Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



L'abomination

« Où sont les personnes qui sont venues chez toi cette nuit ?

Montre-les nous que nous les connaissions ! »

(Genèse 19.5)

L'abomination

« Montre-les nous que nous les connaissions ! » (verset 5)

Les deux personnes invitées chez Loth ont manifestement l'apparence de deux hommes.

Les hommes de Sodome qui sont venus en force pour frapper à la porte de Loth et connaître ces deux étrangers, c'est-à-dire avoir des relations sexuelles avec eux, sont manifestement homosexuels.

Loth leur propose ses filles pour préserver les deux invités :

« Voici mes deux filles qui n'ont pas connu d'homme. Je vous en prie, je vous les amènerai et vous leur ferez ce qui est bien à vos yeux. » (verset 9)

Mais cela n'intéresse pas cette meute avide.

On se réfère souvent à ce passage de la Bible pour condamner l'homosexualité sur le fondement d'un commandement qui est postérieur aux évènements de la Genèse :

« Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. » (Lévitique 18.22)

Il est à noter que le mot abomination n'est nullement employé à propos de Sodome lorsque les hommes de cette ville entendent se livrer à un viol collectif à l'encontre d'autres hommes.

Et son usage dans le livre du Lévitique est étendu à bien d'autres pratiques :

« Vous observerez donc mes lois et mes ordonnances, et vous ne commettrez aucune de ces abominations, ni l'indigène, ni l'étranger qui séjourne au milieu de vous. » (Lévitique 18.26)

De quoi s'agit-il ?

L'énumération des abominations dans ce chapitre du Lévitique est assez longue.

Elle porte notamment sur toutes sortes de pratiques sexuelles entre membres de la même famille (Lévitique 18.6-18), les relations adultères (18.20), le sacrifice des enfants (18.21), la zoophilie (18.23) ...

« Car tous ceux qui commettront quelqu'une de ces abominations seront retranchés du milieu de leur peuple. » (Lévitique 18.29)

Mais la liste des abominations ne s'arrête pas là !

Ce terme apparaît pour la première fois en Genèse 43.32 à propos du partage des repas entre Egyptiens et Hébreux :

« On servit Joseph à part, et ses frères à part ; les Égyptiens qui mangeaient avec lui furent aussi servis à part, car les Égyptiens ne pouvaient pas manger avec les Hébreux, parce que c'est à leurs yeux une abomination. » (Genèse 43.32)

Le premier emploi du terme abomination concerne donc en quelque sorte un "interdit alimentaire" qui concernait les Egyptiens.

Ces mêmes Egyptiens avaient en horreur les bergers :

« De cette manière, vous habiterez dans le pays de Gosen, car tous les bergers sont en abomination aux Égyptiens. » (Genèse 46.34)

Et les sacrifices étaient pour eux une abomination (Exode 8.22).

Vu sous cet angle, l'abomination a pu être un héritage culturel, ou coutumier, fondé sur une intolérance envers certaines pratiques indépendamment d'une quelconque volonté du Dieu de la Bible.

Par la suite, l'abomination liée aux interdits alimentaires édictés par JHVH à l'intention des Hébreux fait son apparition au chapitre 11 du Lévitique avec les animaux purs ou impurs.

La liste des animaux dont la consommation serait une abomination est trop longue pour s'y attarder mais ceci a le mérite de démontrer que ce terme n'avait pas le sens ni la portée que nous pouvons lui donner de nos jours lorsqu'il est réservé aux relations homosexuelles.

Quoi qu'il en soit, la prescription extraite du Lévitique et mentionnée ci-dessus demeure intacte, quel que soit le sens ou la portée que l'on donne au mot abomination :

« Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. »

Et à plus forte raison, le viol collectif qui allait se passer à Sodome mérite doublement d'être qualifié d'abomination.

Cette pratique était courante à Sodome et impliquait l'ensemble de la population de la ville (verset 4).

Il ne s'agissait donc pas d'un évènement isolé mais d'une abomination récurrente et généralisée.

JHVH a décidé d'y mettre un terme !

Une sanction collective en réponse, non pas à un péché, ou portant sur un pécheur, mais sur une cité où l'homosexualité et le viol étaient une institution.

< < < Retour au sommaire < < < 143-GEN 19.5 > > > La grâce de Dieu > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 19 ~ Versets 19.1 à 19.38
1. Deux des messagers arrivèrent à Sodome en soirée. Loth, assis à la porte de Sodome les aperçut. Il se leva à leur rencontre et se prosterna, ses narines touchaient terre.

2. Il dit : « Voici ! S'il vous plaît, mes seigneurs ! Je vous prie de vous installer dans la maison de votre serviteur pour y loger. Lavez-vous les pieds ! Vous vous lèverez tôt et reprendrez votre chemin ! » Ils répondirent : « Non, nous nous installerons sur la place. »

3. Il les pressa avec une telle insistance qu'ils s'en remirent à lui en venant dans sa maison. Il leur prépara un festin et fit cuire des pains sans levain et ils mangèrent.

4. Avant qu'ils ne soient couchés, les gens de la ville, les gens de Sodome, entourèrent la maison, du plus jeune à l'homme âgé, toute la population venant des quartiers les plus éloignés.

5. Ils appelèrent Loth et lui dirent : « Où sont les personnes qui sont venues chez toi cette nuit ? Montre-les nous que nous les connaissions ! »

6. Loth s'avança vers eux sur le pas de porte et ferma la porte derrière lui.

7. Il dit : « Je vous en prie mes frères. Vous allez commettre le mal !

8. S'il vous plaît ! Voici mes deux filles qui n'ont pas connu d'homme. Je vous en prie, je vous les amènerai et vous leur ferez ce qui est bien à vos yeux. Mais vous ne devez rien faire à ces personnes, car elles sont venues à l'ombre de mon toit. »

9. Ils répondirent : « Eloigne-toi ! » Et ajoutèrent : « Celui-là vient séjourner ici et il s'adjuge de juger. Aussi, nous allons te faire plus de mal qu'à eux. » Ils le poussèrent avec insistance, Loth, et s'avancèrent pour enfoncer la porte.

10. Les personnes étendirent leur main et attirèrent Loth vers elles, dans la maison, puis fermèrent la porte.

11. Elles frappèrent d'éblouissement les gens qui étaient à l'entrée de la maison, du plus petit au plus grand, et ils s'épuisèrent à trouver l'entrée.

12. Les personnes dirent à Loth : « Qui as-tu encore ici ? Gendres, fils et filles, et tout ce qui est à toi dans la ville : emporte-le hors de ce lieu !

13. Car nous allons détruire ce lieu parce que le cri à son encontre est grand face à JHVH et JHVH nous a envoyés pour le détruire. »

14. Loth sortit pour parler à ses gendres, ceux qui avaient pris ses filles, et il leur dit : « Levez-vous ! Partez de ce lieu, de cette ville que JHVH va détruire ! » Mais il passa pour un plaisantin aux yeux de ses gendres.

15. Comme l'aube se levait, les messagers se précipitèrent vers Loth pour lui dire : « Lève-toi ! Prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici, de peur que tu ne sois exterminé avec l'iniquité de cette ville. »

16. Comme il s'attardait, les personnes attrapèrent sa main, la main de sa femme, la main de ses deux filles : JHVH voulait l'épargner. Puis ils l'emmenèrent pour le laisser en dehors de la ville

17. Ensuite, après qu'ils l'ait emmené au dehors, l'un d'eux dit : « Sauve-toi ! Pour ton âme, tu de dois pas regarder derrière toi et tu ne dois stationner nulle part dans la plaine. Sauve-toi dans la montagne de peur d'être exterminé ! »

18. Loth leur répondit : « Seigneur, non, je t'en prie !

19. Vois ! S'il te plaît ! Ton serviteur a trouvé grâce à tes yeux et tu as magnifié ta bienveillance à mon égard afin de préserver ma vie, mon âme, mais je ne serai pas capable de me sauver jusqu'à la montagne avant que la malédiction m'atteigne, et je mourrai.

20. Vois ! S'il te plaît ! Cette ville là est moindre et assez proche pour me sauver. S'il t'en plaît, je m'y réfugierai ! N'est-elle pas petite ? Et mon âme vivra. »

21. Il lui répondit : « Voici ! Je te concède cela en plus. Aussi je ne dévasterai pas la ville dont tu parles.

22. Hâte-toi ! Sauve-toi ! Car je ne peux rien faire tant que tu n'y es pas arrivé. » C'est ainsi que l'on a appelé cette ville du nom de Zoar.

23. Le soleil se leva sur la terre et Loth atteint Zoar.

24. JHVH fit pleuvoir des cieux sur Sodome et Gomorrhe du soufre et le feu de JHVH.

25. Il dévasta ces villes et toute la plaine, tous ceux qui y résidaient et ce qui poussait du sol.

26. Alors sa femme regarda en arrière et se transforma en monument de sel.

27. Abraham se leva de bon matin pour se rendre à l'endroit où il fut face à JHVH.

28. Il se tourna face à Sodome et Gomorrhe et face à tout le territoire de la plaine et voici ce qu'il vit : une fumée montait de la terre comme la fumée d'une fournaise.

29. Ainsi, quand Elohim a détruit les villes de la plaine, Elohim s'est souvenu d'Abraham et a sorti Loth du milieu de cette dévastation alors que Loth habitait les villes qui furent dévastées.

30. Loth s'éleva au-dessus de Zoar et s'établit dans la montagne avec ses deux filles car il craignait d'habiter Zoar. Il habita dans une grotte, lui et ses deux filles.

31. L'aînée dit à la cadette : « Notre père est vieux et il n'y a nul homme dans ce territoire pour venir vers nous comme cela se fait partout sur terre.

32. Viens ! Nous ferons boire du vin à notre père et nous coucherons avec lui. Ainsi nous donnerons vie à la semence de notre père. »

33. Elles donnèrent du vin à boire à leur père cette nuit-là. L'aînée vint coucher avec son père qui n'en sut rien de son coucher jusqu'à son lever.

34. Le lendemain, l'aînée dit à la cadette : « Voici ! J'ai couché avec mon père la nuit dernière. Nous lui ferons encore boire du vin cette nuit. Viens ! Couche avec lui ! Nous donnerons vie à la semence de notre père. »

35. Et elles firent encore boire du vin à leur père cette nuit-là et la cadette se leva pour coucher avec lui. Il n'en sut rien de son coucher jusqu'à son lever.

36. Les deux filles de Loth furent enceintes de leur père.

37. L'aînée donna naissance à un fils qu'elle appela du nom de Moab. C'est le père des Moabites jusqu'à ce jour.

38. La cadette donna aussi naissance à un fils qu'elle appela du nom de Ben-Ammi. C'est le père des fils d'Ammôn jusqu'à ce jour.