Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



Les idoles de Laban

« Laban était parti tondre son troupeau.

Et Rachel vola les idoles domestiques de son père. »

(Genèse 31.19)

Les idoles de Laban

Les idoles domestiques étaient souvent présentes dans les habitations pendant l'Antiquité.

Appelées "Théraphim" en hébreu, ou "Pénates" chez les Romains, ces divinités protectrices du foyer sont plusieurs fois mentionnées dans la Bible.

Elles apparaissent pour la première fois en Genèse 31 avec les idoles de Laban que Rachel dérobe, mais il en sera encore question dans sept autres passages de l'Ancien Testament.

Il s'agissait de statuettes, de forme humaine, que l'on consultait et dont les réponses avaient valeur d'oracle.

Le mot "Théraphim" pourrait dériver d'une racine, "taraph" que l'on retrouve en syrien et qui signifie "s'enquérir, s'informer".

Il est cependant difficile d'en savoir plus sur les modalités de consultation de ces objets qui pouvait varier d'un endroit à l'autre selon les traditions familiales.

Il n'est pas certain qu'on leur rendait directement un culte.

Leur usage va donc relever, aux yeux de Dieu, du péché de divination.

Le fait que ceci soit plusieurs fois évoqué dans la Bible révèle l'obstination des peuples, y compris les Juifs, à se laisser séduire par ce type de pratiques.

Celles-ci sont cependant considérées dans la Bible comme autant d'illusions, de fausses croyances : « Car les théraphim ont des paroles de néant, les devins prophétisent des faussetés ... » (Zacharie 10.2)

Ceci ne peut que détourner les croyants de la vraie foi en Dieu :

« Jamais on n’a appris ni entendu dire, et jamais l’oeil n’a vu qu’un autre dieu que toi fît de telles choses pour ceux qui se confient en lui. » (Esaïe 64.3)

Lors de la fuite de Jacob, Rebecca vole à l'insu de son mari, les Théraphim de son père.

Pourquoi agir ainsi ?

On ne peut écarter l'hypothèse que Rachel, héritière des croyances familiales véhiculées par son père et ses ancêtres idolâtres, apporte du crédit à la consultation des Théraphim.

Auquel cas, en volant ces objets, elle peut espérer avoir ainsi empêché Laban de découvrir, au moyen des "oracles", dans quelle direction ils s'étaient enfuis.

Manifestement, Laban n'a pas eu besoin de ses Théraphim pour retrouver Jacob.

Il était facile de deviner que Jacob s'en retournait vers son pays.

Autre hypothèse, qui vise cette fois à ôter tout soupçon d'idolâtrie pesant sur Rachel, l'interprétation formulée par le rabbin Rachi :

"Rachel déroba les pénates dans l’intention de détacher son père de l’idolâtrie."

Pourquoi pas ...

Mais alors pourquoi n'est-il pas précisé dans la suite du texte biblique que Rachel détruit, ou se débarasse des Théraphim ?

Sachant combien l'idolâtrie continuera de contaminer le peuple juif, il est fort possible que Rachel ait emporté les idoles de Laban afin de les conserver et d'en faire ultérieurement usage.

Il est fréquent que des croyants sincères associent, sous forme d'un syncrétisme religieux, les bases de leur foi non idolâtre avec des pratiques qui sont autant de dérives.

Un comportement sommes toutes très banal ... et toujours d'actualité !

Combien d'hommes et de femmes vénèrent de nos jour des objets, statuettes, images pieuses et autres représentations, espérant ainsi obtenir une protection divine, une guérison, ou toute autre indication venant de Dieu ?

Il est pourtant écrit dans les commandements :

« Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.

Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ... » (Exode 20.4-5)

On peut bien sûr objecter que les peintures et autres images "non taillées" ne sont pas visées par le commandement donné à Moïse.

Mais il est peu probable, au temps de l'Exode, que l'on ait stocké chez soi des photographies ou autres images pieuses que les techniques de cette époque ne permettaient pas de fabriquer.

Il faut donc considérer que ce commandement est "générique".

C'est-à-dire que la notion d'image taillée mentionnée il y a plus de 3000 ans doit être élargie à toutes formes de représentations modernes suceptibles d'engendrer de fausses croyances.

Faut-il pour autant faire le ménage chez soi en supprimant tout objet suspect ?

Pas nécessairement ... tout dépend de l'importance que l'on peut y attacher.

S'il s'agit de simples souvenirs, ou d'œuvres artistiques, auxquels aucune croyance n'est attachée, pourquoi s'en débarasser ?

La dépendance envers les fausses croyances ne vient pas de l'objet ... mais de l'individu qui s'attache à l'objet.

< < < Retour au sommaire < < < 235-GEN 31-19 > > > La fuite de Jacob > > >

Visiteurs du site


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 31 ~ Versets 31.1 à 31.55
1. Alors il entendit les paroles des fils de Laban qui disaient : « Jacob a pris tout ce qui était à notre père. Et il tire cette gloire de tout ce qui était à notre père. »

2. Puis Jacob vit la face de Laban. Et voici : elle n'était plus envers lui comme avant.

3. Et JHVH dit à Jacob : « Retourne vers la terre de tes pères et de ta parenté ! Et je serai avec toi. »

4. Jacob fit appeler Rachel et Léa depuis le champ de son troupeau.

5. Puis il leur dit : « Je vois que la face de votre père n'est plus envers moi comme avant. Mais l'Elohim de mon père est avec moi.

6. Et vous, vous savez que j'ai servi votre père de toute mon énergie.

7. Votre père s'est moqué de moi et a changé mon salaire dix fois. Mais Elohim ne lui a pas permis de me faire du mal.

8. Ainsi, quand il disait : "Les tachetés feront ton salaire ..." tout le troupeau donnait naissance à des tachetés, et quand il disait : "Les rayés feront ton salaire ..." tout le troupeau donnait naissance à des rayés.

9. Elohim a délivré le troupeau de votre père et me l'a donné.

10. Et quand est venue la saison où le troupeau se reproduit, je levais les yeux et vis ceci en rêve : c'était les boucs tachetés, rayés et grisés qui couvraient le troupeau !

11. Alors le messager d'Elohim me dit en rêve : "Jacob ..." et j'ai répondu : "Me voici !"

12. Il dit alors : "Lève tes yeux et vois ! Tous les boucs qui couvrent le troupeau sont les tachetés, les rayés et les grisés car j'ai vu tout ce que Laban t'a fait.

13. Je suis le Dieu de Bethel, où tu as oint un monument que tu m'as voué par un vœu. Maintenant lève-toi ! Va-t'en de cette terre ! Et retourne sur la terre de ta parenté ! »

14. Rachel et Léa répondirent. Elles dirent : « Avons-nous encore une part, un héritage, dans la maison de notre père ?

15. Ne comptons-nous pas comme des étrangères pour lui ? Car il nous a vendues et il mange bien notre argent.

16. Ainsi toute richesse délivrée de notre père par Elohim est à nous et à nos fils. Et maintenant, fais tout ce qu'Elohim t'a dit ! »

17. Jacob se leva et fit monter ses fils et ses femmes sur les chameaux.

18. Il conduisit tout son bétail, tous ses biens, ce bétail qu'il avait acquis, ce qu'il avait eu à Padan-Aram, pour retourner vers Isaac, son père, en terre de Canaan.

19. Laban était parti tondre son troupeau. Et Rachel vola les idoles domestiques de son père.

20. Jacob vola le cœur de Laban, l'Araméen, en ne lui disant pas qu'il se sauvait.

21. Il se sauva, lui et tout ce qui était à lui. Il se leva pour traverser le fleuve et se diriger face à la montagne de Gaalad.

22. Le troisième jour, on annonça à Laban que Jacob s'était sauvé.

23. Il prit ses frères avec lui, le poursuivit sept jours de route et le rattrapa à la montagne de Gaalad.

24. Mais Elohim vint en songe pendant la nuit à Laban, l'Araméen, et lui dit : « Garde-toi de parler à Jacob en bien ou en mal ! »

25. Laban rejoint Jacob. Jacob avait dressé sa tente sur la montagne. Laban dressa sa tente avec ses frères sur la montagne de Galaad.

26. Laban dit à Jacob : « Tu as volé mon cœur et tu emmènes mes filles comme des captives par l'épée.

27. Pourquoi te cacher pour te sauver en me volant, sans m'avertir ? Je t'aurais renvoyé avec joie, au chant du tambourin et de la harpe.

28. Tu ne m'as pas laissé embrasser mes fils et mes filles. Ainsi, tu es insensé d'avoir fait cela.

29. Ma main se disposait à te faire du mal mais l'Elohim de ton père m'a parlé la nuit dernière pour me dire : "Garde-toi de parler à Jacob en bien ou en mal !"

30. Te voilà parti car tu es parti trop longtemps de la maison de ton père. Mais pourquoi voler mes Elohim ? »

31. Jacob répondit et dit à Laban : « C'est que j'étais dans la crainte en pensant que tu m'arracherais tes filles.

32. Mais quiconque serait trouvé avec tes Elohim ne survivrait point. En présence de nos frères, identifie ce qui est à toi chez moi, et prends-le pour toi ! » Jacob ne savait pas que Rachel les avait volés.

33. Laban alla dans la tente de Jacob, dans la tente de Léa, dans la tente des deux servantes, et ne les trouva pas. Il sortit de la tente de Léa et alla dans la tente de Rachel.

34. Rachel prit les idoles domestiques et les mit dans le bât du chameau puis s'assit dessus. Laban fouilla toute la tente et ne les trouva pas.

35. Alors elle dit à son père : « Qu'il n'en déplaise aux yeux de mon Adonaï, mais je suis dans l'incapacité de me lever devant toi, car il m'arrive ce qu'ont les femmes. » Il chercha et ne trouva point les idoles domestiques.

36. Jacob s'en irrita et se disputa avec Laban. Il dit en réponse à Laban : « Quelle est ma faute ? Quel est mon péché pour me poursuivre ainsi ?

37. Quand tu as fouillé toutes mes affaires, qu'as-tu trouvé comme affaires provenant de ta maison ? Pose-les ici, devant mes frères et devant tes frères, et ils jugeront de nous deux.

38. Ces vingt années où j'étais avec toi, tes brebis comme tes chèvres n'ont pas perdu leurs petits et je n'ai pas mangé de béliers de ton troupeau.

39. Je ne t'ai pas rapporté de bêtes déchiquetées, j'en supportais la perte de ma main. Tu redemandais ce qui était volé de jour, ce qui était volé de nuit.

40. Le jour, la sécheresse me dévorait et j'étais glacé la nuit. Le sommeil fuyait mes yeux.

41. Il en fut ainsi pour moi des vingt années dans ta maison. Je t'ai servi quatorze ans pour tes deux filles, et six ans pour ton troupeau, et tu fis changer dix fois mon salaire.

42. Si l'Elohim de mon père, Elohim d'Abraham, l'admiration d'Isaac, n'avait été avec moi, tu m'aurais renvoyé les mains vides. Elohim a vu mon humiliation et mes mains fatiguées et il en a jugé la nuit dernière. »

43. Laban répondit, et il dit à Jacob : « Les filles sont mes filles, les fils sont mes fils, le troupeau est mon troupeau, et tout ce que tu vois est à moi. Mais que ferai-je pour mes filles, celles-ci, aujourd'hui, ou pour leurs fils qu'elles ont mis au monde ?

44. Allons maintenant ! Nous allons couper l'alliance, moi et toi, et ce sera un témoignage entre moi et toi. »

45. Jacob prit une pierre et dressa une stèle.

46. Puis Jacob dit à ses frères : « Ramassez des pierres ! » Ils prirent des pierres et firent un monceau. Ils mangèrent là, sur le monceau.

47. Laban l'appela "Monceau du témoignage" et Jacob l'appela "Monceau du témoin".

48. Alors Laban dit : « Ce monceau témoigne de ce jour entre moi et toi. » Aussi il l'appela "Monceau du témoin".

49. Et "Lieu de veille", car il dit : « JHVH veillera, entre moi et entre toi, quand nous serons séparés, homme éloigné de son associé.

50. Si tu humilies mes filles, si tu prends des femmes en plus de mes filles, aucun homme ne sera entre nous. Vois, c'est Elohim le témoin entre moi et toi ! »

51. Puis Laban dit à Jacob : « Là le monceau ! Et voici cette stèle jetée entre moi et toi !

52. Que ce monceau soit témoin, et que cette stèle soit témoin, que je ne passerai pas ce monceau vers toi, et que tu ne passeras pas ce monceau vers moi, ainsi que la stèle, pour agir en mal.

53. L'Elohim d'Abraham et l'Elohim de Nahor seront juges entre nous, l'Elohim de leurs pères. » Jacob jura par celui qu'Isaac admirait.

54. Alors Jacob fit un sacrifice sur la montagne et appela ses frères à manger le pain. Ils mangèrent le pain et logèrent dans la montagne.

55. Laban se leva de bon matin. Il embrassa ses fils et ses filles, et il les bénit. Puis il partit. Laban s'en retourna chez lui.