Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible


La colombe et l'olivier

« La colombe est revenue vers lui en soirée et voici :

une feuille arrachée d'un olivier dans le bec ! »

(Genèse 8.11)

La colombe : symbole de paix


La colombe a servi de messager ... comme un ange bienveillant.

Lâchée par Noé pour voir si les eaux avaient diminué à la surface de la terre, elle revint une première fois sans apporter de bonne nouvelle.

Mais la deuxième fois, elle revient porteuse d'un message d'espérance ...

« une feuille arrachée d'un olivier dans le bec !

Noah su que les eaux avaient diminué sur la terre. »

C'est la fin du Déluge ... la colombe et l'olivier vont devenir les symboles d'une paix retrouvée entre Dieu et la création, une nouvelle alliance est en marche.

Mais la colombe ne symbolise pas que la paix !

Elle représente l'Esprit Saint ... comme nous l'indique le Nouveau Testament :

« Aussitôt baptisé, Jésus sortit de l'eau.

On vit les cieux s'ouvrir et l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur Lui. »

Evangiles selon Matthieu (3.16), selon Marc (1.10), selon Luc (3.22) selon Jean (1.32).

Mais qu'en est-il ensuite de l'olivier dans la Bible après la Genèse ?

Le Mont des Oliviers est mentionné dans le Premier Testament pour la première fois sous David.

« David monta la colline des oliviers. Il montait en pleurant et la tête couverte, et il marchait nu-pieds ; et tous ceux qui étaient avec lui se couvrirent aussi la tête, et ils montaient en pleurant. » (2 Samuel 15.30)

Son fils Absalom s'est insurgé contre lui. David doit fuir Jérusalem et c'est en pénitent qu'il gravit le Mont des Olivers, accompagné de ceux qui lui sont restés fidèles.

Nous retrouvons Jésus et ses disciples dans une situation comparable mille ans plus tard au Mont des Oliviers.

« Une fois sorti, Il se rendit comme d'habitude au mont des Oliviers. Les disciples Le suivirent aussi. Arrivé sur place, Il leur dit :

Priez pour ne pas tomber dans l'épreuve. » (Luc 22.39-40)

Le Mont des Oliviers est un lieu de pénitence, de recueillement et de prières.

David pleure au Mont des Oliviers parce que son fils Absalom l'a trahi.

Jésus prépare Son sacrifice au Monts des Oliviers (le jardin de Gethsémané est tout proche) ...

« Père, si tu le veux, éloigne cette coupe loin de moi ... cependant qu'il n'en soit pas selon ma volonté, mais que la tienne s'accomplisse.

Un ange du ciel Lui apparut alors pour Le fortifier. Plus que jamais proche de l'agonie, Il priait et la sueur s'écoula de Lui comme des caillots de sang qui tombaient à terre. » (Luc 22.42-44).

Parmi les traîtres, se trouve l'un des conseillers de David : Achitophel. Il est le seul personnage du Premier Testament à se pendre quand il prend conscience de sa déchéance :

« Achitophel, voyant que son conseil n’était pas suivi, sella son âne et partit pour s’en aller chez lui dans sa ville. Il donna ses ordres à sa maison, et il s’étrangla. » (2 Samuel 17.23)

Le second personnage biblique qui se soit pendu est Judas, après avoir trahi Jésus.

« Jetant les pièces d'argent dans le sanctuaire, il se retira et s'en alla se pendre. » (Matthieu 27.5)

Comment comprendre ce parallèle entre David et Jésus sur le symbole de l'olivier ...

Le prophète Zacharie nous a donné la réponse :

« Je pris une seconde fois la parole, et je lui dis : Que signifient les deux rameaux d’olivier, qui sont près des deux conduits d’or d’où découle l’or ? Il me répondit : Ne sais-tu pas ce qu’ils signifient ? Je dis : Non, mon seigneur. Et il dit : Ce sont les deux oints qui se tiennent devant le Seigneur de toute la terre. » (Zacharie 4.12-14)

Cet enseignement trouve son écho lorsque Jean a la vision des deux témoins :

« Ce sont les deux oliviers et les deux chandeliers qui se tiennent devant le Seigneur de la terre. » (Apocalypse 11.4)

L'olivier symbolise la paix au travers de l'onction qui est donnée à ceux qui, comme David ou Jésus, ont reçu une mission spécifique : se tenir dans les voies de Dieu afin de se mettre au service de l'humanité.

C'est ce que Dieu attendait de Noé et de sa descendance lorsqu'il mit un terme au Déluge.

Une nouvelle création, une nouvelle génération animée par un Esprit sanctifié dans la paix (symbolisé par la colombe) devait recevoir en retour une onction de paix (le rameau d'olivier rapporté par la colombe).

Mais bien peu l'ont compris par la suite et l'humanité a de nouveau sombré dans le péché ...

< < < Retour au sommaire < < < 66-GEN 8.11 > > > Féconds et prolifiques > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 8 ~ Versets 8.1 à 8.22
1. Alors Elohim se préoccupa de Noah, de tout animal, et de toute bête avec lui dans l'arche. Elohim fit passer un souffle sur la terre et les eaux diminuèrent.

2. Les sources de l’abîme et les crevasses des cieux furent maîtrisées. La pluie fut retenue dans les cieux.

3. Les eaux se retirèrent de la terre, en va-et-vient. Les eaux s'apaisèrent au bout de cent cinquante jours.

4. L'arche s'est posée sur les monts Ararat à la septième lunaison, le dix-septième jour de la lunaison.

5. Les eaux allèrent en diminuant jusqu’à la dixième lunaison. À la dixième, le premier de la lunaison, les sommets des montagnes apparurent.

6. C'est au terme de quarante jours que Noah ouvrit le hublot de l'arche qu’il avait fait.

7. Il a envoyé le corbeau qui s'en est allé, bien loin, puis s'en est retourné car les eaux n'avaient pas séché sur la terre.

8. Il a envoyé la colombe depuis sa place, pour voir si les eaux avaient diminué sur les faces du sol.

9. La colombe ne trouva pas où reposer la plante de sa patte. Elle est revenue vers lui, vers l'arche, car les eaux étaient sur les faces de toute la terre. Il a étendu sa main pour la prendre et l'amener à lui, dans l'arche.

10. Il attendit encore sept autres jours puis envoya de nouveau la colombe hors de l'arche.

11. La colombe est revenue vers lui en soirée et voici : une feuille arrachée d'un olivier dans le bec ! Noah su que les eaux avaient diminué sur la terre.

12. Il attendit encore sept autres jours et envoya de nouveau la colombe qui, cette fois, ne revint plus vers lui.

13. Et il advint, en l’an six cent un, premier jour de la première lunaison, que les eaux furent drainées de la terre. Noah écarta le toit de l'arche. Il regarda et voici : les faces du sol étaient drainées.

14. A la deuxième lunaison, le vingt-septième jour de la lunaison, la terre était sèche.

15. Elohim s'adressa à Noah pour lui dire :

16. « Sors de l'arche ! Toi, ta femme, tes fils, les femmes de tes fils avec toi.

17. Tout être vivant qui est avec toi, toute chair, oiseau, bête, tout rampant qui se meut sur terre : fais-les sortir ! Emporte-les avec toi ! Qu’ils se dispersent sur la terre, qu’ils fructifient et se multiplient sur la terre. »

18. Alors Noah est sorti, ses fils, sa femme et les femmes de ses fils avec lui.

19. Tout être vivant, tout rampant comme tout oiseau, tout ce qui se meut sur la terre, selon les espèces, sont sortis de l'arche.

20. Noah bâtit un autel pour JHVH. Il prit de toute bête pure et de tout oiseau pur qu'il fit monter en offrande sur l’autel.

21. JHVH sentit l'odeur apaisante. JHVH dit en son cœur : « Je ne recommencerai pas à maudire la terre à cause de l'humain qui conçoit le mal dans son cœur dès la jeunesse. Je ne recommencerai pas à frapper tout être vivant comme je l’ai fait.

22. Au cours de tous les jours de la terre à venir, semence et récolte, froid et chaleur, été comme hiver, jour et nuit, ne cesseront point. »