissance à un fils qu'elle appela du nom de Ben-Ammi. C'est le père des fils d'Ammôn jusqu'à ce jour.