Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



La légitimité


« Elle dit à Abraham :

Chasse cette servante et son fils !

Car le fils de cette servante n'héritera pas avec mon fils,

avec Isaac. »

(Genèse 21.10)

Une terre en héritage

Pendant des années, Hagar a pu espérer que son fils, Ishmaël, serait l'héritier d'Abraham.

Le conflit entre les deux femmes était né du mépris que Hagar, la servante, avait affiché envers Sarah du jour où elle fut enceinte d'Abram (Genèse 16.4).

Face aux mauvais traitements que Sarah lui infligea, Hagar s'est enfui puis est revenue auprès de ses maîtres pour donner naissance à Ishmaël : « Abram avait quatre-vingt-six ans quand Hagar enfanta un fils pour Abram : Ishmaël. » (Genèse 16.16)

Les années se sont écoulées et Sarah connu à son tour le bonheur d'être mère :

« Abraham était âgé de cent ans à la naissance de son fils, Isaac. » (verset 5)

Quatorze ans séparent les deux enfants, Isaac est un bébé ... Ishmaël un adolescent.

Quand Abraham décida d'organiser une fête en l'honneur de son fils, Isaac, le rire d'Ishmaël a été mal perçu par Sarah :

« Or Sarah vit le fils que Hagar, l'Egyptienne, avait donné pour Abraham, qui se moquait. » (verset 9)

Sarah a senti monter tous les ressentiments qu'elle portait depuis des années envers Hagar.

Maintenant qu'Isaac était né, elle pouvait enfin triompher et faire valoir la légitimité de son fils.

Sa réaction est violente, sans appel : « Chasse cette servante et son fils ! »

L'enjeu est de taille : car l'héritage c'est le territoire de Canaan promis par Elohim à Abraham.

Un héritage indivisible et inaliénable :

« Et je te donne, ainsi qu'à ta semence après toi, la terre où tu passes tes séjours, toute la terre de Canaan, comme possession perpétuelle, et je serai leur Elohim. » (Genèse 17.8)

Abraham n'a pas apprécié l'injonction de Sarah (verset 11).

Mais Elohim donne raison à Sarah : la servante et son fils doivent partir !

Là où il s'établira, Elohim promet d'en faire une grande nation (verset 13).

Cette question de la légitimité territoriale est toujours d'actualité.

Il ne se passe guère de jours où les violences au Proche-Orient, en marge de l'Etat d'Israël et souvent aussi sur son territoire, ne rappellent la question des revendications territoriales des populations arabes.

Considérés comme descendants d'Ishmaël, ces peuples que l'on qualifie de nos jours de Palestiniens forment en fait une mosaïque de populations originaires des déserts voisins et qui ont migré vers la Palestine.

D'un point de vue biblique, leur légitimité consiterait à reconnaître que le fils né d'une relation que l'on peut qualifier d'adultère, entre Abram et Hagar, a la même valeur que la relation d'Abraham avec son épouse légitime : Sarah.

Que chacun apprécie en son âme et conscience ce qu'il soit penser à ce sujet.

L'apôtre Paul a repris ce verset de la Genèse en ces termes :

« Chasse l’esclave et son fils, car le fils de l’esclave n’héritera en rien avec le fils de la femme libre. » (Epître aux Galates 4.30)

Paul a donné une dimension allégorique à ces évènements qui opposèrent Sarah et Hagar.

« Car il est écrit qu’Abraham a eu deux fils, un de l'esclave, et un de la femme libre.

Mais celui de l’esclave est né selon la chair, et l'autre, de la femme libre, est né suite à la promesse. » (Galates 4.22-23)

Paul en déduit que la légitimité est liée à la promesse de transmettre l'héritage par Sarah, et non par Hagar.

Mais Paul va plus loin :

« Ces unions ont une valeur allégorique, car ces femmes sont les deux alliances. » (Galates 4.24)

La première alliance résulte de la circoncision instituée au temps d'Abraham en vue de l'acquisition du territoire de Canaan (Genèse 17).

La seconde alliance résulte de la foi en Jésus Christ en vue de l'acquisition de la vie éternelle (Jean 3.16).

La première alliance est terrestre et corporelle.

La seconde alliance est céleste et spirituelle.

Toutes deux sont légitimes ... mais ne relèvent pas du même monde !

< < < Retour au sommaire < < < 158-GEN 21.10 > > > Le retour au désert > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 21 ~ Versets 21.1 à 21.34
1. JHVH visita Sarah comme il l'avait dit et JHVH intervint pour Sarah conformément à sa parole.

2. Elle fut enceinte, et Sarah donna naissance à un fils pour Abraham, dans sa vieillesse, au temps fixé dont Elohim lui avait parlé.

3. Alors Abraham nomma son fils, celui auquel Sarah avait donné naissance pour lui : Isaac.

4. Puis Abraham circoncit Isaac son fils, âgé de huit jours, comme Elohim lui avait prescrit.

5. Abraham était âgé de cent ans à la naissance de son fils, Isaac.

6. Sarah dit alors : « Elohim m'a donné sujet à rire. Quiconque l'entendra rira à mon sujet. »

7. Puis elle dit : « Qui a déclaré à Abraham que Sarah allaitera des fils ? Oui, j'ai donné naissance à un fils, pour sa vieillesse. »

8. Le garçon grandit et fut sevré. Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré.

9. Or Sarah vit le fils que Hagar, l'Egyptienne, avait donné pour Abraham, qui se moquait.

10. Elle dit à Abraham : « Chasse cette servante et son fils ! Car le fils de cette servante n'héritera pas avec mon fils, avec Isaac. »

11. Cette parole déplut énormément aux yeux d'Abraham à cause de son fils.

12. Mais Elohim dit à Abraham : « Cela ne doit pas déplaire à tes yeux à cause du garçon et de ta servante. Ecoute la voix de Sarah, tout ce qu'elle te dit. Car c'est par Isaac que ta semence sera considérée !

13. De plus, je ferai une nation du fils de la servante, car c'est ta semence. »

14. Abraham se leva de bon matin. Il prit du pain et une outre d'eau qu'il donna à Hagar pour placer sur son épaule. Il la renvoya avec le garçon. Elle s'en alla et s'égara dans le désert de Beér Shèba.

15. Comme ils avaient épuisé l'eau de l'outre, elle laissa le garçon sous l'un des arbustes.

16. Elle s'en alla s'asseoir plus loin, à une portée d'arc, car elle disait : « Que je ne voie pas ce garçon mourir. » Elle s'assit donc plus loin, éleva la voix et se lamenta.

17. Elohim entendit la voix du garçon, et le messager d'Elohim appela Hagar depuis les cieux pour lui dire : « Qu'as-tu Hagar ? Tu ne dois pas avoir peur car Elohim a entendu la voix du garçon, là où il est.

18. Lève-toi ! Relève le garçon et sois courageuse, ta main dans la sienne ! Car je ferai de lui une grande nation. »

19. Elohim lui dessilla les yeux et elle vit un puits d'eau. Elle alla remplir l'outre d'eau et donna à boire au garçon.

20. Elohim était avec le garçon qui grandit, s'établit dans le désert et devint un grand archer.

21. Il résida dans le désert de Paran et sa mère lui prit une femme de la terre d'Egypte.

22. En cette même époque, Abimélek, avec Phikol, le chef de son armée, vint dire à Abraham : « Elohim est avec toi en tout ce que tu fais.

23. Ici et maintenant, jure-moi par Elohim ! Tu ne me mentiras pas, ni à mes enfants, ni à ma descendance ! Et la bienveillance que j'ai eue envers toi, tu l'auras pour moi et pour la terre où tu séjournes. »

24. Abraham dit : « Moi, je le jure. »

25. Mais Abraham réprimanda Abimélek à propos d'un puits d'eau dont s'étaient emparé les serviteurs d'Abimélek.

26. Abimélek répondit : « Je ne sais pas qui a fait cela ? D'ailleurs, tu ne m'en avais pas parlé. Quant à moi, je l'apprends ce jour. »

27. Abraham prit du cheptel, du bétail, qu'il donna à Abimélek. Et tous deux coupèrent l'alliance.

28. Abraham mis à l'écart du cheptel sept agnelles.

29. Abimélek dit à Abraham : « Pourquoi ces sept agnelles sont-elles mises à l'écart ? »

30. Il répondit : « Tu recevras ces sept agnelles de ma main afin que cela soit pour moi un témoignage que j'ai creusé ce puits. »

31. Aussi on appela cet endroit Beér Shèba car c'est là qu'ils jurèrent tous deux.

32. Et ils coupèrent l'alliance en Beér Shèba. Puis Abimélek se leva avec Phikol, le chef de son armée, et ils rejoignirent le territoire des Philistins.

33. Il planta un tamaris à Beér Shèba. Et là il nomma JHVH : El Olâm.

34. Abraham résida sur le territoire des Philistins des jours nombreux.