Livre de LA GENESE ... Etudes et commentaires de la Bible



Le songe d'Abimélek

« Alors Elohim vint vers Abimélek en songe, la nuit, et lui dit :

Voici ! Tu vas mourir car la femme que tu as prise

appartient à son propriétaire. »

(Genèse 20.3)

Abimélek

Selon les époques, ou les individus, ou les analystes, les rêves sont appréhendés de différentes façons.

Certains y voient surtout des fantaisies de l'inconscient dont il ne faut guère se préoccuper.

D'autres s'y sont tellement attachés qu'ils en ont fait leur métier, leur spécialité, avec la psychanalyse ou la psychologie analytique.

Pour le commun des mortels, le rêve sera souvent perçu comme une source d'incompréhension, et parfois d'inquiétudes, lorsque l'on croit pressentir une valeur prémonitoire.

Dans les temps anciens, cette dimension prémonitoire était l'objet de beaucoup d'attention et l'on trouvait des "spécialistes du rêve" ayant en charge de les interpréter.

Ceux-ci pouvaient alors être considérés comme des messages divins, et la Bible atteste aussi de telles croyances notamment lorsqu'il est écrit :

« Elohim parle cependant, tantôt d'une manière, tantôt d'une autre, et l'on n'y prend pas garde.

Il parle par des songes, par des visions nocturnes, quand les hommes sont livrés à un profond sommeil, quand ils sont endormis sur leur couche.

Alors il leur donne des avertissements ... » (Job 33.14-16)

C'est bien ce qui s'est produit pour Abimélek.

L'avertissement est clair :

« Voici ! Tu vas mourir car la femme que tu as prise appartient à son propriétaire. »

Il est tout à fait étonnant de constater que le rêveur établit un dialogue avec Elohim au cours duquel il s'efforce de se justifier.

En retour, Elohim lui donne la marche à suivre pour échapper à la mort.

Abimélek va suivre les consignes divines après avoir essayé de comprendre pourquoi Abraham avait agit de la sorte en dissimulant que Sarah était son épouse.

Le fait que Abimélek écoute Elohim permet de le distinguer de la plupart des individus pour lesquels il est écrit :

« Elohim parle ... et l'on n'y prend pas garde. » (Job 33.14)

Celui qui est pieux, le croyant comme la croyante, est soucieux de suivre les consignes de Dieu.

Mais à vrai dire, bien peu s'en soucient, et Job avait raison de dire que l'on ne prend pas garde aux enseignements divins, que ceux-ci soient reçus de jour ... comme de nuit.

Abimélek pourrait être assimilé à ceux que l'on appela par la suite les Craignant-Dieu.

Les Craignant-Dieu étaient, pendant la période du Second Temple, des non juifs proches du judaïsme sans être pour autant convertis aux règles de la loi du judaïsme.

Signalés dans le Nouveau Testament (Évangiles, Actes des Apôtres, Épîtres de Paul), ils formaient une communauté à part, qui adhérait en partie à la Torah mais refusait certaines pratiques du judaïsme, dont la cacheroute et surtout la circoncision.

C’est notamment dans le milieu des Craignant-Dieu que s'est développé le christianisme primitif.

< < < Retour au sommaire < < < 149-GEN 20.3 > > > Qui est juste ? > > >


Traduction interlinéaire
de la Genèse

Chapitre 20 ~ Versets 20.1 à 20.18
1. Abraham partit vers le Négueb. Il demeura entre Kadesh et Shour et s'installa à Guérar.

2. Abraham disait de sa femme Sarah : « C'est ma sœur. » Et Abimélek, roi de Guérar envoya prendre Sarah.

3. Alors Elohim vint vers Abimélek en songe, la nuit, et lui dit : « Voici ! Tu vas mourir car la femme que tu as prise appartient à son propriétaire. »

4. Abimélek, qui ne l'avait pas touchée, dit : « Adonaï, tuerais-tu en outre une nation juste ?

5. Ne m’a-t-il pas dit : "C’est ma sœur" ? Et elle disait aussi : "C’est mon frère". J'ai fait cela d'un cœur sincère et mes mains sont innocentes. »

6. Elohim lui dit en songe : « Moi aussi, je sais que tu as fait cela d'un cœur sincère. Aussi je t'ai retenu de pécher contre moi. Ainsi je ne te t'ai pas permis de la toucher.

7. Maintenant, restitue la femme à cet homme, c'est un prophète ! Il priera pour toi et tu vivras ! Car si tu ne la restitues pas, sache que tu mourras, toi, et tout ce qui est à toi ! »

8. Abimélek se leva tôt le matin et appela tous ses serviteurs. Il leur glissa aux oreilles toutes ces paroles et ces gens furent vivement effrayés.

9. Abimélek appela Abraham et il lui dit : « Que nous as-tu fait ? Ai-je péché contre toi que tu attires sur moi et mon royaume un si grand péché ? Tu as commis des actes envers moi qui ne devraient pas se faire. »

10. Puis Abimélek dit à Abraham : « Que projetais-tu en agissant de la sorte ? »

11. Abraham répondit : « Je me suis dit qu'il n'y avait aucune crainte d'Elohim en ce lieu et qu'ils me tueraient à cause de ma femme.

12. De plus, c'est vraiment ma sœur. C'est la fille de mon père, mais pas la fille de ma mère, et elle est devenue ma femme.

13. Il s'est produit qu'Elohim me fit m'éloigner de la maison de mon père et je lui ai dit : "Aie la bienveillance envers moi, en tous lieux où nous arriverons, de dire : c'est mon frère !" »

14. Abimélek prit du cheptel, du bétail, serviteurs et servantes, et les donna à Abraham. Il lui restitua Sarah, sa femme.

15. Abimélek dit : « Voici ! Ma terre est devant toi. Demeure où cela sera bon à tes yeux ! »

16. Puis il dit à Sarah : « Voici ! J'ai donné mille pièces d'argent à ton frère. Tu vois, cela te couvrira aux yeux de tous ceux qui sont avec vous, et ce sera un dédommagement. »

17. Abraham pria Elohim. Alors Elohim guérit Abimélek, sa femme et ses servantes, et elles purent enfanter.

18. Ce dont elles étaient privées, car JHVH avait ligaturé toutes les matrices de la maison d'Abimélek à cause de Sarah, la femme d'Abraham.