Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



La fructification


« Et l'homme augmenta de plus en plus en troupeau,

en servantes, en serviteurs, en chameaux et en ânes. »

(Genèse 30.43)

La fructification

Depuis le jour où Abram s'installa en terre de Canaan, la bénédiction divine n'a cessé d'abonder dans sa vie.

Les tribus qui accueillaient Abraham devaient reconnaître comme Abimélek, le Philistin :

« Elohim est avec toi en tout ce que tu fais. » (Genèse 21.22)

Les biens d'Abraham ont fructifié jusqu'au terme de sa vie ...

« Abraham était âgé. Son temps était venu et JHVH avait béni Abraham en tout. » (Genèse 24.1)

Le bilan de cette fructification dressé par le serviteur d'Abraham en Genèse 24.35 est éloquent :

« JHVH a béni mon Adonaï abondamment, il est devenu important. Il lui a donné cheptel et bétail, de l'argent, de l'or, serviteurs et domestiques, des chameaux et des ânes. »

Isaac, le fils d'Abraham, va connaître une prospérité similaire, suscitant la jalousie de ses voisins :

« Et l'homme grandit, et il continua de grandir jusqu'à devenir extrêmement grand.

Il fit l'acquisition d'un cheptel, de bétail, de nombreux serviteurs, et les Philistins devinrent envieux. » (Genèse 26.13-14)

Puis, Jacob à son tour, héritier de la troisième génération, va bénéficier de la bénédiction divine reçue par Abram pour lui-même et sa descendance.

La prospérité matérielle peut être perçue par les croyants comme un signe de la volonté de Dieu.

Concernant Abram, la bénédiction trouvait sa source dans le fait que celui-ci avait su obéir aux directives de Dieu :

« Va-t'en ! De ta terre, de ta famille, de la maison de ton père, vers la terre que je te montrerai. » (Genèse 12.1)

En conséquence de son obéissance, sa vie connut la fructification matérielle.

Mais on ne peut en déduire que l'obéissance envers Dieu se manifeste toujours par une abondance de biens matériels.

Et l'abondance de biens matériels n'est pas le reflet de la bénédiction de Dieu notamment lorsque ceux-ci sont acquis par des moyens immoraux.

« L'homme ne vivra pas seulement de pain, mais de toute parole sortant de la bouche de Dieu. » (Evangile selon Matthieu 4.4)

Cette réponse de Jésus à l'adresse de Satan qui s'efforçait de le tenter dans le désert est une citation de l'Ancien Testament (Deutéronome 8.3).

Satan lui proposait de changer les pierres en pain, puis il va lui proposer la puissance en ce monde.

La seule fructification que Satan mettait en avant est d'ordre matériel.

A celle-ci, Jésus oppose la fructification spirituelle sur le fondement de la parole de Dieu.

Ce faisant, nous retrouvons le point de départ de la bénédiction d'Abram : celui-ci a écouté la parole de Dieu !

Ainsi, l'humanité est invitée à fructifier spirituellement ... sans pour autant se désintéresser des biens de ce monde qui sont nécessaires à notre fonctionnement corporel.

Mais ceux-ci ne doivent pas être une source d'attachement.

« J’ai appris à me satisfaire de l’état où je me trouve. Je sais vivre dans l’indigence, et je sais aussi être dans l’abondance.

J’ai appris en toutes circonstances à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance comme dans le besoin. » (Epître aux Philippiens 4.11-12)

Cet enseignement de l'apôtre Paul permet de relativiser la fructification des biens matériels.

Il n'en va pas de même pour la fructification spirituelle à propos de laquelle il conclut, vers la fin de sa vie :

« J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. » (Seconde épître à Timothée 4.7)

Pourrons-nous en dire autant ?

Sommes-nous plus attachés à notre fructification spirituelle ... ou matérielle ?

Nul ne peut répondre à notre place, sauf le Seigneur s'Il juge nécessaire de nous montrer ce que nous ne voulons pas voir.

Soyons francs avec Lui ... et avec nous-mêmes !

Nul besoin de se mentir, de se cacher, de se croire quelqu'un de bien comme ce Pharisien qui disait :

« Je jeûne deux fois par semaine, je paie la dîme de tous mes revenus. » (Evangile selon Luc 18.12)

La vraie fructification dans la foi n'est pas une question de rituels ou de pratiques religieuses ... mais une affaire de sincérité.

Et en retour de cette fructification ... c'est notre générosité qui va aussi porter du fruit !

« Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, non à regret ou par nécessité, car Dieu aime celui qui donne avec joie. » (Seconde épître aux Corinthiens 9.7)

Ainsi, la fructification spirituelle fera de nous des gens heureux.

< < < Retour au sommaire < < < 231-GEN 30-43 > > > La médisance > > >

Visiteurs du site


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 30 ~ Versets 30.1 à 30.43
1. Rachel voyait qu'elle ne pouvait enfanter pour Jacob. Rachel devenait jalouse de sa sœur et elle dit à Jacob : « Donne-moi des fils ! Sinon je meurs. »

2. Jacob s'enflamma de colère contre Rachel et dit : « Suis-je à la place d'Elohim qui te refuse le fruit du ventre ? »

3. Alors elle dit : « Voici Bilha ma servante ! Va vers elle ! Elle enfantera sur mes genoux. Grâce à elle, je serai reconstruite. »

4. Elle lui donna Bilha, sa servante, pour femme et Jacob alla vers elle.

5. Bilha fut enceinte et donna un fils à Jacob.

6. Rachel dit : « Elohim m'a jugée. De plus, il a entendu ma voix et donné un fils. » Aussi, elle l'appela du nom de Dan.

7. Bilha, la servante de Rachel, fut de nouveau enceinte et donna naissance à un second fils pour Jacob.

8. Rachel dit : « Face aux épreuves d'Elohim, j'ai mis ma sœur à l'épreuve et j'ai triomphé. » Et elle l'appela du nom de Nephtali.

9. Léa vit qu'elle avait cessé d'enfanter. Alors elle prit Zilpa, sa servante, et la donna pour femme à Jacob.

10. Et Zilpa, la servante de Léa, donna naissance à un fils pour Jacob.

11. Léa dit : « Quel bonheur, le bonheur est venu. » Et elle l'appela du nom de Gad.

12. Puis Zilpa, la servante de Léa, donna naissance à un second fils pour Jacob.

13. Léa dit : « Je suis heureuse car les filles me diront heureuse. » Et elle l'appela du nom de Asher.

14. Aux temps de la récolte des blés, Ruben s'en alla et trouva des mandragores dans le champ. Il les apporta à Léa, sa mère. Alors Rachel dit à Léa : « Je t'en prie ! Donne-moi des mandragores de ton fils ! »

15. Elle lui répondit : « Est-ce peu d'avoir pris mon homme, pour prendre en plus les mandragores de mon fils ? » Rachel dit alors : « Aussi, il couchera avec toi cette nuit, en contrepartie des mandragores de ton fils. »

16. Jacob rentra du champ le soir. Léa s'avança à sa rencontre et dit : « Viens avec moi car pour te louer, je t'ai loué avec les mandragores de mon fils. » Et, cette nuit-là, il coucha avec elle.

17. Elohim exauça Léa. Elle fut enceinte et donna naissance à un cinquième fils pour Jacob.

18. Alors Léa dit : « Elohim m'a donné mon salaire pour avoir donné ma servante à mon homme. » Et elle l'appela du nom de Issacar.

19. Léa fut de nouveau enceinte et donna naissance à un sixième fils pour Jacob.

20. Aussi Léa dit : « Elohim m'a doté d'une bonne dot. Cette fois mon homme m'honorera car je lui ai donné six fils. » Et elle l'appela du nom de Zabulon.

21. Par la suite, elle donna naissance à une fille qu'elle appela du nom de Dina.

22. Elohim se souvint de Rachel et l'exauça en ouvrant sa matrice.

23. Elle fut enceinte et donna naissance à un fils. Alors elle dit : « Elohim a enlevé ce qui m'était reproché. »

24. Elle l'appela du nom de Joseph en disant : « JHVH m'ajoutera un autre fils. »

25. C'est quand Rachel eut donné naissance à Joseph, que Jacob dit à Laban : « Renvoie-moi, et je retournerai à ma place, dans ma terre !

26. Donne-moi mes femmes et mes enfants pour lesquels je t'ai servi, puis je partirai, car tu sais quel service je t'ai rendu ! »

27. Laban lui dit : « J'en suis satisfait d'avoir trouvé grâce à tes yeux ! J'ai deviné que JHVH m'a béni à cause de toi. »

28. Il ajouta : « Précise-moi ton salaire, et je te le donnerai. »

29. Il lui répondit : « Tu sais combien je t'ai servi et ce que ton bétail est devenu avec moi.

30. Le peu qu'il était avec toi est devenu une multitude face à moi. JHVH t'a béni par ma présence. Et maintenant, quand le ferai-je aussi pour ma maison ? »

31. Il reprit : « Que te donnerai-je ? » Jacob répondit : « Tu ne me donneras rien si tu fais quelque chose pour moi, je retournerai faire paître ton troupeau et je le garderai.

32. Aujourd'hui, je vais passer dans l'ensemble de ton troupeau pour en retirer tout mouton tacheté, moucheté ou brun et toute chèvre mouchetée ou tachetée, et ce sera mon salaire.

33. Et ma droiture répond pour moi. Aujourd'hui comme demain, ce sera mon salaire face à toi. Et tout ce qui ne sera pas tacheté ou moucheté parmi les chèvres, ou brun parmi les moutons, sera un vol de ma part. »

34. Laban dit : « Voici, qu'il en soit selon ta parole ! »

35. Ce même jour, il retira les boucs rayés et ceux qui étaient tachetés, toutes les chèvres mouchetées et celles qui étaient tachetées de tout ce qui était blanc, ainsi que tout ce qui était brun parmi les moutons, et les remis entre les mains de ses fils.

36. Puis il mit l'espace de trois jours de cheminement entre lui et Jacob, et Jacob fit paître le troupeau de Laban, ce qui lui en restait.

37. Jacob prit pour lui des branches de jeune peuplier lisses, du noisetier et du châtaignier. Il les pela, pelant les jeunes pousses en découvrant le blanc des branches.

38. Puis il mit les branches qu'il avait pelées dans les auges, les abreuvoirs où le troupeau vient boire de l'eau, pour les faire concevoir en venant boire.

39. Et le troupeau concevait devant les branches. Le troupeau donnait naissance à des rayés, des tachetés, des mouchetés.

40. Jacob répartit les moutons. Il mit ensemble les rayés et tout ce qui était brun dans le troupeau de Laban. Il se construisit ainsi un troupeau pour lui seul qu'il ne mêlait pas au troupeau de Laban.

41. Chaque fois que les plus vigoureux du troupeau concevaient, Jacob plaçait les branches dans les auges sous les yeux du troupeau afin qu'ils conçoivent devant les branches.

42. Il ne les mettaient pas devant les plus faibles, et de ce fait les plus faibles étaient pour Laban, et les plus vigoureux pour Jacob.

43. Et l'homme augmenta de plus en plus en troupeau, en servantes, en serviteurs, en chameaux et en ânes.