Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



Le rire de Sarah

« Sarah dit alors :

Elohim m'a donné sujet à rire.

Quiconque l'entendra rira à mon sujet. »

(Genèse 21.6)

Humour juif

Abraham avait ri quand Elohim lui annonça la naissance prochaine d'un fils :

« Il rit et dit en son cœur : Un fils naîtrait à un centenaire ?

Et Sarah, une nonagénaire, lui donnerait naissance ? » (Genèse 17.17)

Peu de temps après, lorsqu'elle en fut informée, Sarah réagit de même :

« Sarah rit intérieurement ... » (Genèse 18.12)

Aussi, l'enfant qui allait naître se nommerait Isaac, ce qui signifie en hébreu : "Il rira"

Il est fréquent que les dénominations des personnes soient, dans l'Ancien Testament, le fruit du contexte dans lequel l'enfant est né, et ceci peut aussi être associé à un jeu de mots.

Les jeux de mots sont multiples et ils ne sont pas toujours faciles à comprendre à partir de l'hébreu.

Dans le cas d'Isaac, c'est Sarah qui plaisante sur le nom de son fils :

« Elohim m'a donné sujet à rire. Quiconque l'entendra rira à mon sujet. »

Le sujet qui fit rire Sarah, c'est l'annonce par Elohim de la naissance d'un enfant auprès de parents presque centenaires.

Ce qui fera rire au sujet de Sarah, ce sera peut être cette naissance miraculeuse qui incitera certains à se moquer de ces vieillards en voyant Sarah allaiter son bébé.

Ce serait un rire négatif.

Mais cette phrase peut aussi s'interpréter d'une autre façon :

"Quiconque entendra mon rire rira à mon sujet."

En ce cas, c'est le rire de Sarah qui deviendrait communicatif, et sa joie serait partagée par ceux qui l'entendraient.

Il s'agirait alors d'un rire positif.

L'humoriste Popeck ne se trompait pas lorsqu'il déclarait :

"L'humour juif, c'est de faire rire avec une histoire qui a un double sens et qu'on ne comprend qu'à moitié."

Le rire de Sarah a manifestement un double sens ... voire même plus.

Mais il est parfois difficile de comprendre le double sens ... auquel cas on ne comprendra la plaisanterie qu'à moitié.

Autant dire que beaucoup, en entendant ce type d'humour, resteront perplexes en se demandant :

"Faut-il rire ?"

Car bien souvent l'humour juif repose sur l'autodérision qui consiste à savoir rire de soi plutôt que de se moquer des autres.

N'est-ce pas préférable ?

Le rire de Sarah (après celui d'Abraham) est la première évocation du rire dans la Bible et Isaac va être l'héritier de ce rire.

Car cette naissance miraculeuse, dans le sein d'une femme âgée et stérile, n'est-elle pas de nature à répandre la joie ?

Qui plus est, la naissance d'Isaac permet au couple formé par Abraham et Sarah d'avoir une descendance légitime qui pourra hériter des promesses de Dieu.

N'est-ce pas aussi un sujet de joie ?

C'est pourquoi Abraham organisera un grand festin en l'honneur d'Isaac (verset 8) afin d'associer tout leur entourage à leur joie.

Quant à Sarah, après avoir ri, elle va retrouver un ton plus sérieux pour proclamer :

« Qui a déclaré à Abraham que Sarah allaitera des fils ?

Oui, j'ai donné naissance à un fils, pour sa vieillesse. » (verset 7)

Qui, sinon Elohim, pouvait faire une telle déclaration à Abraham ?

Sarah le sait, elle le confirme, et savoure la gloire de ce Dieu qui lui a permis de donner naissance à un fils, malgré leur âge.

Bien d'autres personnages bibliques se réjouiront après Sarah d'avoir pu mettre au monde un enfant malgré leur âge et leur stérilité.

Beaucoup riront après la naissance de leur enfant ... même si un accouchement est un moment délicat.

La médecine moderne a permis d'améliorer les conditions dans lesquelles se déroulent les accouchements.

La péridurale permet d'atténuer les souffrances pour les femmes qui en ressentent le besoin.

Mais si pour certaines femmes, cette douleur est intolérable, d’autres décrivent ce moment "comme une fleur qui s’ouvre".

N'est-ce pas merveilleux de le vivre ainsi ?

< < < Retour au sommaire < < < 157-GEN 21.6 > > > La légitimité > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 21 ~ Versets 21.1 à 21.34
1. JHVH visita Sarah comme il l'avait dit et JHVH intervint pour Sarah conformément à sa parole.

2. Elle fut enceinte, et Sarah donna naissance à un fils pour Abraham, dans sa vieillesse, au temps fixé dont Elohim lui avait parlé.

3. Alors Abraham nomma son fils, celui auquel Sarah avait donné naissance pour lui : Isaac.

4. Puis Abraham circoncit Isaac son fils, âgé de huit jours, comme Elohim lui avait prescrit.

5. Abraham était âgé de cent ans à la naissance de son fils, Isaac.

6. Sarah dit alors : « Elohim m'a donné sujet à rire. Quiconque l'entendra rira à mon sujet. »

7. Puis elle dit : « Qui a déclaré à Abraham que Sarah allaitera des fils ? Oui, j'ai donné naissance à un fils, pour sa vieillesse. »

8. Le garçon grandit et fut sevré. Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré.

9. Or Sarah vit le fils que Hagar, l'Egyptienne, avait donné pour Abraham, qui se moquait.

10. Elle dit à Abraham : « Chasse cette servante et son fils ! Car le fils de cette servante n'héritera pas avec mon fils, avec Isaac. »

11. Cette parole déplut énormément aux yeux d'Abraham à cause de son fils.

12. Mais Elohim dit à Abraham : « Cela ne doit pas déplaire à tes yeux à cause du garçon et de ta servante. Ecoute la voix de Sarah, tout ce qu'elle te dit. Car c'est par Isaac que ta semence sera considérée !

13. De plus, je ferai une nation du fils de la servante, car c'est ta semence. »

14. Abraham se leva de bon matin. Il prit du pain et une outre d'eau qu'il donna à Hagar pour placer sur son épaule. Il la renvoya avec le garçon. Elle s'en alla et s'égara dans le désert de Beér Shèba.

15. Comme ils avaient épuisé l'eau de l'outre, elle laissa le garçon sous l'un des arbustes.

16. Elle s'en alla s'asseoir plus loin, à une portée d'arc, car elle disait : « Que je ne voie pas ce garçon mourir. » Elle s'assit donc plus loin, éleva la voix et se lamenta.

17. Elohim entendit la voix du garçon, et le messager d'Elohim appela Hagar depuis les cieux pour lui dire : « Qu'as-tu Hagar ? Tu ne dois pas avoir peur car Elohim a entendu la voix du garçon, là où il est.

18. Lève-toi ! Relève le garçon et sois courageuse, ta main dans la sienne ! Car je ferai de lui une grande nation. »

19. Elohim lui dessilla les yeux et elle vit un puits d'eau. Elle alla remplir l'outre d'eau et donna à boire au garçon.

20. Elohim était avec le garçon qui grandit, s'établit dans le désert et devint un grand archer.

21. Il résida dans le désert de Paran et sa mère lui prit une femme de la terre d'Egypte.

22. En cette même époque, Abimélek, avec Phikol, le chef de son armée, vint dire à Abraham : « Elohim est avec toi en tout ce que tu fais.

23. Ici et maintenant, jure-moi par Elohim ! Tu ne me mentiras pas, ni à mes enfants, ni à ma descendance ! Et la bienveillance que j'ai eue envers toi, tu l'auras pour moi et pour la terre où tu séjournes. »

24. Abraham dit : « Moi, je le jure. »

25. Mais Abraham réprimanda Abimélek à propos d'un puits d'eau dont s'étaient emparé les serviteurs d'Abimélek.

26. Abimélek répondit : « Je ne sais pas qui a fait cela ? D'ailleurs, tu ne m'en avais pas parlé. Quant à moi, je l'apprends ce jour. »

27. Abraham prit du cheptel, du bétail, qu'il donna à Abimélek. Et tous deux coupèrent l'alliance.

28. Abraham mis à l'écart du cheptel sept agnelles.

29. Abimélek dit à Abraham : « Pourquoi ces sept agnelles sont-elles mises à l'écart ? »

30. Il répondit : « Tu recevras ces sept agnelles de ma main afin que cela soit pour moi un témoignage que j'ai creusé ce puits. »

31. Aussi on appela cet endroit Beér Shèba car c'est là qu'ils jurèrent tous deux.

32. Et ils coupèrent l'alliance en Beér Shèba. Puis Abimélek se leva avec Phikol, le chef de son armée, et ils rejoignirent le territoire des Philistins.

33. Il planta un tamaris à Beér Shèba. Et là il nomma JHVH : El Olâm.

34. Abraham résida sur le territoire des Philistins des jours nombreux.